17/01/09 (B482) Des combats parfois violents sont engagés pour le contrôle des bases militaires laissées vacantes par le départ des Ethiopiens, en Somalie. Les milices et les groupes rivaux se livrent à de violents combats pour les récupérer à leur profit.

______________________________________ 2 – AFP

Somalie: les islamistes modérés contrôlent les ex-bases éthiopiennes

Des combattants des islamistes somaliens modérés contrôlaient vendredi à Mogadiscio les principales bases désertées par les troupes éthiopiennes dans le cadre de leur plan de retrait du pays, a-t-on appris auprès de témoins et de source officielle.

Ces miliciens se sont ainsi rendus maîtres jeudi du bâtiment de l’ancien ministère de la Défense, du stade, d’une ancienne usine de pâtes et d’autres bases où les troupes éthiopiennes – qui ont débuté leur retrait de Somalie début janvier – étaient stationnées depuis deux ans.

“Nos forces ont pris le contrôle des zones désertées par les Ethiopiens afin de maintenir la sécurité”, a déclaré Abdirahin Ise Ado, porte-parole des Tribunaux islamiques.

“Des islamistes à bord de dizaines de véhicules ont pris le contrôle du bâtiment du ministère de la Défense après le départ des Ethiopiens et ils ont aussi pris le contrôle de la zone de Shirkole. Ils chantaient +Dieu est grand+”, a rapporté à l’AFP un habitant de Mogadiscio témoin de la scène, Hasan Farah Doyow.Ces miliciens sont fidèles à la branche de l’opposition islamiste somalienne engagée dans un processus de paix avec les autorités, et notamment le Premier ministre Nur Hassan Hussein.

L’autre branche de cette opposition, plus radicale, rejette tout accord politique avec les autorités de transition somalienne. Elle se traduit sur le terrain par une insurrection acharnée menée par des combattants extrémistes, les “shebab” (jeunesse).

La prise de contrôle des anciennes bases éthiopiennes par les miliciens islamistes a été critiquée jeudi par le maire de Mogadiscio, qui y voit une violation de l’accord de Djibouti, signé fin octobre entre le gouvernement et l’opposition islamistes modérée.

“Les insurgés ont partiellement violé l’accord de Djibouti (…) qui stipule que des forces mixtes (islamistes modérés et forces de sécurité somaliennes) devaient être déployées dans ces zones”, a déclaré à la presse Mohamed Osman Dhagahtur.

Jeudi, les derniers soldats éthiopiens ont quitté Mogadiscio où ils étaient présents depuis deux ans pour soutenir le gouvernement somalien.

______________________________________ 1 – Shabelle (En Anglais)

Islamist insurgents attack Ethiopian military bases in southern Somalia

Somali Islamist forces have attacked military bases of the Allied Ethiopian and Somali government soldiers in around the airport of Bardhere town in Gedo region last night (Friday), witnesses told Shabelle radio on Saturday.

Residents say the clashes started around 10:00 local time near ADC centre in Bardhere town after the Islamist insurgent forces attacked the bases of the Ethiopian and Somali troops around there and both soldiers have exchanged heavy weapons during the fighting which could be heard in all directions of the town but no casualties have been reported yet.

Ali Barre Abdi, one of the government administration of Bardhere town has told Shabelle radio that Al-shabab Islamist fighters were behind the attack and said they have resisted the forces who attacked them.

Barre Mohamed Farah known as (Qordhere), head of the security of Islamic administration in Bardhere town has claimed the responsibility of the attack targeted to the Ethiopian and Somali soldiers’ bases in the town and added they have inflicted many casualties including deaths and wounds to them.

Locals say the fighting was heavy and lasted for several hours which the people of the town have expressed sorrow and very worried about it.

Ethiopia invaded Somalia in 2006 to help defeat the Islamic Courts Union forces that ruled much of south and central Somalia.

The attacks come as the security situation of Bardhere town was worsening over the past weeks which many attacks were targeted to the Ethiopian and Somali soldiers in the region by the Islamists who are against the presence of the Ethiopian troops and government policy.