13/03/09 (B489) Auto-Bobardement ! Repris, bien sur par les “cire-pompes” de l’ADI, Bobard 1er monte au créneau et prononce l’un des discours les plus hypocrites de sa carrière de dictateur auto-proclamé et de menteur irresponsable ….

__________________________________ Note de l’ARDHD

Quand on est informé de la situation de la Santé au Royaume du Chamelier et aussi la situation de l’enseignement à Djibouti, le discours de Guelleh aurait de quoi faire hurler de rire.

Sauf qu’il concerne la santé de milliers de malheureux et l’éducation des jeunes.

Le niveau d’hypocrisie de Guelleh atteint son paroxisme.


Un dispensaire dans le nord, après le passage des armées “de Guelleh et Gouled”


Vite soulagé ???

Si vous payez 30.000 FDj,
le bon docteur Paulette
s’occupera personnellement
de votre cas …

  • Quand on sait que le Ministère de la santé a imposé il y a quelques années, le paiement préalable d’une prise en charge, simplement pour avoir le droit de rencontrer un infirmier ou avec de la chance, un médecin,
  • Quand on sait que c’est Guelleh qui a donné les ordres pour que ses soldats détruisent tous les dispensaires et centres de soins dans le Nord,
  • Quand on sait par exemple, qu’une femme a accouché sur le trottoir devant l’hôpital, parce qu’elle ne pouvait pas payer le droit d’entrée,
  • Quand on sait que les hôpitaux refusent d’examiiner des victimes d’accident, tant que les proches n’ont pas réglé les frais d’admission. etc..

On mesure le niveau de mensonge du discours de Guelleh. Non seulement, c’est une honte, mais c’est aussi une provocation ignoble à l’encontre de la population djiboutienne.

Le pouvoir l’a-t-il rendu fou ? Est-il persuadé de l’impunité totale ? Se prend-il pour un dictateur incontesté ? Oser affirmer que l’une de ses premières priorités est d’assurer l’accès aux soins pour tous, est une monstruosité criminelle

__________________________________ Extrait de l’ADI

Discours du chef de l’Etat à l’occasion de l’ouverture du symposium sur la santé

Le symposium sur la santé qui s’est ouvert aujourd’hui au Palais du Peuple de Djibouti a notamment été marqué dans sa première journée d’ouverture par un important discours du Président de la République, M. Ismail Omar Guelleh. Discours de lancement des travaux du symposium que nous reproduisons ici dans son intégralité.

(…) Comme vous le savez, la tenue de ce symposium, le premier en son genre, représente un évènement majeur pour le pays tant le sujet qu’il aborde est d’une importance capital pour nos concitoyens.

C’est pourquoi, mon gouvernement, depuis 1999, a axé sa politique en matière de santé sur deux principes directeurs en vue de répondre concrètement à la demande de la population : Le droit à la santé pour tous et la décentralisation du système.

En effet, à l’issue du forum de réflexion sur la santé, qui s’était tenu en Avril 2006, il avait résulté d’un certain nombre de priorités, notamment celui d’assurer la disponibilité et l’accessibilité aux médicaments, de garantir la qualité des prestations médicales et de mettre l’accent sur la santé préventive et l’hygiène.

(…) Nous sommes déterminés à assurer l’accessibilité aux services sociaux de base, à savoir les services de santé et l’éducation pour tous et plus particulièrement aux plus démunies. L’aide octroyée aux personnes en situation de détresse sociale comme les enfants abandonnés, les femmes démunies, les vieillards ou les orphelins et la prise en charge des soins des indigents, va justement dans le sens de cette politique solidaire.

(…) La mise en place d’une ouverture sanitaire pour toute la population constituera une des préoccupations majeures des années à venir. Le constat actuel étant que malgré les efforts du gouvernement et de tous les partenaires au développement, les coûts des dépenses de santé ne peuvent être totalement couverts d’une manière pérenne.