26/10/08 (B471) A son retour au pays, Guelleh confirme ce qu’il a dit devant les Nations unies. (Ceci est la traduction proposée, sans aucune garantie de fiabilité, par un lecteur. Pour consulter la version officielle en langue somali, se reporter au site de la RTD)

Voici ce qu’a dit IOG en langue Somali, lors de l’interview qu’il a accordé à la RTD dès son arrivée, cet apres-midi à Djibouti.

“Il faut donner à l’Erythrée un temps limité pour qu’elle accepte l’arbitrage des Nations Unies, de l’UA ou de tout pays, organisation ou personne qui serait acceptée par les deux parties. Cet arbitrage devant permettre de trouver une solution pacifique à la résolution de la crise actuelle entre l’Erythrée et Djibouti.

Si l’Erythrée rejette cette proposition, le Conseil devra avoir une réaction appropriée.

Si nous ne faisions pas cela, nous prenons le risque d’une nouvelle guerre meurtrière dans une région qui a déjà beaucoup souffert et nous prenons le risque de discréditer le Conseil de sécurité.

Le représentant de la France Jean-Maurice Ripert a aussi suggéré que le Conseil de sécurité conduise des consultations pour préparer un projet de résolution qui réitérera la demande qui a déjà été faite à l’Erythrée de regrouper ses troupes sur les positions précédentes dans un temps défini..