28/03/09 (B492) Nouvelles de Somalie …. (5 articles en Français)

_______________________________ 5 – XINHUA (Chine)

La Chine et le Japon se rencontrent pour discuter de la sécurité

La Chine et le Japon ont promis de travailler ensemble sur des missions de lutte contre la piraterie dans les eaux au large de la Somalie et dans des opérations de maintien de la paix et de secours en cas de catastrophes naturelles au cours du dialogue sur la sécurité vendredi à Tokyo.

Les deux pays ont également discuté des réponses à donner dans le contexte de tensions concernant le lancement imminent d’une fusée par la République populaire démocratique de Corée (RPDC), a révélé un officiel du ministère japonais des Affaires étrangères aux journalistes.

La partie japonaise était représentée par le vice-ministre des Affaires étrangères, Kenichiro Sasae, le conseiller du ministre de la Défense, Yoshiyuki Suzuki, et d’autres officiels. La délégation chinoise quant à elle était menée par le vice-ministre des Affaires étrangères, Hu Zhengyue.

Les négociations de vendredi s’inscrivent dans le 11ème cycle du dialogue sur la sécurité entre le Japon et la Chine, qui s’est tenu pour la première fois en décembre 1993.

_______________________________ 4 – XINHUA (Chine)

Des milliers de Somaliens continuent de fuir vers le nord-est du Kenya

Le nombre de Somaliens cherchant refuge dans le camp de réfugiés surpeuplé de Dadaab, au nord-est du Kenya, continue d’augmenter malgré l’élection d’un nouveau gouvernement dans leur pays d’origine, a indiqué vendredi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Depuis le début de l’année, plus de 20.000 nouveaux arrivants ont été enregistrés dans les trois campements qui composent le complexe du camp de Dadaab -Hagadera, Ifo et Dagahaley, selon le porte-parole du HCR Ron Redmond.

La plupart des nouveaux arrivants évoquent une insécurité croissante, particulièrement dans les régions de Centre-Juba et de Bas-Juba, en plus de la sécheresse et des pénuries de nourriture, comme étant les principales raisons de leur fuite vers le Kenya.

D’autres ont exprimé un optimisme très réservé quant à un retour à la paix à court terme dans leur pays. Malgré de récentes élections tenues à Djibouti et qui ont amené un nouveau gouvernement au pouvoir, la situation sécuritaire dans plusieurs régions de Somalie reste dégradée.

_______________________________ 3 – XINHUA (Chine)

L’envoyé de l’ONU condamne l’attaque sur le ministre somalien de l’Intérieur

Le Représentant spécial de l’ONU pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, a fermement condamné les auteurs de l’explosion qui a blessé le ministre somalien de l’Intérieur, Cheikh Abdulkadir Ali Omar, et a tué un de ses assistants.

“Je suis choqué par cette attaque sur le ministre de l’Intérieur et son entourage”, a déclaré M. Ould-Abdallah dans un communiqué publié vendredi.

“Le ministre se promenait dans le marché Bakara où il y avait beaucoup de monde. C’est un acte lâche qui a été largement condamné à l’intérieur et à l’extérieur de la Somalie”, a affirmé M. Ould-Abdallah.

L’attaque de jeudi sur M. Omar rappelle les défis que le gouvernement somalien doit encore relever pour rétablir la sécurité dans le pays.

M. Omar a été attaqué au marché Bakara, endroit très peuplé de la ville. Il en est sorti avec une blessure à la jambe, mais un de ses gardes du corps a été tué sur place.

Personne n’a revendiqué cet acte, mais les insurgés islamistes opposés au gouvernement ont lancé des attaques sporadiques sur les troupes du gouvernement et les soldats de maintien de la paix dans capitale.

____________________________ 2 – UN HCR (Genève – Suisse)

Des milliers de Somaliens continuent de fuir vers le nord–est du Kenya

NAIROBI, Kenya, 27 mars 2009/African Press Organization (APO)/ — Le nombre de Somaliens cherchant refuge dans le camp de réfugiés surpeuplé de Dadaab, au nord-est du Kenya, continue d’augmenter malgré l’élection d’un nouveau gouvernement dans leur pays d’origine.

Depuis le début de l’année, plus de 20 000 nouveaux arrivants ont été enregistrés dans les trois campements qui composent le complexe du camp de Dadaab -Hagadera, Ifo et Dagahaley.

La plupart des nouveaux arrivants interviewés par le HCR évoquent une insécurité croissante, particulièrement dans les régions de Centre-Juba et de Bas-Juba, en plus de la sécheresse et des pénuries de nourriture, comme étant les principales raisons de leur fuite vers le Kenya.

D’autres ont exprimé un optimisme très réservé quant à un retour à la paix à court terme dans leur pays. Malgré de récentes élections tenues à Djibouti et qui ont amené un nouveau gouvernement au pouvoir, la situation sécuritaire dans plusieurs régions de Somalie reste dégradée.

Le HCR continue de recevoir et d’enregistrer de nouveaux arrivants, bien que la capacité d’accueil dans les camps soit largement dépassée, un problème dont nous faisons état depuis plus d’un an. Les camps ont été conçus il y a près de vingt ans, pour abriter un total de 90 000 personnes. Ils en accueillent actuellement plus de 261 000, rendant ainsi le complexe de Dadaab l’un des plus anciens, des plus importants et des plus surpeuplés sites de réfugiés au monde. Nous négocions avec le Gouvernement du Kenya pour qu’il fournisse des terrains pour construire de nouveaux camps mais cela reste encore à finaliser.

Néanmoins, nous recevons et nous accueillons ces réfugiés avec de grandes difficultés. Il est crucial que le gouvernement nous fournisse des terrains dès que possible, où nous pourrons bâtir d’autres camps, décongestionner les camps existants et nous préparer à accueillir davantage de personnes si la tendance actuelle des arrivées se poursuivait.

Plus de la moitié des nouveaux arrivants sont des femmes et des enfants et plusieurs d’entre eux sont exténués après avoir marché de longues distances, empruntant souvent des chemins détournés pour éviter de se faire repérer au moment de franchir la frontière. Certains parcourent de très longues distances, ils viennent notamment depuis Mogadiscio par la route ou à pied, ce qui correspond à un voyage de 800 kilomètres pouvant durer jusqu’à 16 jours. Lorsqu’ils arrivent, ils doivent rechercher des proches, des membres de leur famille ou de leur clan dans les camps d’Ifo et de Dagahaley, dans la mesure où le HCR ne dispose plus d’aucune terre où leur affecter un carré de terrain pour y vivre.

Cela a entraîné une surpopulation avec plus de 30 personnes vivant sur un carré de terrain de 12 x 13 mètres. Nous craignons que la situation ne se détériore encore à l’arrivée de la saison des pluies en raison des contraintes d’abris. La prochaine saison des pluies est prévue pour début avril.

Le conflit incessant en Somalie a causé la mort de milliers de personnes ainsi qu’un déplacement massif. Les camps de réfugiés de Dadaab ont été établis en 1991 et en 1992, après la chute du gouvernement de Siad Baré en Somalie.

______________________________ 1 – XINHUA (Chine)

Le gouvernement kenyan appelé à assurer la libération des otages en Somalie

La famille de l’un des Kenyans enlevés mercredi par une milice somalienne a demandé au gouvernement kenyan d’assurer sa libération.

Cité vendredi par le journal local Daily Nation, la famille d’Abdullahi Mathey a indiqué que l’otage a parlé aux siens après son enlèvement. Fonctionnaire et âgé de 40 ans, Abdullahi Mathey est l’un des cinq Kenyans enlevés par Al-Shabaab, une milice qui se déclare être une alliée d’Al-Qaïda.

Son épouse, Nimo Adan, a fait savoir qu’elle a appris la nouvelle de l’enlèvement par la radio et que son mari a appelé sa famille. Dans un premier temps, il a nié le fait d’être parmi les otages dans le but de ne pas inquiéter son épouse et ses cinq filles.

“Il voulait éviter de nous faire souffrir. Mais il a fini par me dire qu’il se trouvait à Bula Hawa et arrêté”, a fait savoir l’épouse de l’otage.

Selon des médias locaux, l’enlèvement des cinq Kenyans en Somalie constituerait une opération de représailles de la milice Al-Shabaab.