24/12/08 (B478-B) L’annonce du départ des forces éthiopiennes de la Somalie continuent à poser une problème à la communauté internationale, à l’ONU et à l’UA, qui n’ont aucune solution de rechange à proposer. Les Ethiopiens annoncent qu’ils pourraient rester quelques jours de plus : une façon de ne pas partir ou de se préparer à annoncer la continuation de leur action anti-islamistes sous une forme différente … (5 articles en Français)

_______________________________ 5 –

Prolongation de deux mois de la force africaine (UA)

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA) a décidé lundi de “prolonger de deux mois” le mandat de la force de paix africaine en Somalie (Amisom) qui expirait à la mi-janvier, a annoncé à l’AFP El Ghassim Wane, porte-parole de l’organisation.

“Le CPS a discuté de façon approfondie de la situation en Somalie et a décidé de proroger le mandat de la mission sur le terrain de deux mois”, a déclaré M. Wane à l’issue d’une réunion du Conseil à Addis Abeba.

“Dans ce contexte, (le Conseil) a réitéré son appel aux Etats membres pour fournir des troupes nécessaires à l’Amisom” -forte de seulement 3.400 soldats burundais et ougandais, alors que le mandat de l’Amisom prévoit un contingent total de 8.000 hommes-, a souligné M. Wane.

A l’issue des délibérations du CPS, le président de la réunion, le ministre zambien des Affaires étrangères, Kabinga J. Pande, a précisé à la presse que “le mandat de l’Amisom a été prolongé de deux mois à partir du 16 janvier 2009”.

Il a affirmé que “le gouvernement éthiopien a indiqué qu’il pouvait prolonger sa présence jusqu’au 5 janvier mais pas plus tard”.

Un délai qui pourrait permettre aux renforts de l’Amisom -trois bataillons (environ 800 hommes) du Burundi, d’Ouganda et du Nigeria- de se déployer.

Confrontée à la décision du gouvernement éthiopien de retirer son corps expéditionnaire de Somalie d’ici début 2009, l’UA tente par tous les moyens de renforcer l’Amisom, déployée depuis mars 2007 à Mogadiscio.

________________________________ 4 – AFP

Somalie: prolongation de deux mois du mandat de l’Amisom

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA) a décidé lundi de “prolonger de deux mois” le mandat de la force de paix africaine en Somalie (Amisom) qui expirait à la fin décembre, a annoncé à l’AFP El Ghassim Wane, porte-parole de l’organisation

_________________________________ 3 – XINHUA

L’Ethiopie continuera à soutenir l’AMISOM après son retrait de Somalie

L’Ethiopie va continuer à soutenir les activités de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) après le retrait de son contingent du pays, en fin d’année, a déclaré lundi soir un porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Wahide Belay.

L’Ethiopie va continuer à déployer des efforts pour rétablir la paix et la stabilité en Somalie, a confié à la presse M. Wahide.

“L’Ethiopie a décidé de retirer ses troupes du pays, suite à des malentendus entre les dirigeants du gouvernement fédéral de transition de la Somalie (TFG) et à l’indulgence de la communauté internationale et du Conseil de sécurité de l’ONU de déployer une mission de maintien de la paix et de financer le TFG”, a-t-il expliqué.

Le ministère éthiopien des Affaires étrangères a annoncé le mois dernier le désengagement de son corps expéditionnaire de la Somalie d’ici la fin de cette année. Cette déclaration a provoqué la panique au sein de l’AMISOM, dont les soldats de maintien de la paix devront prendre en charge la sécurité locale, une tâche qui nécessite plus de temps de préparation.

Le fait que certains pays n’aient pas tenu leur promesse de déployer des forces et d’offrir des ravitaillements à l’AMISOM constitue une autre raison du retrait de l’armée éthiopienne de Somalie, a évoqué le porte-parole.

_________________________________ 2 – APA

L’envoyé spécial de l’UA invite l’Ethiopie à retarder le retrait de ses troupes de la Somalie

APA-Addis-Abeba (Ethiopie) L’envoyé spécial de l’Union africaine en Somalie a invité lundi l’Ethiopie à retarder son projet de retrait de la Somalie jusqu’au déploiement de troupes supplémentaires de l’UA dans le pays.

L’envoyé, Nicolas Bwakira, a invité l’Ethiopie à suspendre son retrait prévu d’ici fin décembre jusqu’au déploiement des renforts de troupes nigérianes, ougandaises et burundaises en Somalie prévu dans les prochaine semaines.

On se rappelle que l’Ouganda et le Burundi ont promis lors de la réunion de l’Autorité intergouvernementale de développement (IGAD) qui s’est tenue dimanche à Addis-Abeba, d’envoyer un autre bataillon de soldats (850 soldats) chacun en Somalie.

Le Nigeria a également promis de dépêcher un bataillon à la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM). Il sera le troisième pays après l’Ouganda et le Burundi à envoyer des forces de maintien de paix en Somalie dans le cadre de l’AMISOM.

Bwakira intervenait à la réunion ministérielle du Conseil de paix et de sécurité de l’UA qui se déroule actuellement à huis clos au siège de l’UA à Addis-Abeba.

Il a indiqué qu’un retard dans le retrait des troupes éthiopiennes est nécessaire jusqu’à ce que les nouveaux soldats du Nigeria, de l’Ouganda et du Burundi intègrent les troupes déjà déployées sur le terrain.

Toutefois, le ministre d’Etat éthiopien des Affaires étrangères, Tekeda Almeu a refusé d’examiner la demande de l’UA de retarder le retrait des troupes de la Somalie, estimant que cela était une “décision irréversible ».

L’Ethiopie, qui a déployé ses troupes en Somalie en décembre 2006, se prépare à se retirer du pays, arguant que la communauté internationale avait eu assez de temps de saisir l’ « occasion rêvée » de ramener la paix et la stabilité en Somalie qui est privée de gouvernement central depuis 18 ans.

_________________________________ 1 – Centre Info ONU

La Somalie n’est pas prête pour une opération de maintien de la paix, selon Ban

Estimant dans une lettre au Conseil de sécurité que la situation en Somalie ne se prête pas à l’envoi d’une mission de maintien de la paix, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a proposé de renforcer d’abord la mission de l’Union africaine dans le pays.

« Le Secrétaire général note dans une lettre transmise vendredi les options en matière de maintien de la paix pour la Somalie », a rapporté lundi la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien, au siège de l’ONU, à New York.

Ban Ki-moon y « souligne les progrès accomplis en ce qui concerne le processus de paix de Djibouti mais souligne que le pays n’est pas mûr pour une opération de maintien de la paix ».

Le Secrétaire général relève aussi que ses efforts pour mobiliser une force de stabilisation robuste n’ont toujours pas abouti.

En l’absence d’une telle force, le Secrétaire général propose de renforcer l’AMISOM [la mission de l’Union africaine (UA)], d’intensifier la formation du personnel militaire et de police somalien et de créer une force maritime dotée d’éléments de réaction rapide afin que le processus de paix puisse prendre racine, a dit la porte-parole.