06/04/09 (B493) Journal de la Flibuste …. En dépit de l’armada international, les pirates reprennent leurs activités dans d’autres zones et ils arraisonnent des bâtiments. La cour d’appel valide la procédure pénale contre les pirates qui avaient été capturés lors de la libération du Ponant (13 articles en Français)

________________________ 13 – RadinRue.com

SOMALIE, prise en otage d’une française et d’une canadienne

Nouvelle prise d’otage sur les côtes somalienne. Il s’agit de deux femmes, une française et une canadienne. En 48 heures, cinq navires furent la proie des pirates, parmi les bateaux prisonniers, un yacht français. La marine française surveille pourtant ce couloir, mais apparemment les pirates ont tout de même pu attaquer ainsi en un an déjà trois pavillon français.

Alors qu”à Paris, des pirates de Somalie sont justement devant les juges, et que La Cour d’Appel a rejeté lundi les demandes d’annulation de procédure déposées par six Somaliens écroués à Paris depuis un an pour la prise en otages du 4 au 11 avril 2008 de trente personnes à bord du voilier de luxe français Le Ponant, apprend-on de source judiciaire, Dimanche, un yacht battant pavillon français et ses quatre membres d’équipage ont ainsi été pris d’assaut dans l’océan Indien, au large de Ras Hafun (nord-est de la Somalie).

Le ministère des Affaires étrangères français a confirmé ce lundi qu’une ressortissante française a été vicitime d’un enlèvement au Darfour : “Nous confirmons l’enlèvement samedi soir dans le sud du Darfour d’un ressortissant français et d’un ressortissant d’une autre nationalité, membres de l’organisation non gouvernementale Aide Médicale Internationale”, a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Eric Chevallier.

Côté soudanais, le général Fatah Al-Rahman a assuré que les deux femmes avaient contacté des collègues et dit qu’elles étaient en bonne santé.

Selon le site Internet du Centre des médias soudanais, les ravisseurs demandent une rançon de 200 millions de dollars américains.

Le Darfour est en proie à une guerre civile qui a fait au moins 300 000 morts depuis 2003, selon l’ONU, ainsi que plus de 2,5 millions de déplacés.

Aide médicale internationale existe depuis 1979. L’organisation permet à des populations vivant dans des conditions extrêmement précaires d’avoir accès à des soins de santé.

________________________ 12 – Ouest France

Piraterie : 7 navires attaqués au cours du week-end

Cinq bateaux, français, britannique, taïwanais, allemand et yéménite, ont été capturés depuis samedi dans l’océan Indien par des pirates somaliens qui continuent de défier les puissances navales mondiales déployées dans la région en étendant leur rayon d’action. Au moins deux autres bateaux ont été la cible de tentatives d’arraisonnement.

Samedi : une tentative d’arraisonnement d’un navire israélien, l’Africa Star, a eu lieu dans le golfe d’Aden. Trois autres bateaux ont eu moins de chance : un yacht français avec quatre occupants capturés à environ 640 km au large de Ras Hafun dans le nord-est de la Somalie, et un porte-conteneurs allemand, le Hansa Stavanger, attaqué à environ 400 milles nautiques du port somalien de Kismayu, entre les Seychelles et le Kenya, et un remorqueur yéménite, le Al-Ghaith, avec 7 marins à bord.

Dimanche : une attaque a été lancée contre le Pacific Opal mais l’intervention d’un hélicoptère canadien de la frégate Winnipeg a mis fait à la tentative d’arraisonnement.

Lundi : un bateau taïwanais (un chalutier) a été attaqué et capturé au large des Seychelles ; un navire britannique a été capturé par des pirates ; il s’agit du Malaspina Opal.

_________________________ 11 – Le Monde

Les six Somaliens suspectés de l’attaque du “Ponant” sont en prison depuis un an

Ils sont six. Officiellement, ils ont entre 21 ans et 46 ans. Ils sont incarcérés séparément depuis le 18 avril 2008 dans six maisons d’arrêt différentes de la région parisienne. Abdurahman Ali Samatar, 24 ans, Ismaël Ali Samatar, 28 ans, Abdulqader Guled Saïd, 31 ans, Daher Guled Saïd, 31 ans, Mohamed Saïd Hote, 46 ans et Abdullahi Youssouf Hersi, 22 ans sont somaliens.

Selon leurs avocats parisiens commis d’office, leur arrestation ordonnée par Nicolas Sarkozy, est entachée d’illégalité. Ils l’ont plaidé devant la cour d’appel de Paris qui devait rendre sa décision lundi 6 avril.

Originaires du Puntland, une région autonome située au nord-est du pays, devenue l’antre de la piraterie en vogue au large de la corne africaine, ces Somaliens sont soupçonnés d’avoir participé entre les 4 et 11 avril 2008, à la prise d’otages menée à bord du navire de croisière Le Ponant. Ils ont été interpellés le 11 avril 2008 par un commando français alors qu’ils roulaient à bord d’un 4 x 4 à une dizaine de kilomètres de Garaad, où, quelques heures auparavant, les trente otages avaient été libérés en échange d’une rançon de 2 millions de dollars.

Les militaires – des commandos marines et des gendarmes d’élite – ont neutralisé les suspects à l’issue d’une opération héliportée autorisée “oralement” par un membre du gouvernement somalien. Un sac contenant 181 100 dollars et 3 millions de shillings somaliens (118 378 euros au total) a été trouvé dans le véhicule.

Après avoir été retenus entravés, “hors de tout cadre légal”, assurent leurs avocats, pendant cinq jours, à bord du Jean-Bart, une frégate de la marine nationale, ils ont été transportés en France. Ils ont atterri le 16 avril 2008 à l’aéroport du Bourget (Seine-Saint-Denis) où un officier de police judiciaire leur a signifié qu’ils étaient en garde à vue. Quarante-huit heures plus tard ils ont été présentés au juge d’instruction Patrick Gachon qui les a mis en examen pour “détournement de navire, arrestation et séquestration de plusieurs personnes comme otages pour obtenir le versement d’une rançon en bande organisée, association de malfaiteurs, vols en bande organisée”.

Depuis, ils ont été entendus chacun à deux reprises par le juge. Pour les confondre, on a tiré des photographies qu’on a montrées aux otages, lesquels les ont vaguement et partiellement identifiés. En février, la commission consultative du secret défense a donné un avis favorable à la déclassification d’un film “confidentiel défense” réalisé par les militaires pendant la prise d’otage. Le juge attend que le ministère de la défense lui communique cette pièce.

Pêcheur, gardien de troupeaux, maçon, petit employé ou chauffeur de taxi, ces six suspects viennent d’une des régions les plus misérables de la planète, livrée aux bandes armées. Confrontés à la justice française, ils ne comprennent pas ce qui leur arrive. Ils ont grandi sans eau courante, ni électricité, savent à peine lire et écrire. Si certains d’entre eux ont reconnu être montés sur le bateau pendant la prise d’otage, d’autres assurent n’y avoir jamais mis les pieds.

Pour leurs défenseurs, leur présence dans le 4 x 4 ne peut en aucun cas constituer une preuve. “On les a arrêtés mais on ne sait pas si ce sont les pirates”, s’indigne Me Gustave Charvet qui défend, avec Me David Reingewirtz, Mohamed Saïd Hote. A les en croire, celui-ci est bien allé sur Le Ponant, mais c’était pour vendre aux pirates des denrées et du qat, une herbe euphorisante très répandue dans cette région.

Ne s’exprimant que dans leur langue d’origine, les Somaliens ne parlent qu’à leurs avocats et à l’interprète qui les accompagne aux parloirs. Certains sont mariés et ont des enfants. Leurs familles, alertées, n’ont pas les moyens d’entreprendre un voyage jusqu’à Paris. Seul Mohamed Saïd Hote, père de douze enfants, comptable dans une société de pêche à Garoowe, a reçu la visite d’une de ses soeurs venue des Etats-Unis. Cet hiver – le premier de leur vie – ils ont été habillés par des associations caritatives. Ils se plaignent de la nourriture.

Samedi 4 avril, un yacht battant pavillon français a été capturé par des pirates à environ 640 km au large de Ras Hafun dans le nord-est de la Somalie, a annoncé l’organisation non gouvernementale (ONG) Ecoterra International.

Les Somaliens incarcérés en France appartiennent-ils à un réseau de brigands ? Y a-t-il un chef parmi eux ? Sont-ils de simples exécutants, ou de pauvres quidams interceptés par hasard ?

“C’est, au pire, du menu fretin”, affirment leurs avocats, en déplorant qu’au bout d’un an, les investigations n’aient guère avancé. Ces flibustiers de la misère risquent la cour d’assises et la réclusion à perpétuité. Ils sauront cette semaine, si leur détention provisoire est prolongée. Si elle ne l’était pas, ils seraient en situation irrégulière, des sans-papiers, un véritable casse-tête pour la justice.

Yves Bordenave

_________________________ 10 – Europe 1

La cour d’appel de Paris valide les poursuites contre les pirates du Ponant

Il y a un an, des membres des forces spéciales françaises libéraient l’équipage du Ponant, un voilier de grand luxe aux mains de pirates somaliens. Les six suspects arrêtés au cours de cette opération sont depuis détenus en France. La cour d’appel de Paris a décidé ce lundi que la justice française a bien compétence pour juger ces hommes.

La cour d’appel de Paris a refusé lundi d’annuler la procédure judiciaire à l’encontre des Somaliens auteurs présumés de la prise d’otages du Ponant. Les six hommes arrêtés début avril 2008, au moment de la libération du voilier de luxe Le Ponant, sont toujours détenus en France, dans des prisons différentes et dans des conditions difficiles. Agés de 22 à 47 ans, ils ne parlent ni français, ni anglais n’ont aucune famille sur place pour leur rendre visite, ne s’habituent pas au climat ou à la nourriture. Et leur statut juridique reste à définir.

Pour la défense, ils ont été détenus hors de tout cadre légal pendant cinq jours, ce qui justifie selon elle une annulation de la procédure. Les avocats pointent le fait qu’aucun accord d’extradition n’existe avec la Somalie. Les six pirates présumés ont été capturés le 11 avril 2008 par des forces spéciales françaises en territoire somalien alors qu’ils prenaient la fuite à bord d’un 4X4 peu après la libération contre rançon des trente membres d’équipage du Ponant.

En théorie, ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Ils ont été mis en examen à Paris, notamment pour séquestration en bande organisée. En attendant, la fin de l’instruction, les six hommes doivent aussi comparaître devant un juge des libertés et de la détention qui doit décider de leur remise en liberté ou de la prolongation de leur détention provisoire. Ce qui semble peu probable pour des Somaliens qui n’ont ni domicile, ni travail, ni même titre de séjour en France.

_________________________ 9 – Le Point avec Reuters

Un vraquier britannique capturé par des pirates en Somalie

Des pirates ont capturé lundi matin au large de la Somalie un vraquier britannique de 32.000 tonnes, géré par une société italienne, annoncent les autorités de surveillance maritime dans la région.

Helen Nyambura-Mwaura,
version française Guy Kerivel


_________________________ 8 – Nouvel Obs avec AP

Des pirates somaliens ont détourné deux bateaux, selon des diplomates

Des pirates somaliens ont détourné un bateau de pêche taïwanais et un cargo britannique, ont annoncé lundi des diplomates.

Le bateau taïwanais MV Win Far 161 a été saisi près des Seychelles, dans l’Océan Indien.

On ignorait dans l’immédiat où le détournement du cargo britannique, qui bat pavillon panaméen, avait eu lieu.

_________________________ 7 – AFP

Océan Indien: cinq bateaux, dont un yacht français, capturés par des pirates

Cinq bateaux, français, britannique, taïwanais, allemand et yéménite, ont été capturés depuis samedi dans l’océan Indien et le Golfe d’Aden par des pirates somaliens qui continuent de défier les puissances navales mondiales déployées dans la région en étendant leur rayon d’action.

Un bateau taïwanais et un autre britannique ont été capturés lundi par des pirates, a indiqué à l’AFP sous couvert d’anonymat un responsable participant à un programme régional de surveillance de la piraterie.

“Il y a eu deux autres attaques de bateaux aujourd’hui (lundi). Il y a un navire britannique, dont l’armateur est italien, et un bateau taïwanais qui a été capturé près de l’archipel des Seychelles”, selon ce responsable.

Le gouvernement seychellois a confirmé avoir reçu un appel de détresse lundi à 06H30 locales (02H30 GMT) provenant d’un thonier taïwanais. Le Winfar 161, avec 29 membres d’équipage à bord, pêchait près de l’île Denis, la plus au nord de l’archipel des Seychelles, lorsqu’il a été attaqué.

Le gouvernement a déployé “des forces militaires” pour intercepter les pirates, a précisé le ministre des Transports seychellois, Joel Morgan.

Le Malaspina Castle, cargo britannique “de 32.000 tonnes, a été capturé tôt ce matin dans le golfe d’Aden” et “l’équipage, de différentes nationalités, serait en bonne santé”, a indiqué pour sa part le Centre de sécurité maritime, émanation de la mission navale européenne dans le Golfe d’Aden, Atalante.

Seize marins parmi les membres d’équipage de ce cargo battant pavillon panaméen sont bulgares, a indiqué le Bureau maritime bulgare.

Un yacht battant pavillon français a aussi été capturé samedi, par des pirates somaliens, “à environ 640 km au large de Ras Hafun dans le nord-est de la Somalie”, a annoncé l’ONG Ecoterra International, basée au Kenya, voisin de la Somalie.

Le ministère français des Affaires étrangères a indiqué être “actuellement dans la phase de vérification indispensable avant toute confirmation éventuelle”.

Selon une source proche de l’enquête, le bateau, un voilier, aurait à son bord deux couples et un enfant.

Le yacht fait route vers le Puntland (nord-est de la Somalie) selon Ecoterra qui fait état d’un contact par téléphone satellite dimanche avec le yacht.

Deux autres voiliers français ont déjà été capturés par des pirates somaliens dans cette zone: le Ponant le 4 avril 2008, libéré une semaine plus tard après le versement par l’armateur d’une rançon, et le Carré d’As en septembre 2008, libéré une dizaine de jours plus tard lors de l’assaut de commandos marine.

Les pirates ont attaqué plus de 130 navires marchands au large de la Somalie en 2008, une hausse de plus de 200% par rapport à 2007, selon les chiffres du Bureau maritime international (BMI).

Face à cette recrudescence, de nombreux pays ont dépêché des navires de guerre dans la zone.

En conséquence, les pirates s’aventurent de plus en plus profondément dans l’océan Indien pour s’éloigner ainsi des patrouilles.

Samedi, un porte-conteneurs allemand de 20.000 tonnes a été capturé à environ 400 milles nautiques de la côte somalienne, entre le Kenya et les Seychelles, avec 24 membres d’équipage. Cinq sont de nationalité allemande, a précisé un porte-parole du bureau du procureur de Hambourg (nord de l’Allemagne), responsable pour les affaires de piraterie maritime.

Selon Ecoterra, des pirates somaliens ont aussi saisi dimanche dans l’océan Indien un remorqueur yéménite, le Al-Ghaith, avec 7 marins à bord

_________________________ 6 – JDD

Somalie: Un yacht français attaqué ?

Selon l’ONG Ecoterra International, des pirates somaliens se seraient emparés samedi d’un yacht français. Lors de l’attaque, quatre membres d’équipage se trouvaient à bord.

Dimanche, on avait appris qu’un porte-conteneur allemand et ses vingt-quatre membres d’équipage avait été capturé par des pirates dans la même région, au large des côtes somaliennes.

_________________________ 5 – XINHUA

Des pirates somaliens capturent un navire allemend dans l’océan Indien

Les pirates somaliens ont capturé un cargo allemand au large des côtes somaliennes avec un équipage de 24 personnes à bord, d’après un officiel maritime régional dimanche.

Andrew Mwangura, coordonnateur du Programme d’assistance marine de l’Afrique de l’Est, a indiqué que les pirates ont capturé un porte-conteneur allemand de 20.000 tonnes tôt samedi.

“Le navire a été enlevé samedi matin mais la nouvelle est arrivée aujourd’hui. Le navire allemand compte 24 membres d’équipage à bord. Nous tentons d’établir leurs nationalités et le nom du navire,” a affirmé Mwangura au téléphone à Xinhua.

“Nous n’avons pas établi d’où provenait le bateau ni sa destination,” a ajouté Mwangura, notant que le récent enlèvement s’est produit à environ 400 miles nautiques au large du port somalien de Kismayu.

Les pirates somaliens s’attaquent quasi quotidiennement aux navires de passage au large de leur côte sans loi. Mais leur taux de succès a récemment baissé, en raison du flux de navires de guerre étrangers dans le golfe d’Aden.

L’OTAN, l’Union européenne, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et l’Inde ont répondu aux appels de l’ONU en déployant des bâtiments de guerre dans le golfe d’Aden et l’océan Indien.

Les analystes estiment que la présence navale encourage les pirates à déplacer leurs opérations vers l’Est dans l’océan Indien, les Seychelles où un autre navire allemand a été enlevé la semaine dernière.

__________________________ 4 – Le Portail des sous-marins

La Suède modifie des corvettes pour la mission anti-piraterie

Par Rédacteur en chef.

En très peu de temps, les corvettes suédoises HMS Malmö et Stockholm, et le bâtiment de soutien Trossö ont été modifiés pour opérer dans des eaux très différentes de celles pour lesquelles ils ont été conçus au départ.

Le 19 décembre dernier, le gouvernement suédois a décidé de participer à l’opération européenne Atalante au large de la Somalie. Depuis, les préparations vont bon train.

Les 3 navires ont subi une vérification par Det Norske Veritas, destinée à vérifier la sécurité en mer et les modifications nécessaires pour permettre aux bâtiments de naviguer en océan Indien.

Ils ont reçu du matériel de sécurité et de sauvetage supplémentaire. La ventilation et les capacités de réfrigération ont été renforcées pour naviguer dans des eaux chaudes. Le système de communication par satellite a aussi été amélioré.

Pour rendre les navires interopérables avec d’autres nations, les bâtiments ont reçu de nouveaux équipements, comme du matériel de communication voix et texte chiffrés. Des mitrailleuses lourdes ont été ajoutées et la protection des personnels a été renforcée.

___________________________ 3 – Europe 1

Un voilier français capturé par des pirates somaliens

Un voilier de plaisance battant pavillon français, avec à son bord un couple de Français, leur fils de 3 ans et deux membres d’équipage, a été capturé samedi par des pirates somaliens dans l’océan Indien. Une zone très dangereuse malgré la présence de très nombreux navires de guerre étrangers. Rien que pour la journée de lundi, deux autres bateaux ont été interceptés par des pirates.

Un petit voilier de plaisance, battant pavillon français, a été la cible d’un acte de piraterie samedi dans l’océan Indien à environ 640 km au large de Ras Hafun dans le nord-est de la Somalie. A son bord, se trouvent un couple de Français, leur petit garçon de 3 ans ainsi que deux membres d’équipage dont la nationalité n’est pas connue. Ils naviguaient à très petite vitesse et avec un bateau très bas sur l’eau, ce qui a facilité la tâche des pirates.

Les autorités françaises n’ont pas encore confirmé officiellement l’information mais elles rappellent qu’il est particulièrement imprudent, en particulier pour des touristes, de naviguer dans cette zone du monde. Rien que pour la journée de lundi, deux autres bateaux, un Britannique et un Taïwanais, ont été interceptés par des pirates. En 2008, deux autres voiliers français avaient été capturés par des pirates somaliens dans cette zone, notamment le Ponant il y a presque un an jour pour jour.

Sur place, se trouvent désormais des navires de guerre appartenant à différents pays dont la France, pour surveiller la zone. Conséquence : les pirates s’aventurent de plus en plus profondément dans l’océan Indien pour mener leur attaques et s’éloigner ainsi des patrouilles. La Somalie, pays pauvre de la Corne de l’Afrique ravagé par la guerre civile, est devenu le point chaud de la piraterie planétaire.

___________________________ 2 – L’Echo touristique

Piraterie : les Seychelles suspendent le tourisme dans certaines îles

Après l’attaque d’un petit bateau de croisière, le gouvernement seychellois a annoncé que le sud-ouest de l’archipel était désormais sous protection des gardes côtes et inaccessible aux touristes.

Les Seychelles, nouvelle cible de la piraterie dans l’Océan Indien ?

La présence des marines de guerre internationales dans le Golfe d’Aden pousse désormais les pirates, pour la plupart venus de Somalie, vers de nouvelles eaux. Les autorités touristiques des Seychelles rappellent toutefois que le détournement d’un bateau de croisière, la semaine dernière, est intervenu à proximité des côtes d’Afrique de l’ouest, à plusieurs centaines de kilomètres des îles principales (Mahé, Praslin et La Digue) les plus fréquentées par les touristes.

Le sud ouest de l’archipel a en revanche été placé sous la protection des autorités maritimes et des gardes côtes seychellois et est désormais inaccessible. C’est notamment le cas de l’archipel d’Aldabra, très touristique, situé à 750 km de Mahé. C’est après avoir déposé des touristes sur l’une des îles de cet archipel que la capture du navire a eu lieu. Les croisières y sont momentanément interrompues.

___________________________ 1 – La Presse canadienne

Un navire de guerre canadien éloigne des pirates et sauve des réfugiés

L’équipage du NCSM Winnipeg, de la marine canadienne, a éloigné des pirates en puissance et est venu en aide à des réfugiés somaliens entassés à bord d’un bateau trop petit, tout cela au cours de la dernière fin de semaine.

Samedi, le Winnipeg a déployé son hélicoptère Sea King pour vérifier ce que faisaient plusieurs embarcations qui suivaient un navire commercial dans le golfe d’Aden.

En entrevue téléphonique, le commandant Craig Baines a raconté que l’équipage de l’hélicoptère s’est assuré de bien faire passer son message aux présumés pirates en suspendant un immense panneau portant l’inscription “Stop”, en somali, par la porte de soute de l’hélicoptère, à côté de la mitrailleuse. Dès que les pirates potentiels ont vu le panneau, ils ont mis fin à leur manège. Le Sea King a continué à survoler le Pacific Opal jusqu’à ce qu’on soit certain que les pirates ne constituaient plus une menace, a dit le commandant.

La piraterie est courante près des côtes de la Somalie. Au cours de la dernière année, des assaillants en mer ont capturé des bateaux de pêche, des navires de croisière et même un cargo chargé d’armes lourdes.

Dimanche, une patrouille à bord du Sea King a aperçu un bateau surchargé rempli de réfugiés tentant de se rendre de la Somalie au Yémen. Il y avait 51 personnes à bord de ce qui semblait être une embarcation de 25 pieds; les passagers, qui étaient en mer depuis deux jours, avaient faim et soif, a dit le commandant Baines.

Le Winnipeg participe à une mission de l’OTAN pour la lutte contre la piraterie dans le cadre d’un effort de la communauté internationale pour restaurer la sécurité d’une voie de navigation majeure près de la Corne d’Afrique.