16/12/08 (B478) L’Express : des islamistes somaliens modérés (ARS) en visite à Paris.

Somalie: des islamistes à Paris

Par Vincent Hugeux,

Des représentants de la frange réputée modérée des Tribunaux islamiques sont ce lundi à Paris.

Une délégation de “l’Alliance pour la re-libération de la Somalie” (ARS) se trouve ce lundi 15 décembre à Paris, pour y nouer de discrets contacts diplomatiques. Elle doit ensuite séjourner mardi et mercredi à Bruxelles. L’ARS est la frange réputée modérée des Tribunaux islamiques, adeptes de la charia -la loi coranique- et maîtres de la Somalie de juin à décembre 2006.

Date à laquelle leurs miliciens furent délogés de Mogadiscio par un contingent éthiopien qu’épaulait activement Washington.

Depuis lors, la nébuleuse islamiste somalienne s’est scindée en courant rivaux. Les shebab -jeunes en arabe- constituent l’aile radicale de cette mouvance.

Souvent critiques envers la “tiédeur” de leurs aînés, ils ont reconquis les ports de Kismayo puis de Merka, et campent désormais dans les faubourgs de “Moga”. L’ARS, quant à elle, a signé le 26 novembre à Djibouti un accord de partage du pouvoir avec le Gouvernement fédéral de transition le 14e du genre depuis 1991, exécutif fictif plombé par les bisbilles entre le président Abdullahi Yusuf Ahmed et son premier ministre.

Le retrait prochain des troupes venues d’Addis-Abeba, perçues en Somalie comme une armée d’occupation, risque d’ouvrir un boulevard aux milices islamiques. D’autant que les forces de paix ougandaises et burundaises déployées sous l’étendard de l’Union africaine comptent au mieux 3000 hommes, loin des 8000 initialement annoncées. S’il peut mettre un terme au chaos dans lequel sombre le pays, l’éventuel triomphe des islamistes promet aux défenseurs des droits de l’homme des jours amers: le 10 octobre dernier, une fille de 12 ans a été lapidée à mort pour “adultère” à Kismayo.

Son crime?

Avoir été violée par trois hommes.