02/02/09 (B484) Somalie : réactions contradictoires et soutiens des instances internationales, après l’élection du nouveau Président. (7 articles en Anglais et en Français)

__________________________ 7 – Shabelle (En Anglais)

Les forces de l’AMISON affirment qu’elles apporteront leur soutien au nouveau Président somalien. // AMISON to support new Somali president

The African Union peacekeeping Mission on Somalia has promised to give full support to the newly elected President of Somalia, Sheikh Sharif Ahmed.

The Spokesperson for AMISON, Maj. Bahoku Barigye says the AU peacekeeping mission will work with the new President of the Somali transitional government to ensure peace and normalcy returns to Somalia.

Sheikh Sharif Ahmed was last week elected by the Somali government to head the transitional government that is expected to bring the different factions in Somalia to the same table and stop the fighting between the different factions.

Maj. Barigye says Sharif Ahmed’s election has brought more hope for bringing about lasting peace in Somalia where Uganda has deployed over 1,600 peacekeeping troops.

He also appealed to the United Nations and the international community to give more support to the transitional government of Somalia to enable it achieve peace.

__________________________ 6 – Shabelle (En Anglais)

Le Président du Parlement somalien affirme que le Gouvernement sera installé en Somalie, sans pouvoir donner, à l’heure actuelle, le nom d’une ville, car Baïdoa est contrôlée par les milices Al Shebaab. // The new government will relocate home: Official

The deputy speaker of the Somali parliament Professor Mohamed Omar Dalha has said that the new government will return home when the president nominates prime minister and build the governmnet institutions in Djibouti, Dalha told Shabelle on Monday.

The deputy speaker Prof. Dalha has told reporters that government institutions will be built when the newly elected president of Somalia Sheik Sharif Sheik Ahmed returns from the AU summit that continuing in Addis Ababa and then the whole government will relocate back to Somalia.

Asked about the town which the parliament will come back thought the seat of the legislatures is controlled by Al-shabab, he replied that the parliament will consult each other make a decision.

The Somali parliament elected Sharif Sheik Ahmed as the new Somali president in Djibouti after Former president resigned last month.

__________________________ 5 – Shabelle (En Anglais)

Des parlementaires somaliens libérés aprés avoir été capturés par les milices Al Shabaab, déclarent qu’ils vont attaquer Baïdoa pour en récupérer le contrôle. // Somali MPs say they will attack Baidoa

Some Somali transitional legislatures in Hudur town whom al-Shabaab captured and later released say they want to attack Baidoa, ex-seat of the Somali parliament, officials told Radio Shabelle

Al-shabab fighters captured Baidoa town last month after the Ethiopian troops withdrew from it.

Reports from the town say more Somali MPs, mostly chased forcibly from Baidoa including Mohamed Moalin Ahmed, the district commissioner of Hudur town and Shino Moalin Nurow, the deputy governor of Bay region were amassing troops in Hudur which is not too far from Baidoa.

Mohamed Moalin told Shabelle that they have been discussing to manage how they would attack and take control of Baidoa town adding that they will attack the town not representing the TFG.

It is unclear how the Somali MPs and their supporters in Hudur town will assault Baidoa but their statement comes as the Somali parliament elected president Sheik Sharif Sheik in neighbouring Djibouti.

_______________________ 4 – Shabelle avec Saba (YE) en Anglais

L’ancien Président du GNT adresse des louanges à son successeur et se félicite de la position du Yémen face à la crise somalienne. // Ex-president of Somalia hails new president

Somalia’s Former President Abdullah Yusef lauded on Sunday the Yemeni attitudes supporting Somalia to bring security, stability and peace back.

During his meeting with the President Ali Abdullah Saleh, Former Somali President Yusef valued the President’s stance sustaining Somalia in all events and at all levels.

He demanded the International community to present the requisite assistance to rebuild Somali and its institutions.

Yusef affirmed that he would assist the new president of Somali Sheik Sharif, asserting that the first task that should be on the table of the new president is bringing security and peace on the Somali land.

President Saleh asserted the significance of supporting the new President Sharif for reinforcing the national Unity and reconstructing the state of Somalia, accenting the importance of the solidarity of all Somalis to achieve that.

The meeting also reviewed the developments and the new situation in Somalia after electing Sharif as a new president.-SABA

___________________________________ 3 – Continental News

Sheikh Sharif Ahmed élu président de la Somalie

Trois ans après avoir été chassé de Mogadiscio, le chef des Tribunaux islamiques, Cheikh Charif Ahmed, a été élu président de la Somalie par les députés réunis à Djibouti.

Il est particulièrement risible de voir les médias occidentaux qualifier «d’islamiste modéré» Cheikh Charif Ahmed, alors qu’il y a trois ans il était présenté comme un suppôt d’Al-Qaeda. Uniquement sur la base des affirmations américaines, source unique de «Vérité».

C’est vrai que les temps ont légèrement changé à Washington et que la nouvelle administration Obama a également salué l’avènement à la présidence somalienne de ce «modéré». Il faut bien entendu apprécier que la nouvelle administration américaine ne tire plus sur tout ce qui bouge.

Dans la logique absurde qui a prévalu sous Bush, les députés somaliens réunis à Djibouti, il faut le souligner, seraient des fous ou bien des nouveaux ralliés à Oussama Ben Laden. Voilà donc un petit «progrès» à Washington, plutôt tardif. Car, en trois ans, beaucoup de sang et de poussière ont couvert les jours de Somalie.

Le problème est que ce brevet de «modération» unanimement accordé à Ahmed Charif ne lui sera d’aucun secours dans sa problématique mission.

La décision purement idéologique prise par l’administration Bush d’abattre, en 2006, les Tribunaux islamiques qui avaient réussi à mater les chefs de guerre, a créé une nouvelle situation plus compliquée. L’Ethiopie se voyant dans le «grand rôle» d’exécuteur des voeux de l’Empire a fini par retirer ses troupes après s’être totalement embourbée dans une Somalie qui se refusait à accepter la présence de ce vieil ennemi. Addis-Abeba a beau affirmer avoir «accompli sa mission» et reprocher à la communauté internationale son inaction, elle s’est fourvoyée dans un jeu malsain où elle est perdante.

Les forces africaines d’appoint, venues aussi dans un contexte conflictuel, sont également regardées comme des ennemis. Il y a trois ans, les Tribunaux islamiques exerçaient une emprise morale sur les «Chabab», ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Et comme partout à travers l’histoire, le refus des puissants de reconnaître les revendications politiques en général, d’abord relayées par des mouvements disposés aux concessions et au dialogue, débouche sur des radicalisations sans cesse accentuées.

La gestion idéologique, à très courte vue, de la situation dans ce pays dévasté est donc parfaitement exemplaire. La diabolisation des Tribunaux islamiques n’a servi qu’à porter la situation somalienne à un niveau paroxystique. L’impossible stabilisation par des relais politiques sans ancrage dans la société somalienne fracturée par des années de guerre a provoqué l’apparition de phénomènes de criminalité de grande ampleur.

Le caractère éminemment contre-productif de la stratégie des néoconservateurs endossée par les Ethiopiens et une partie de l’Union africaine est ainsi illustré par le développement de la piraterie. La déstabilisation somalienne dépasse aujourd’hui ses frontières maritimes et menace, si une solution acceptable par toutes les parties n’est pas trouvée, de s’étendre à la sous-région dans son ensemble. La réhabilitation tardive des Tribunaux islamiques est un autre «triomphe» de la diplomatie nord-américaine…

K. Selim

_________________________________ 2 – Afrique – Asie

Somalie : les islamistes s’entre-tuent

Pendant que l’Éthiopie retire ses troupes de Somalie, les factions islamistes ont intensifié les combats entre eux. Plus de cinquante personnes ont trouvé la mort dans des affrontements hors de Mogadiscio. Un nouveau groupe militaire islamiste a déclaré une « guerre sainte » aux autres factions islamistes.

Le groupe Ahlu-Sunna Wal-Jama, « modéré », a tué plus de dix combattants de Hareka al-Shabab, une faction islamiste rivale connue comme l’une des plus puissantes en Somalie. Ahlu-Sunna Wal- Jama a repris deux villes, Dusa Mareb et Guriel, qui étaient contrôlées par Hareka al-Shabab.

Il s’est engagé à faire reculer cette faction dans d’autres parties du pays. Les combats viennent dans un moment de crise politique aiguë avec, d’un côté, le problème du remplacement du président du gouvernement transitoire, le colonel Abdullahi Yusuf, qui a démissionné, et, de l’autre, les tentatives pour mettre à exécution l’accord de paix de Djibouti.

Celui-ci stipule la formation d’un gouvernement d’union par la faction modérée des islamistes dirigé par Sheikh Ahmed et le gouvernement de transition. Washington prévoit de déposer une résolution au Conseil de sécurité des Nations unies pour renouveler le mandat de la force de l’Union africaine en Somalie et en accroître ses effectifs et, éventuellement, pour envoyer des forces de maintien de la paix de l’Onu.

Les troupes ougandaises et burundaises ont besoin d’une aide d’urgence alors que l’Éthiopie a retiré ses troupes en laissant un chaos pire que celui qui existait au moment de l’invasion

_________________________________ 1 – XINHUA

L’ONU prête à soutenir les efforts du nouveau gouvernement somalien pour la réconciliation nationale

Le secrétaire général (SG) de l’ONU, Ban Ki-moon, a déclaré dimanche que les Nations Unies sont prêtes à soutenir les efforts du nouveau gouvernement somalien pour la réconciliation nationale et l’établissement de la sécurité effective.

Dans un message publié par son porte-parole, M. Ban a félicité le nouveau gouvernement somalien pour le succès de l’élection présidentielle, la qualifiant de pas important vers la réconciliation nationale.

“Les Nations Unies ont soutenu ce processus et sont prêtes à aider le nouveau gouvernement dans ses efforts pour la réconciliation nationale et l’établissement de la sécurité effective”, a déclaré M. Ban.

Les Nations Unies fourniront un soutien logistique fort à la force de maintien de la paix de l’Union africaine en Somalie et aideront à développer les forces de sécurité somalienne, a promis le SG.

Le Conseil de sécurité va décider dans les mois à venir une opération de maintien de la paix appropriée de l’ONU pour soutenir le développement politique, économique et social de Somalie, a-t-il ajouté.

Les députés somaliens ont élu vendredi un nouveau président en vue de mettre fin à la situation de vacance du gouvernement central en Somalie depuis 1991.