21/10/08 (B470-B) Le Monde / Plainte en diffamation de la juge Moracchini : La Cour d’appel relaxe une ex-présidente du Syndicat de la Magistrature.

L a cour d’appel de Douai (Nord) a relaxé mardi une ex-présidente du Syndicat de la magistrature (SM) qui était poursuivie en diffamation par la juge Marie-Paule Moracchini pour avoir dénoncé ses méthodes d’instruction dans deux affaires, notamment celle de la mort du juge Borrel.

Reconnue de bonne foi en première instance par le tribunal correctionnel de Lille en juin 2007, Anne Crenier, poursuivie en appel pour complicité de diffamation, a de nouveau été relaxée en appel.

Elle était poursuivie pour des propos tenus lors d’un entretien à la revue catholique Golias en septembre 2000 intitulé “La président du Syndicat de la magistrature dénonce la partialité de la juge Moracchini”.

Au cours de cet entretien, Mme Crenier reprochait notamment à la juge d’instruction en poste à Paris et alors chargée de l’instruction sur la mort du juge Bernard Borrel en 1995 à Djibouti d’avoir cherché à “valider la thèse du suicide”.

Mme Crenier dénonçait également dans cet entretien le recours par Mme Moracchini à des moyens “disproportionnés” dans l’enquête sur Albert Levy. Cet ancien substitut au parquet de Toulon avait été poursuivi à partir de 1998 pour violation du secret de l’instruction dans une affaire d’attribution du marché des cantines scolaires par la ville de Toulon, alors dirigée par le Front national.

M. Levy a été définitivement relaxé en novembre 2006.

La cour d’appel de Douai a en revanche condamné le directeur de la publication de Golias, Luc Terras, et le journaliste Mehdi Ba, à 400 euros d’amende chacun pour diffamation envers personne dépositaire de l’autorité publique pour d’autres articles en marge de l’entretien avec Anne Crenier et qui visaient Mme Moracchini et sa soeur, elle-même magistrate.

Ils avaient déjà été condamnés à la même peine en première instance.