25/11/08 (B475) Le journal de la flibuste … Ca commence à chauffer ! (10 dépêches en Français et en Anglais)

_______________________________ 10 – Le Figaro avec AFP

Piraterie: pas de blocus naval (Otan)

L’Otan réfléchit au rôle qu’elle pourrait jouer face aux pirates somaliens mais elle n’envisage à ce stade ni blocus naval, ni opération terrestre contre eux, malgré des appels en ce sens, ont affirmé aujourd’hui ses plus hauts responsables.

“Le blocus des ports (de Somalie) n’est pas envisagé par l’Otan”, a déclaré aujourd’hui son secrétaire général, Jaap de Hoop Scheffer, soulignant qu’aucune action de ce genre n’avait été jusqu’à présent autorisée par le Conseil de sécurité des Nations unies.


________________________________ 9 – Guardian (GB – En Anglais)

Les pirates somaliens auraient diminué leurs prétentions sur le montant de la rançon pour libérer le super pétrolier. Somali pirates to reduce ransom for Sirius StarPirates commanding Saudi supertanker believed to have dropped ransom demand by $10m to $15mPaul Lewis

Pirates commanding the Saudi supertanker Sirius Star may have reduced the ransom payment they are demanding to $15m (£10m).

The Somali pirates were originally believed to have requested $25m for the release of the tanker and its crew of 25 Brits, Poles, Croats, Saudis and Filipinos, who are being held hostage.

The taking of Sirius Star, which has 2 million barrels of oil on board worth $100m, was the largest hijacking in maritime history.

On Friday a pirate, who called himself Mohammad Said, told Agence France-Presse via satellite phone that the supertankers’ owner, Vela International, would face “disastrous” consequences if it did not pay $25m within 10 days.

“We do not want long-term discussions to resolve this matter,” he said.

But today Abdirahim Isse Adow, of the Islamic Courts Union (ICU), an Islamist militia whose men are in the Harardheere area where the ship is being held offshore, told Reuters that the asking price had been reduced.

“Middle men have given a $15m ransom figure for the Saudi ship. That is the issue now,” he said.

There have been other unconfirmed reports that the Sirius Star pirates were considering “some type of ransom reduction”.

Andrew Mwanguara, the coordinator of the Mombasa-based East Africa Seafarers Programme, said his sources were confirming a reduced $15m demand.

Vela International, a subsidiary of the state oil company Saudi Aramco, has not commented on the claim and Adow’s intervention should be treated with caution.

Adow has said some men were out to confront the pirates and release the Saudi supertanker because it was “Muslim”.

“We are against this act and we shall hunt the ship wherever it sails, and free it,” he said. “It has moved about 100km far into the sea to escape from us.”

But ICU’s motives have been questioned. Islamists fighting the Somali government and its Ethopian allies have publicly denounced piracy, but analysts suggest some factions are intent on taking a share of the multi-million dollar sums flooding Somalia’s coastal areas following hijackings.

Locals believe Adow’s men could be seeking a cut of any payout from the owners.

David Miliband, the foreign secretary, has discouraged paying a ransom to the pirates. “Payments for hostage-taking are only an encouragement to further hostage taking,” he said.

But payouts to pirates are common, amid growing concern about the impact of Somali piracy on shipping routes through the Gulf of Aden, and several countries, including Britain, are sending warships into the area.

Around 17 foreign ships with more than 250 crew members are believed to be under the pirates’ control off the Horn of Africa, including a Ukrainian cargo vessel carrying 33 tanks.

The taking of the Sirius Star on November 15 remains the most audacious hijacking to date, and analysts will follow the outcome of ransom negotiations closely.

________________________________ 8 – BBC (En Anglais)

Les propriétaires du Tanker appellent les Nations unies à l’aide. //Ship owners call for UN-led force

A body representing 75% of the world’s independent tanker fleet has called on the UN to co-ordinate naval patrols off Somalia’s coast to help reduce piracy.

Peter Swift, head of the International Association of Independent Tanker Owners (Intertanko), also suggested mounting a naval blockade of the area.

He said monitoring ships leaving Somali waters could be more effective than attempting to patrol the Gulf of Aden.

But analysts say it would be almost impossible to patrol such a large area.

Earlier, Nato’s secretary-general said it was not considering a blockade of Somalia’s coastline, which stretches for more than 3,000km (1865 miles).

One of the pirates holding the Saudi oil tanker Sirius Star has told the BBC that they have no intention of harming its 25 crew.

The man, calling himself Daybad, also said they had so far not negotiated with the ship’s owners, speaking only to intermediaries who “cannot be trusted”.

The tanker was seized earlier this month and is carrying $100m (£67m) worth of oil. Reports have said the pirates are trying to obtain a multi-million dollar ransom.

Almost 40 ships have been seized by Somali pirates so far this year.

‘No negotiations’

The head of Intertanko said that in response to the surge, many of its members were considering re-routing their tankers around the Cape of Good Hope.

That decision would raise costs by 30%, he said.

Mr Swift said continuing attacks would have a major impact on world trade, but that Intertanko opposed arming merchant ships to allow them to defend themselves against pirates.

Instead, the UN should co-ordinate naval support for merchant shipping across the region, he said.

Any warships deployed would need robust rules of engagement and aerial support.

“The other option is perhaps putting a blockade around Somalia and introducing the idea of intercepting vessels leaving Somalia rather than to try to protect the whole of the Gulf of Aden,” he said.

Mr Swift said the at-risk area was now so large – encompassing the whole of the gulf and a significant part of the Indian Ocean – that stopping pirates before they reached the high seas might be more effective and efficient than protecting merchant ships.

However, Nato Secretary General Jaap de Hoop Scheffer said earlier on Monday that the alliance was not considering any naval blockade.

He said that such action had not been endorsed by the UN Security Council, adding: “This is, at the moment, not in the cards.”

Warships from at least nine countries have been operating in the Indian Ocean and the Gulf of Aden trying to prevent pirate attacks.

But navies and analysts say it is almost impossible to patrol such a large area.

On Monday, a government official in Iran was quoted as saying his country would consider using force against pirates following last week’s hijacking of an Iranian-chartered ship.

Deputy Transport Minister Ali Taheri said Iran was negotiating with the pirates who had taken the ship, which was carrying 36,000 tonnes of wheat.

Kenya reported on Friday that Somali pirates had been paid more than $150m (£101m) in ransoms in the past 12 months.

_____________________ 7 – Shabelle avec Press TV (En Anglais)

L’IRAN doit combattre les pirates somaliens. // Iran may go to war with Somali pirates

Iran has warned that it may resort to force in an effort to free Iranian hostages and a ship hijacked by pirates off the coast of Somalia.

“Should Iran feel the need to launch a military offensive against the hijackers, the international community has already given the military go-ahead,” said Iranian Deputy Minister of Road and Transportation Ali Taheri.

On Tuesday, Somali pirates captured the Hong Kong-flagged cargo ship Delight, which was chartered by an Iranian company, along with its 25 crewmembers in the Gulf of Aden. The ship was carrying 36,000 metric tons of wheat.

“Iran believes in the need for serious action against the pirates and indeed has a powerful military able to combat them,” said Taheri.

The vessel crew members are all in good health and Tehran has regular contact with them, the official noted.

Iran Deyanat – a bulk carrier owned by Islamic Republic of Iran Shipping Lines (IRISL) – was hijacked on August 21 with 29 Iranian and non-Iranian crew members. The ship was released on October 10.

Iran has criticized world powers on the issue, saying they pursue an apathetic approach toward organized crime in Somalia and the country’s territorial waters.

More than 15 vessels from various countries have been trapped in the pirate-infested waters off the coast of Somalia, including a Ukrainian vessel, a Saudi oil tanker and the Hong Kong-flagged ship carrying Iran’s cargo.

___________________________________ 6 – AFP

Somalie: les pirates du supertanker campent sur leurs exigences financières

Les pirates somaliens maintenaient lundi leurs prétentions financières – 25 millions de dollars – pour libérer le superpétrolier saoudien, joyau de leurs récentes prises qui ont conduit les armateurs à demander à l’ONU un blocus naval le long des côtes somaliennes.

“Nous n’avons pas changé le montant de la rançon qui demeure exactement à 25 millions de dollars. Lorsque nous voudrons modifier ce montant, cela devra être accepté à l’unanimité, par l’ensemble des personnes impliquées”, a déclaré à l’AFP leur porte-parole, Mohamed Said, par téléphone depuis le port somalien d’Harardhere.

La capture le 15 novembre du Sirius Star, long de 330 mètres et renfermant dans ses cales 300.000 tonnes de pétrole, est l’opération la plus spectaculaire menée jusqu’à présent par des pirates somaliens, qui ont attaqué une centaine de bateaux cette année.

Les pirates exigent depuis jeudi une rançon de 25 millions de dollars pour libérer le Sirius Star dont la cargaison de pétrole est estimée à 100 millions de dollars. Ils avaient alors donné 10 jours aux “Saoudiens” pour s’acquitter de la somme, menaçant dans le cas contraire de prendre des mesures qui pourraient être “désastreuses”.

Le superpétrolier, qui avait été pris d’assaut en plein océan Indien, est au mouillage depuis mardi dernier dans la zone d’Harardhere, petit port de pêche et repaire des pirates situé à environ 300 km au nord de Mogadiscio.

“Nous déplaçons le bateau de temps à autre, d’un endroit à un autre, pour des raisons tactiques. C’est comme un jeu de guerre. Nous n’emmenons pas le bateau trop loin”, a expliqué Mohamed Said.

“Nous disposons toujours d’assez de monde au sol et sur le bateau. Personne ne peut nous terroriser. Toute tentative pour prendre le bateau de force est futile”, a-t-il assuré.

Dimanche, les insurgés islamistes, les shebab, à la tête de l’insurrection en Somalie, avaient mis en garde les pirates, les enjoignant de libérer le navire “s’il veulent la paix”.

Mohamed Said avait rétorqué que les pirates ne craignaient pas ces menaces.

La recrudescence des attaques de pirates, de plus en plus téméraires et éloignées des côtes somaliennes, a conduit des armateurs, réunis lundi à Kuala Lumpur, à demander aux Nations unies de mettre en place un blocus naval des côtes somaliennes.

“Il serait peut-être bon de voir les Nations unies coordonner une action navale au large de la Somalie. (L’ONU) pourrait imposer un blocus le long de la côté somalienne”, a ainsi déclaré Peter Swift, représentant l’Association internationale des armateurs pétroliers (Intertanko), basée à Londres.

Si les actes de piraterie ne cessent pas, elles auront des conséquences sérieuses sur le commerce mondial, 90% s’effectuant par la voie maritime, ont aussi prévenu les armateurs, appelant au déploiement d’une “mission maritime de maintien de la paix”.

Interrogé sur l’idée d’un blocus, le secrétaire général de l’Otan Jaap de Hoop Scheffer a écarté cette idée en l’état: “Le blocus des ports (de Somalie) n’est pas envisagé par l’Otan”, tout en rappelant que l’alliance réfléchissait “à ses responsabilités à plus long terme” face à la piraterie.

L’Otan a envoyé fin octobre une flottille de quatre navires de guerre croiser dans les parages et l’Union européenne (UE) doit prendre le relais le 8 décembre avec cinq ou six bateaux assistés d’avions de patrouille maritime.

Des bateaux de nombreux pays, -France, Espagne, Russie, Inde et Corée du Sud notamment-, ainsi que des navires américains de la Task Force 150 d’appui aux opérations en Afghanistan, participent aussi déjà à la sécurisation de la zone.

Le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, a estimé lundi que les pays arabes devraient former une force navale commune qui “pourrait collaborer avec les autres puissances de la région pour promouvoir la sécurité”.

___________________________________ 5 – Les Echos

Tension accrue autour du supertanker détourné en Somalie

La tension est montée hier autour du « Sirius Star », le superpétrolier saoudien détourné par des pirates le 15 novembre au large de la Somalie. Les miliciens islamistes shebab, qui contrôlent une grande partie de la Somalie, ont menacé de donner l’assaut aux pirates si ces derniers ne relâchaient pas le navire.

Les pirates ont exigé jeudi le paiement d’une rançon de 25 millions de dollars.

Les shebab ont concentré ces derniers jours des forces autour du port d’Harardhere, où est amarré le pétrolier, et ont généralement condamné la piraterie, qualifiée d’offense à l’islam. Mais certains d’entre eux seraient surtout intéressés par un partage de la rançon avec les pirates, qui ont prévenu qu’un assaut contre le superpétrolier aux caves chargées de 330.000 tonnes de pétrole, serait « catastrophique ». Selon Nairobi, les pirates somaliens ont obtenu environ 150 millions de dollars de rançons au cours des douze derniers mois en détournant une centaine de navires.

Plusieurs pays, dont les Etats-Unis, la Russie, l’Inde, la France et la Grande-Bretagne, ont déjà dépêché des navires de guerre au large de la Somalie pour lutter contre les pirates, qui menacent l’une des voies maritimes les plus fréquentées au monde, donnant notamment accès au canal de Suez. Le président américain et son homologue russe se sont déclarés, samedi, en marge du sommet des pays riverains du Pacifique, prêts à « coopérer sur des questions pratiques » telles que la prolifération de ces attaques au large de la Somalie

____________________________________ 4 – L’Express

La piraterie, une manne pour des ports oubliés de Somalie

par Abdiqani Hassan

LA PIRATERIE AU LARGE DE LA SOMALIE

Quand le jour se lève sur l’océan Indien, les camps retranchés des pirates somaliens s’animent. Les anciens décrochent leurs téléphones portables en sirotant un café serré pour prendre les dernières nouvelles des hommes en mer.

Des navires de commerce ont-ils été détournés, des discussions sur les rançons conclues ? Et quelles nouvelles des navires de guerre occidentaux envoyés sur place pour faire la chasse aux “frères de la côte” du XXIe siècle ?

La capture spectaculaire, la semaine dernière, d’un superpétrolier saoudien, le Sirius Star, le plus gros navire jamais détourné, chargé d’une cargaison de 100 millions de dollars, a braqué les projecteurs sur ce qui est aujourd’hui la seule activité industrielle en expansion dans la Corne de l’Afrique.

Les rançons versées par les compagnies pétrolières ou les propriétaires de navires ont transformé d’anciens petits ports de pêche misérables et oubliés du monde en stations certes encore modestes mais dont les hôtels en bord de mer accueillent une clientèle locale de “boucaniers” modernes qui ne regardent guère à la dépense.

Une telle situation a attiré des investisseurs venus de toute la Somalie.

“On voit des ‘pirates’ qui n’ont jamais tenu une arme en main et ne sont jamais allés en mer… Mais ils sont propriétaires de bateaux qui leur rapportent des fortunes”, explique par téléphone à Reuters Bachir Abdoulle, l’un des membres de ces gangs d’écumeurs des mers installé à Eyl, l’un des bastions de la piraterie comme le fut l’île de la Tortue au XVIIe siècle sous d’autres cieux.

LA NOUVELLE FLIBUSTE

Il y a à peine trois ans, les experts de la sécurité maritime estimaient à cinq seulement les bandes de pirates dans la région, regroupant difficilement une centaine de “flibustiers”. Aujourd’hui, les “gros bras” avides de se lancer à l’assaut des bateaux marchands seraient plus de 1.200.

Pour certains spécialistes de la région, l’essor de cette piraterie trouve en grande partie ses racines dans le trafic ancestral et la contrebande endémique qui sévissent dans le golfe d’Aden, au large du Yémen, et rappellent les aventures du romancier français Henry de Monfreid au début du XXe siècle.

D’autres experts expliquent cette explosion des détournements de navires par la colère d’anciens miliciens de la garde-côte, furieux de voir de chalutiers européens, notamment des thoniers, fondre sur la région pour piller illégalement les zones de pêche dans les eaux territoriales somaliennes.

Certains évoquent même des déversements clandestins de déchets toxiques au large des côtes pour expliquer le ras-le-bol des populations locales.

Mais au coeur du problème reste le système des rançons, qui selon les autorités kényanes aurait permis aux pirates d’empocher plus 150 millions de dollars cette année.

De nombreux jeunes hommes engagés dans les milices qui se disputent depuis près de vingt ans le pouvoir en Somalie ont préféré se tourner vers la piraterie, qui rapporte plus et présente relativement moins de risques.

QUELS RAPPORTS AVEC LES ISLAMISTES ?

Plus inquiétant, certains spécialistes de la région redoutent un rapprochement entre ces pirates et les militants islamistes qui contrôlent le sud du pays et espèrent reprendre prochainement le contrôle de la capitale, Mogadiscio.

Dans certaines régions, les pirates sont les seuls qui se permettent d’ignorer le couvre-feu nocturne imposé par les islamistes.

Ces derniers, pour leur part, nient tout rapport avec les “flibustiers” et ont même promis de les contraindre à rendre le superpétrolier saoudien, leur reprochant de s’en être pris à un navire “musulman”.

La Russie a proposé d’attaquer les bases logistiques des pirates à terre, notamment Eyl, mais l’Otan préférerait que l’initiative d’une telle opération vienne de pays africains.

“Je sais que la piraterie, c’est mal, mais sans elle la vie ici ne serait pas possible”, avoue Kadija Douale, une mère de quatre enfants qui vit à Eyl.

Dans ce petit port de la province semi-autonome du Puntland, un kilo de khat, feuille d’arbuste connue pour ses vertus stimulantes et euphorisantes, se vend 65 dollars, contre 20 dollars ailleurs dans le pays, grâce à la demande croissante des pirates. Signe d’une discutable mais certaine expansion économique.

Le Sirius Star, lui, se trouve au large du port de Haradheere, plus au sud.

Avec Abdi Cheikh à Mogadiscio,
version française Guy Kerivel


____________________________________ 3 – Ria Novosti (Ru)


Piraterie en Somalie: les quatre flottes russes s’attellent à la tâche

Les quatre flottes de la marine russe doivent dépêcher des navires au large de la Somalie pour lutter contre les pirates, a déclaré dimanche à RIA Novosti le commandant en chef de la marine Vladimir Vyssotski.

Selon l’amiral, la marine russe, composée de quatre flottes (mer Noire, mer Baltique, Arctique et Pacifique), doit assurer une présence navale permanente dans la région de la Corne de l’Afrique, ce qui permettra de sécuriser la navigation.

“La première expérience du patrouilleur Neoustrachimy démontre la nécessité d’une présence permanente de la marine ruse dans cette région. Les modalités de cette présence dépendront de la situation au large de la Somalie”, a-t-il précisé.

Les actions de la marine russe seront strictement réglementées par l’ONU et le droit international, et son état-major étudie la possibilité de coordination des efforts avec des navires de guerre étrangers présents dans cette zone, a ajouté l’amiral.

Le patrouilleur Neoustrachimy relevant de la flotte russe de la mer Baltique est actuellement à pied d’oeuvre au large de la Somalie, où il escorte des navires civils pour les protéger contre les pirates de mer.

Selon l’ONU, 35 navires ont été détournés et 600 personnes enlevées à la suite de 120 attaques de pirates enregistrées au large de la Somalie depuis le début de 2008. A l’heure actuelle, les pirates somaliens retiennent en captivité 280 personnes.

____________________________________ 2 – AFP

Somalie: la tension monte entre islamistes et pirates autour du Sirius Star

La tension est montée dimanche autour du superpétrolier saoudien piraté le 15 novembre au large de la Somalie, avec un appel lancé aux pirates par les miliciens islamistes shebab à libérer le navire ou faire face à une action armée.

“Si les pirates veulent la paix, ils feraient mieux de libérer le pétrolier”, a affirmé à l’AFP cheikh Ahmed, un porte-parole des miliciens shebab pour la région de Harardhere où a été détourné le navire.

Les pirates ont exigé jeudi le paiement d’une rançon de 25 millions de dollars pour libérer le Sirius Star qui transporte une cargaison de pétrole estimée à 100 millions de dollars. Les shebab, qui contrôlent une grande partie de la Somalie, ont concentré ces derniers jours des forces autour d’Harardhere et ont généralement condamné la piraterie, qualifiée d’offense à l’islam. Un membre des pirates a rétorqué qu’ils ne craignaient pas ces menaces.

“Nous sommes les shebab de la mer et nous n’avons pas peur des shebab de la terre”, a ironisé Mohamed Said. “Si quiconque essaye de nous attaquer, ce serait un suicide”, a-t-il affirmé à l’AFP. “Je ne suis pas sur le navire pour l’instant, parce que je coordonne ce qui se passe à terre”, a-t-il expliqué. “Il y a une petite avant-garde de shebab sur le terrain, mais nous y avons également une forte présence”, a ajouté le pirate. “Tout Somalien a un grand respect pour le saint royaume d’Arabie saoudite. Nous n’avons rien contre eux, mais malheureusement ce qui s’est passé ce n’est que du business pour nous et j’espère que les Saoudiens le comprendront”, a expliqué Mohamed Said qui avait réclamé le paiement de la rançon avant la fin novembre.

Selon certains habitants de la zone, les shebab sont divisés sur la position à tenir et certains miliciens islamistes seraient surtout intéressés par un partage de la rançon éventuelle.

Un membre du groupe de pirates a affirmé samedi à l’AFP que des négociations avaient débuté avec le groupe saoudien Aramco, propriétaire du navire sans qu’elles n’aient pour le moment abouti. Il a également affirmé que les pirates à bord du Sirius Star riposteraient à toute intervention militaire pour les déloger.

“J’espère que le propriétaire du superpétrolier est suffisamment sage et n’autorisera pas le recours à l’option militaire parce que cela serait un désastre pour tout le monde. Nous sommes là pour défendre le superpétrolier si nous sommes attaqués”, a ajouté Abdiyare Moalim.

Une centaine de miliciens armés ont déjà convergé depuis jeudi sur Harardhere, un petit port de pêche à 300 km au nord de Mogadiscio où le supertanker est ancré depuis mardi. La capture du Sirius Star, long de 330 mètres et renfermant dans ses cales 300.000 tonnes de pétrole, est l’opération de piraterie la plus spectaculaire menée au large de la Somalie, où une centaine de bateaux ont été attaqués cette année.

Selon une estimation du ministre kenyan des Affaires étrangères, les pirates qui multiplient les attaques de bateaux au large des côtes somaliennes et dans le golfe d’Aden ont obtenu quelque 150 millions de dollars de rançons au cours des douze derniers mois.

Au moins dix-sept navires – et leurs 250 membres d’équipage – sont toujours aux mains des pirates, notamment un cargo ukrainien avec à son bord 33 tanks.

Plusieurs pays ont déjà dépêché des navires de guerre au large de la Somalie pour lutter contre ces bandits des mers dont l’activité menace l’une des voies maritimes les plus fréquentées au monde, donnant notamment accès au canal de Suez.

La communauté internationale et les acteurs du commerce maritime estiment cependant que la cause profonde de la piraterie au large des côtes somaliennes est l’anarchie qui règne en Somalie, pays de 10 millions d’habitants en guerre civile depuis 1991.

____________________________________ 1 – AFP

Somalie: les shebab appellent les pirates à libérer le superpétrolier

Les miliciens islamistes shebab de Somalie ont appelé dimanche les pirates qui ont capturé un superpétrolier saoudien le 15 novembre à libérer le navire ou à faire face à une action armée.

“Si les pirates veulent la paix, ils feraient mieux de libérer le pétrolier”, a affirmé à l’AFP cheikh Ahmed, un porte-parole des miliciens shebab pour la région de Harardhere où a été détourné le navire.

Les pirates ont exigé jeudi le paiement d’une rançon de 25 millions de dollars pour libérer le Sirius Star qui transporte une cargaison de pétrole estimée à 100 millions de dollars.