15/01/09 (B482) Le départ des troupes éthiopiennes de Mogadiscio est confirmé par l’ensemble de la presse. (Six extraits en Anglais et en Français)

_____________________________ 6 – Press TV (Iran) (En Anglais)

Les milices Al-Shabaab s’emparent de positions qui avaient été occupées par les Ehiopiens. // Al-Shabaab takes over Ethiopian positions

Al-Shabaab fighters have positions formerly held by Ethiopian troops in northern Mogadishu, following Ethiopia’s withdrawal from Somalia.

Abdi Rahim Isse Addow, the spokesman for the Union of Islamic Courts (UIC), told Press TV that Ethiopian soldiers left their positions which were all filled by al-Shabaab fighters.

Addow said Ethiopians left behind many military vehicles inside the Mogadishu Stadium, enough to secure the area.

Meanwhile, Sheikh Mukhtar Abu Mansur, an al-Shabaab’s representative, called on Ugandan and Burundi Amisom troops to evacuate Somalia within the next few days.

Ethiopia decided to withdraw its troops from Somalia during the Djibouti peace talks, which devised a framework for the Transitional Federal Government (TFG) and the Alliance of Re-liberation of Somali (ARS) – a Somali opposition – to work closely and restore calm to the crisis-stricken country.

Shortly before the withdrawal, Ethiopia had to disarm and demobilize many government soldiers fearing they would join the opposition groups.

_____________________________ 5 – BBC (En Anglais)


Les islamistes prennent le contrôle des bases qui avaient été occupées par les Ethiopiens à Mogadiscio. // Islamists take bases in Mogadishu

The last Ethiopian troops in Somalia’s capital have left Mogadishu and Islamist forces have taken over most of the bases they have left behind.

A BBC reporter says four of the six vacated bases have been taken over by insurgents from different factions, seemingly working together.

Troops loyal to the interim government, which Ethiopia was supporting, have control of only two of the bases.

Meanwhile, Prime Minister Nur Hassan Hussein says he wants to be president.

Abdullahi Yusuf resigned as president last month after falling out with Mr Hussein over attempts to negotiate a peace deal with the Islamist-led armed opposition.

But the opposition is split into various factions, and the more hardline groups do not support the peace process.

Ethiopia intervened in Somalia two years to help oust Islamists, who had taken control of much of the south of the country.

Power vacuum

The BBC’s Mohamed Dhore in Mogadishu says African Union peacekeepers are guarding Mogadishu’s presidential palace, but most positions in the capital have been filled by Islamist insurgents.

He says government troops are in the former Ethiopian base at the southern entrance to the city and at the empty central hospital, Digfer.

Analysts had feared the withdrawal of the Ethiopians would lead to a power vacuum and fighting between rival Islamist factions.

But at the moment all factions – whether they back the peace process with the government or not – seem to be working together.

Some 16,000 civilians have been killed in the conflict between Somalia’s transitional government and the Islamists, and a million more have been forced from their homes.

Correspondents say that Mr Hussein – one of the architects of the peace deal – is hoping to capitalise on the Ethiopian withdrawal to win support for his presidential candidacy.

Mr Hussein, a former humanitarian worker from Mogadishu and a member of the area’s dominant Hawiye clan, has the backing of Igad, the East African regional grouping which brokered the agreement that led to the formation of the interim government in 2004.

“Today I want to announce that I am a candidate for the post of president which is expected to be contested soon and whoever wins it should peacefully and democratically run the country,” Mr Hussein said.

Hindsight

Meanwhile, Ethiopian Prime Minister Meles Zenawi has been defending his decision to oust Islamists two years ago.

He said the reason Ethiopia had intervened was to avert a clear and present danger to its own security and because it was asked to by the Somali transitional government.

Bringing peace and stability was something Somalis could only do themselves, he said.

Speaking at a news conference in the Ethiopia capital, Addis Ababa, he said that with hindsight, he would do the same again.

“I would without hesitation, have intervened again if I had to do it all over again,” he said.

“Now that does not mean I would repeat all the specifics of that intervention.

“Only stupid people would repeat everything they did in the past. So obviously if we were to do it again we would do it better. But we would do it nonetheless.”

He however said Ethiopian troops would not be rushed into leaving the rest of the country – and that they would remain in force along the border.

The US wants the United Nations to take over peacekeeping duties from the African Union.

But last month UN Secretary General Ban Ki-moon said few countries were willing to send troops to Somalia, as there was no peace to keep.

Somalia has not had an effective national government since 1991, since when various militias have been battling for control.

_____________________________ 4 – Shabelle (En Anglais)


Les Tribunaux islamiques prennent le contrôle de 6 commissariats de police dans Mogadiscio, après le départ des Ethiopiens. // ICU takes over six police stations in Mogadishu, clerics denounce fighting

Islamic Courts Union took control of six police stations in the Somalia capital Mogadishu on Thursday after the Ethiopian troops pulled out from the capital.

Abdirahim Isse Adow, a spokesman of the Islamic Courts Union said they seized the police stations to tighten the security of the capital and prevent from looting.

He called the people of Mogadishu not to revenge from government soldiers.

Witnesses say Islamic Courts Union forces have removed at least 7 check points in the capital.

Islamic clerics who have been mediating the Islamists denounced Thursday yesterday’s fighting that killed more than 25 people and injured 50 in the capital after Islamist insurgents ambushed departing Ethiopian troops.

The Ethiopian troops fought back and shelled parts of Mogadishu.

The chairman of the clerics, Sheik Bashir Ahmed Salad said it was wrong to attack departing soldiers and described as un-Islamic act.

He also warned attacks against AMISOM troops in Mogadishu.

The statement of the chairman comes as the spokesman of Shabab insurgent group Sheik Muktar Abu Mansoor vowed attacks against AMISOM troops in Mogadihsu.

______________________________ 3 – Sudan Times (ST) (En Anglais)

Les forces éthiopiennes ont restitué auprès du premier ministre toutes les armes qu’elles avaient confisquées aux différentes milices durant leurs deux années d’occupation en Somalie. //Ethiopian forces hand over weapons to Somalia army

By Tesfa-alem Tekle

Ethiopia Defense forces in Somalia handed-over all the military weapons they have seized during two years of fight with Al-shebab and other Islamist factions,. the Ethiopian television (ETV) reported.

The handing over, late on Monday was made at the premier’s office between Somalia transitional government’s Prime Minister Nur Hassan Hussein and Ethiopia forces military chief in Somalia, Colonel Gebreyohanns Abate.

During the handing over ceremony colonel Gebreyohanns said that the objective of the military support is to build-up the military capacity of Somali transitional government forces.

Somalia Prime Minister Nur Hassan Hussein said that the support made will scale up the morale and military power of Somalia forces. Furthermore it will boost the long standing friend-ship and cooperation between Ethiopia and Somalia, he added.

Beyond the captured and handed over weapons Ethiopian forces have also gave away a number of weapons from their own.

Among many Mortars, RG, snipers were handed over.

Mean while a self-calling Ahlu Sunna Wal-jama’ah militia which accuses Al-Shebab of killing its religious leaders and desecrating graves has claimed killing 50 Fighters from the al-Shebab movement in a clash with members of Al-shabab in Guriel, about 500km northeast of the capital Mogadishu on Sunday.

Among the killed citizens from Sudan, Eritrea and Pakistan are reported.

The fighting came as Ethiopian soldiers, who entered Somalia in 2006 to help the transitional government battle opposition forces, continued their withdrawal from the country.

_______________________________ 2 – AFP

Somalie: l’armée éthiopienne s’est totalement retirée de Mogadiscio

L’armée éthiopienne, qui luttait depuis deux ans aux côtés des troupes somaliennes contre les insurgés à Mogadiscio, s’est retirée jeudi totalement de la capitale somalienne, étape majeure du plan de retrait total du pays des soldats éthiopiens.

Accueilli avec soulagement jeudi par les habitants de Mogadiscio particulièrement éprouvés par les violences, ce retrait accroît les incertitudes sur l’insécurité dans la ville, ravagée à l’instar d’un nombre croissant de régions somaliennes par une insurrection acharnée menée par les islamistes.

“Je confirme que tous les soldats éthiopiens se sont retirés de la capitale ce matin”, a annoncé à l’AFP le porte-parole du gouvernement de transition somalien, Abdi Haji Gobdon.

“Les dernières troupes ont quitté (Mogadiscio) ce matin; le dernier convoi de 30 camions a été vu sur la route menant à Afgoye”, localité située à environ 30 km au sud de Mogadiscio, a raconté un habitant, Ibrahim Abdi Mohamed.

“Nous espérons que ce sera le début du bonheur dans la capitale et la fin de deux ans d’ère coloniale”, a réagi un autre résident, Abdiwahid Moalim Hussein. Des groupes d’habitants ont manifesté leur joie après le départ des Ethiopiens.

Les civils ont payé le plus lourd tribut dans les affrontements entre troupes gouvernementales et insurgés depuis début 2007, qui ont coûté la vie à plusieurs milliers d’habitants.

Human Rights Watch et Amnesty International ont accusé l’armée éthiopienne de violations des droits de l’Homme – exécutions extrajudicaires, viols, tirs indiscriminés d’artillerie lourde – contre les civils lors de sa lutte contre l’insurrection. Ces accusations ont été catégoriquement rejetées par Addis Abeba.

L’armée éthiopienne avait entamé son retrait de la capitale mardi. L’Ethiopie avait annoncé le 2 janvier avoir entamé son plan de retrait final de ses troupes du territoire somalien, assurant alors que cette opération “allait prendre du temps”.

L’armée d’Addis Abeba était intervenue officiellement fin 2006 pour soutenir le gouvernement somalien, et a mis en déroute début 2007 les forces des tribunaux islamiques qui avaient contrôlé pendant quelques mois l’essentiel du centre et du sud de la Somalie.

L’Ethiopie, dont les habitants sont en majorité chrétiens orthodoxes, avait justifié cette intervention en arguant que les tribunaux islamiques menaçaient sa sécurité.

Mais Addis Abeba est soucieuse de s’extraire d’un bourbier militaire car depuis début 2007, Mogadiscio et un nombre croissant de régions somaliennes sont le théâtre d’une guérilla acharnée – visant en particulier les forces somaliennes et éthiopiennes – dirigée par les combattants extrémistes islamistes des “shebab”.

Jeudi, le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, a réaffirmé qu’il “n’y aura pas de retour en arrière” sur le retrait total.

Ce retrait fait planer encore plus d’incertitudes sur la sécurité en Somalie, pays pauvre de la Corne de l’Afrique en guerre civile depuis 1991. La force de paix de l’Union africaine (Amisom), déployée depuis mars 2007 essentiellement à Mogadiscio, mais mal équipée et sous-financée, va en effet se retrouver seule sur le terrain.

Les islamistes somaliens ont toujours affirmé se battre contre “l’occupation éthiopienne”. Les shebab ont cependant également affirmé qu’ils se battraient jusqu’au départ des troupes de l’Amisom.

Ainsi, le porte-parole des shebab, cheikh Muktar Robow, a prévenu mercredi que ses hommes allaient désormais “concentrer leur combat sur les soldats de l’Amisom”.

“Nous ne stopperons pas notre guerre tant que toutes les troupes étrangères n’auront pas quitté notre sol”, a-t-il dit à la presse.

_______________________________ 1 – L’Express avec Reuters

Les dernières troupes éthiopiennes ont quitté Mogadiscio

Les troupes éthiopiennes qui soutiennent depuis deux ans le gouvernement somalien de transition ont achevé leur retrait de la capitale Mogadiscio, laissant derrière elles un vide qui risque de se traduire par un regain de combats pour le contrôle de la ville.

Militaires éthiopiens quittant Mogadiscio. Les troupes éthiopiennes qui soutiennent depuis deux ans le gouvernement somalien de transition ont achevé leur retrait de la capitale Mogadiscio, laissant derrière elles un vide qui risque de se traduire par un regain de combats pour le contrôle de la ville. (Reuters/Ismail Taxta)

“J’ai vu le dernier convoi de soldats éthiopiens passant dans la rue. La majeure partie d’entre eux marchaient aux côtés de leurs véhicules”, a rapporté un témoin, Ahmed Farax Nur, qui vit dans les faubourgs de la capitale et a été réveillé dans la nuit par le grondement des blindés.

Les dernières troupes éthiopiennes ont quitté dans la nuit les bases où elles étaient encore cantonnées dans la ville, a dit de son côté à Reuters Abdifatah Ibrahim Shaaweye, gouverneur adjoint de la région de Banadir, qui comprend Mogadiscio.

Certains observateurs craignent que le retrait des 3.000 militaires éthiopiens ne se traduise par un regain de combats à travers la Somalie, où règne le chaos depuis la chute du dictateur Mohamed Siad Barre en 1991.

D’autres, en revanche, pensent que cela pourrait être une bonne chose pour ce pays de la Corne de l’Afrique, en incitant d’autres islamistes modérés à rejoindre un nouveau gouvernement, élargi. Peu de signes, toutefois, vont dans ce sens pour l’heure.

Les rebelles islamistes sont en lutte depuis le tout début 2007 contre le gouvernement de transition, soutenu par Addis-Abeba et l’Occident, et des combats opposent en outre des factions rivales de cette guérilla.

Jeudi, au moins huit combattants ont péri dans des affrontements entre une milice et des hommes de l’organisation extrémiste al Chabaab, dans la région du Bas-Shabelle. Cinq autres sont morts dans une explosion visant un véhicule qui transportait des miliciens dans une ville du Sud, Bardheere.

DOUTES SUR LE RETRAIT ÉTHIOPIEN

Mercredi, ce sont vingt et une personnes qui ont péri à Mogadiscio dans le pilonnage par des insurgés du palais présidentiel, situé sur une hauteur, et dans une embuscade tendue à des soldats éthiopiens sur le départ, dans les rues étroites en contrebas du palais. On dénombre aussi une cinquantaine de blessés dans ces tirs.

Al Shabaab, que les Etats-Unis ont officiellement répertorié comme une organisation terroriste ayant des liens étroits avec Al Qaïda, s’est juré d’attaquer les soldats de maintien de la paix de l’Union africaine (UA) et les installations gouvernementales stratégiques, comme le principal aéroport de la capitale, après le départ des Ethiopiens.

L’UA dispose de 3.500 soldats ougandais et burundais déployés dans la ville et souhaite renforcer sa mission de maintien de la paix.

Depuis le commencement de 2007, après l’envoi par l’Ethiopie qui a rétabli au pouvoir à Mogadiscio une administration pro-occidentale, plus de 16.000 civils sont morts dans les combats.

Cheikh Hassan Yackoub, porte-parole d’Al Chabaab à Kismayo, port stratégique du sud dont le groupe s’est emparé en août, a mis en doute ces derniers jours l’intention de l’Ethiopie de se retirer complètement de Somalie.

“S’ils se retirent, ce sera à cause des attentats des islamistes, et non à la suite de requêtes ou de négociations. Nous continuerons de les combattre jusqu’à ce qu’il ne reste plus un seul Ethiopien sur le sol somalien”, a-t-il dit à Reuters.

S’exprimant au Caire à l’issue de discussions avec des responsables de la Ligue arabe, le dirigeant islamiste modéré Cheikh Charif Ahmed a déclaré que le mouvement d’opposition basé en Erythrée, partisan d’une ligne dure, se joindrait prochainement aux discussions.

Version française
Nicole Dupont, Eric Faye