27/12/08 (B480) Le retrait des troupes éthiopiennes de Somalie et les conséquences, constituent toujours une grande interrogation pour les membres de l’UA et la communauté internationale … (4 articles en Français et en Anglais)

________________________________4 – Shabelle (En Anglais)

Les soldats éthiopiens tuent deux Somalis et font trois blessés au minimum, après avoir ouvert le feu de façon aveugle sur des civils au sud de Mogadiscio.// Ethiopian soldiers kill two Somalis

Two Somali civilians have been killed and three others have been injured when Ethiopian troops have opened fire indiscriminately to a civilian bus that was traveling in Afgoi district 30 kilometers (18miles) south of Mogadishu, witnesses said on Friday.

Residents say the victims were milk dealers who were traveling from Afgoi to Darta Village in Lower Shabelle region.

The Ethiopian troops have been conducting operations in Afgoi town recently which they have arrested 15 teenagers.

The Ethiopian troops killed passengers when they opened fire on a passenger bus that was traveling in Wanlawayn district about 90 kilometers south of Mogadishu four weeks ago.

Ethiopian troops backing the transitional federal government came to Somalia in 2006 to help defeat the Islamic Courts Union, which brought relative peace to much of south and central Somalia.

The Ethiopian occupation encouraged may young boys to join to the insurgents, killed thousands and displaced millions of civilians.

By: Ahmednor Mohamed Farah

_______________ 3 – Shabelle avec UGPULSE.COM (En Anglais)

L’Uganda demande à retirer ses troupes de Somalie. // Uganda asked to withdraw troops from Somalia

The Shadow minister for Defense, Hussein Kyanjo has said Uganda needs to withdraw its troops from Somalia because of the confusion over the Somali transitional government.

Kyanjo says the African Union Peace Keeping forces were invited by the interim government headed by Yusuf Abdhulai which government seems to have lost control of the war torn country.

This follows a decision by Yusuf to sack all his cabinet members and Prime Minister Nuru Hassan Hussein. But the Somali Parliament rejected Yusuf’s move and declared Nuru Hassan Hussein as the rightful leader of the interim government.

Kyanjo who is also the MP for Makindye West says the conflict between the two groups are likely to cause conflicting loyalties for Uganda and Burundian peace keepers who are in Somalia on behalf of the African Union.

This comes at a time when the mandate of the AU peacekeeping mission in Somalia has expired, although AU foreign ministers meeting in Addis Ababa this week agreed to extend the mandate of AU peace keepers by two months.

The AU ministers appealed to Uganda and Burundi, the only countries to answer a call to send troops to the war torn Somalia to send more troops to cover the gap left by withdrawing Ethiopian troops.

The UN Security Council which was expected to send peace keeping troops to Somalia recently said they would not send peace keepers, saying there was no peace to keep in Somalia because the different clan factions have not shown strong evidence of wanting an end to the factional fighting.

__________________________________ 2 – GabonEco avec AFP

Somalie: les troupes de l’Amisom veulent se retirer, selon Meles Zenawi

Le Burundi et l’Ouganda, dont les troupes forment la force de paix de l’Union africaine en Somalie (Amisom), souhaitent se retirer du territoire somalien avant le départ des troupes éthiopiennes prévu début 2009, a annoncé jeudi le Premier ministre éthiopien devant le Parlement.

“Nous étudions en ce moment tous les aspects de notre retrait (de Somalie). La question principale est de s’assurer que les soldats de la paix ougandais et burundais puissent se retirer en toute sécurité”, a déclaré le Premier ministre, Meles Zenawi, en répondant à la question d’un parlementaire.

L’Ouganda et le Burundi “nous ont déjà informés qu’ils souhaiteraient se retirer avant que nous le fassions, et nous attendons seulement que des bateaux et des avions arrivent en Somalie pour qu’ils puissent organiser leur retrait”, a-t-il ajouté.

La Somalie est en guerre civile depuis 1991.

L’Amisom, constituée de 3.400 hommes (tous ougandais ou burundais), loin des 8.000 hommes initialement prévus, est déployée depuis mars 2007 en Somalie, mais reste mal équipée et sous-financée.

L’armée éthiopienne, qui intervient officiellement depuis fin 2006 en Somalie voisine, a annoncé son retrait total du pays d’ici début 2009.

__________________________________ 1 – XINHUA

L’Ethiopie déclare que le retrait de ses troupes de Somalie est “irréversible”

Le porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Wahide Belay, a déclaré mercredi que la décision de l’Ethiopie de retirer ses troupes de Somalie était “irréversible”.

Il a indiqué à des journalistes que cette décision avait été approuvée par la Chambre des représentants du peuple (chambre basse).

“L’armée éthiopienne, qui a accompli avec succès sa mission en Somalie, sera retirée”, a-t-il souligné.

L’Ethiopie, at–il ajouté toutefois, va continuer è soutenir les activités visant à assurer la paix et la stabilité en Somalie après le retrait de ses troupes avant la fin de l’année.

“En tant que président actuel de l’Autorité intergouvernementale sur le développement (IGAD), membre du Conseil de paix et et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (…), l’Ethiopie continuera fà faire des efforts pour aider à sauvegarder la paix et la stabilité en Somalie”, a déclaré Ashide Belay.

Le ministère éthiopien des Affaires étrangères a annoncé le mois dernier que les troupes éthiopiennes quitteraient la Somalie avant la fin de l’année. Cette annonce a provoqué la panique dans la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), dont les troupes de maintien de la paix ont encore besoin de temps pour prendre en charge le maintien de la sécurité dans le pays.

Wahide a par ailleurs indiqué que la piraterie au large de la Somaie était devenue une menace internationale majeure et que pour y faire face, il faut régler les problèmes sur le terrain en Somalie.

Pourtant, a poursuivi Wahide, l’Ethiopie ne peut pas continuer seule à assumer la responsabilité.

“La responabilité doit être un fardeau à partager par la communauté internationale”, a-t-il dit.