20/09/08 (B466) XINHUA / Des efforts internationaux coordonnés et efficaces sont nécessaires pour enrayer les actes de piraterie dans les eaux somaliennes.

Andrew Mwangura, coordinateur pour l’Afrique de l’est du Programme d’assistance aux marins ( Seafarers Assistance Program, SAP), a déclaré vendredi dans une interview téléphonique accordée à l’Agence Xinhua que pour enrayer les actes de piraterie au large des côtes somaliennes, des efforts internationaux coordonnés et efficaces sont nécessaires.

M. Mwangura faisait référence au nombre choquant de navires détournés au large des côtes somaliennes ces dernières semaines.

“Les récents détournements de navires par les pirates qui retiennent en otage plus de 200 marins sont les pires dans le monde et cette situation requiert une attention mondiale”, a déclaré M. Mwangura.

Le coordinateur a indiqué que l’augmentation alarmante des activités de piraterie en Somalie s’explique par les sommes importantes versées en rançon en échange de la libération des navires et de leurs membres d’équipage.

Selon M. Mwangura, en moyenne, les propriétaires des navires versent plus d’un million de dollars américains par bateau.

M. Mwangura a indiqué que le potentiel de devenir riche en commettant des actes de piraterie a attiré une légion de jeunes hommes pauvres qui ont rejoint les groupes de pirates qui opèrent en Somalie depuis l’effondrement du gouvernement en 1991.

“Au cours des cinq ou six dernières années, on comptait moins de 100 pirates”, a expliqué M. Mwangura et d’ajouter: “Mais aujourd’hui, selon nos informations, il existe entre 1.100 et 1. 200 pirates”.

Il est temps de coordonner et rendre efficace les efforts internationaux, non seulement pour protéger le transport maritime dans son ensemble, mais également pour protéger les navires humanitaires de l’ONU et faire en sorte que leurs chargements arrivent sans problème à bon port, selon M. Mwangura.

Il a indiqué que l’intervention des marines d’une coalition de pays sous les auspices des Nations Unies a permis d’isoler les cas, mais que ce n’est en aucune manière une solution à long terme.

A l’aide de moyens de plus en plus sophistiqués, les pirates ont intensifié les attaques contre les navires marchands dans le Golfe d’Aden, au large des côtes somaliennes.

Le Golfe d’Aden, qui relie la mer Rouge à l’océan Indien, est une des voies navigables les plus dangereuses du monde.