23/09/08 (B466-B) AFP / Deux expatriés de Médecins du monde enlevés en Ethiopie, emmenés en Somalie.

Deux employés expatriés de l’ONG française Médecins du monde (MDM) ont été enlevés lundi par des hommes en armes en Ethiopie, près de la frontière avec la Somalie où ils ont été emmenés par leurs ravisseurs, a-t-on appris mardi de sources somaliennes et auprès de MDM.

“Deux expatriés de Médecins du Monde en mission dans la région Ogaden (Ethiopie) ont été enlevés hier, lundi 22 septembre”, a indiqué MDM dans un communiqué parvenu à l’AFP à Nairobi, sans toutefois préciser leur nationalité.

“Deux travailleurs humanitaires étrangers – un homme et une femme – ont été enlevés dans la région Somali (dont fait partie l’Ogaden), en Ethiopie, et ont été emmenés dans la province centrale de Somalie par des hommes armés”, avait déclaré peu auparavant à l’AFP le commissaire de district de Balanbale (centre de la Somalie), Hareri Hassan Barre.

L’Ogaden, région isolée de l’est de l’Ethiopie, est peuplée essentiellement de Somalis. Elle est le théâtre d’un conflit latent et peu médiatique, en raison des restrictions d’accès imposées aux médias, entre l’armée éthiopienne et la rébellion autonomiste du Front de libération national de l’Ogaden (ONLF).

Dans son communiqué, MDM indique qu’une “cellule d’urgence a été mise en place au sein de MDM dès confirmation de cette information. L’association est “en contact permanent avec les autorités, ses équipes sur place ainsi qu’avec les différents acteurs sur le terrain”, ajoute le texte.

“Médecins du monde est également en étroite relation avec les familles des deux expatriés”, conclut le communiqué.

Un autre responsable administratif de Somalie centrale, le commissaire du district de Guriel, a précisé de son côté que des forces de sécurité avaient été dépêchées pour retrouver les deux humanitaires.

“Nous avons envoyé des forces de sécurité pour chercher les deux travailleurs humanitaires étrangers qui ont été amenés dans la région tard hier (lundi). On nous a dit que les ravisseurs tentaient de les transférer dans la région (voisine) de Hiraan”, a déclaré à l’AFP Ali Cheikh Hashi.

Selon un responsable de la sécurité de Balanbale, Adbullahi Mohamed, les employés de MDM ont été “enlevés dans le village de Fadhigaradle (Ethiopie), à la frontière avec la Somalie. Ils évaluaient la situation dans la région Somali, touchée par la sécheresse”.

Les enlèvements d’étrangers et de membres d’organisations humanitaires, y compris Somaliens, ont augmenté de façon inquiétante ces derniers mois en Somalie.

Les ravisseurs exigent généralement des rançons pour libérer leurs otages, à l’instar des pirates somaliens qui multiplient depuis début 2008 les attaques de navires au large des côtes somaliennes.

Lundi, un ressortissant allemand et son épouse somalienne ont été libérés, deux jours après leur enlèvement par des inconnus armés dans le nord du pays.

Une journaliste canadienne et un photographe australien ainsi qu’un assistant somalien – également journaliste – et un chauffeur somalien, enlevés le 23 août près de Mogadiscio, sont pour leur part toujours retenus captifs.

La Somalie est en guerre civile depuis 1991.

Les civils sont les principales victimes des combats opposant de façon quasi quotidienne les insurgés islamistes aux troupes éthiopiennes, venues défaire fin 2006 les tribunaux islamiques qui contrôlaient depuis six mois la majeure partie du centre et du sud du pays.

Au moins 29 civils ont ainsi été tués lundi à Mogadiscio par des tirs de mortier des forces gouvernementales et des insurgés islamistes.

Mardi, profitant d’une accalmie, des centaines d’habitants de Mogadiscio quittaient la capitale, parfois à pied, pour se mettre à l’abri dans les nombreux camps de déplacés situés aux alentours.