11/04/09 (B494) Le journal de la Flibuste ….. Le cargo américain arraisonné et la “mise en détention” de son capitaine (5 articles en Français)

________________________________ 5 – L ‘Express avec Reuters

Des Somaliens veulent négocier la libération du marin américain

Des “anciens” somaliens ont proposé de négocier avec les pirates la libération du capitaine du cargo américain Maersk Alabama, rapporte le Programme d’assistance aux navigateurs en Afrique de l’Est (EASAP).

Des “anciens” somaliens ont proposé de négocier avec les pirates la libération de Richard Phillips, capitaine du cargo américain Maersk Alabama. (Reuters/fournie par la famille de Richard Phillips)

L’armée française a pour sa part libéré par la force quatre de ses ressortissants capturés avec leur voilier dans le golfe d’Aden, mais un cinquième otage a été tué dans l’opération. Deux pirates ont trouvé la mort et trois autres ont été capturés.

Quatre pirates retiennent Richard Phillips, capitaine du porte-conteneurs américain Maersk Alabama, qui s’est apparemment porté volontaire pour les accompagner à bord de l’embarcation de sauvetage en échange de la liberté de son équipage. Celui-ci avait repris mercredi dernier le contrôle du navire de commerce.

Une fois à bord du canot, Phillips a sauté en mer, de nuit, et tenté de s’éloigner en nageant mais un pirate l’a rapidement pourchassé et ramené dans l’embarcation, a indiqué un responsable américain.

Depuis, le canot de sauvetage, qui n’a plus de carburant et dérive sur l’océan, est suivi de près par le destroyer américain USS Bainbridge, rejoint dans la zone par la frégate USS Halyburton et par une frégate allemande.

Un navire d’assaut amphibie, l’USS Boxer, était également proche, principalement au cas où il faudrait utiliser ses installations médicales.

LE HANSA STAVANGER FAIT DEMI-TOUR

Les pirates, qui disent ne pas craindre les Américains, exigent une rançon de deux millions de dollars pour libérer le capitaine, ainsi que des garanties sur leur propre sécurité.

Des “anciens” somaliens et des proches des preneurs d’otage veulent négocier la libération de Phillips. Ils se sont rendus sur la côte et ont l’intention de rejoindre en bateau le canot de sauvetage des pirates, a précisé à Reuters Andrew Mwangura, responsable de l’EASAP, basé à Mombasa, au Kenya.

“Ils veulent régler cette affaire à la mode somalienne, les négociations traditionnelles”, a-t-il dit.

“Ils veulent que les pirates renoncent à demander une rançon et soient autorisés par la marine américaine à rentrer librement, avec des garanties.”

Les pirates qui contrôlent depuis une semaine le cargo allemand Hansa Stavanger voulaient venir en aide à leurs complices retenant en otage le capitaine de l’Alabama mais ont fait demi-tour samedi pour regagner la côte.

“Nous sommes de retour sur la côte d’Haradheere. Nous n’avons pas pu localiser le canot de sauvetage”, a dit l’un d’eux à Reuters.

L’USS Bainbridge, qui dirige les négociations pour la libération du capitaine, cherche une issue pacifique avec l’assistance de plusieurs experts du FBI, selon un responsable américain.

Richard Phillips est l’un des quelque 270 otages – mais le seul Américain – actuellement aux mains des pirates somaliens qui opèrent dans les eaux du golfe d’Aden et de l’océan Indien depuis des années. Dix-huit bateaux sont également sous leur contrôle, dont cinq depuis le week-end dernier.

_________________________________ 4 – Le Point

Somalie: le capitaine américain menacé par les pirates de transfert sur un bateau

Par Mustafa HAJI ABDINUR

Les pirates somaliens retenant en otage depuis quatre jours le capitaine américain d’un cargo dans un canot en plein océan Indien ont affiché samedi leur intention de le transférer sur un bateau plus sécurisé, face au blocage des négociations avec les responsables américains.

Les pirates somaliens retenant en otage depuis quatre jours le capitaine américain d’un cargo dans un canot en plein océan Indien ont affiché samedi leur intention de le transférer sur un bateau plus sécurisé, face au blocage des négociations avec les responsables américains.

“Nous prévoyons de transférer l’otage sur un bateau que nos amis (pirates) retiennent près de Garacad, pour qu’on puisse patienter si les négociations durent”, a affirmé Abdi Garad, un des chefs du groupe de pirates qui ont attaqué mercredi le porte-conteneurs Maersk Alabama.

Garacad est situé à 130 km au sud d’Eyl, une des principales bases des pirates somaliens, dans la région autonome du Puntland, où se trouvait Abdi Garad, interrogé par téléphone depuis Mogadiscio.

“J’ai peur que cette affaire ne se termine de façon désastreuse (…) on nous informe que les Américains veulent monter une opération de sauvetage comme les commandos français”, a ajouté Abdi Garad.

Vendredi, les forces spéciales françaises ont libéré le voilier français Tanit et quatre de ses otages retenus dans le golfe d’Aden par des pirates depuis six jours. Le cinquième otage et propriétaire du voilier a été tué lors d’un échange de tirs entre pirates et forces spéciales. Deux pirates ont également été tués et les trois autres ont été capturés.

“Il n’y a pas de nouveau développement, c’est toujours l’impasse avec les responsables américains”, a souligné Abdi Garad.

De leur côté, des chefs coutumiers somaliens ont offert samedi leur aide pour négocier “sans recours aux armes, ni rançon” la libération de Richard Phillips, le capitaine du cargo qui avait tenté sans succès dans la nuit de jeudi à vendredi d’échapper à la nage à ses ravisseurs.

Une source maritime kényane a indiqué samedi que des “chefs coutumiers et des parents des pirates sont en mesure de régler le problème de façon pacifique”.

“Le groupe a promis de parvenir à la libération du capitaine sans recours aux armes, ni à une rançon”, précise dans un communiqué Andrew Mwangura, responsable de la branche est-africaine d’un programme d’assistance aux marins basé au Kenya. Selon lui, le groupe s’est déjà rendu à Garacad.

Actuellement, seuls quatre pirates gardent le capitaine Richard Phillips sur le canot. Vendredi, ils ont réclamé une rançon d’un montant non spécifié pour libérer le capitaine ainsi que de “pouvoir rentrer sains et saufs à la maison”.

L’étau s’est en effet encore resserré vendredi sur ces pirates, qui sont sous la surveillance étroite du croiseur américain Bainbridge. Une frégate de la Marine américaine avec des hélicoptères à son bord est sur zone et un navire d’assaut amphibie restait plus loin du site.

Le Maersk Alabama, avec 20 Américains à bord, avait été attaqué mercredi vers 05h00 GMT à environ 500 km au sud-est d’Eyl. L’équipage avait réussi à reprendre le contrôle du navire dans la soirée, seul le capitaine restant otage des pirates.

Le cargo était attendu dans sa destination initiale, le port kényan de Mombasa, samedi en fin de journée, selon les autorités portuaires.

L’attaque du Maersk Alabama est venue couronner un spectaculaire regain d’activité des pirates qui ont pris d’assaut six navires étrangers depuis une semaine au nez et à la barbe des puissances navales mondiales déployées dans la zone.

_________________________________ 3 – Le Monde

Capitaine Phillips, otage des pirates somaliens, héros des Américains

L’Amérique s’est trouvé un nouveau héros. Après Chesley Sullenberger, le pilote qui avait miraculeusement fait atterrir un avion sur le fleuve Hudson à New York, c’est au tour du capitaine Richard Phillips, retenu en otage depuis trois jours sur un canot de sauvetage dans l’océan Indien, de recevoir les honneurs du peuple et des médias américains.

L’histoire commence mercredi 8 avril, lorsque des pirates somaliens capturent un navire battant pavillon américain, le Maersk-Alabama, avec une vingtaine de marins à bords. Le jour même, l’équipage reprend le contrôle du navire mais les pirates emportent dans leur fuite le capitaine du bateau.

Rapidement cernés par deux bâtiments de l’US Navy arrivés en renfort, les pirates réclament désormais une rançon de deux millions de dollars pour libérer l’otage. “Nous ne prévoyons pas de tuer le capitaine, mais toute tentative malheureuse par les Américains conduira à des résultats catastrophiques”, a menacé vendredi soir Abdi Garad, un des chefs des pirates. “Nous sommes sains et saufs et les Américains ne nous font pas peur”, a dit un autre pirate. Outre les deux navires militaires, un navire d’assaut amphibie et un avion de patrouille maritime surveillent la zone.

“LA TRADITION DE L’HÉROÏSME DE HAUTE MER”

Le capitaine Phillips se serait offert comme otage en échange de la liberté de son équipage, puis aurait tenté de s’échapper à la nage dans la nuit de jeudi à vendredi pour rejoindre l’un des navires américains, avant d’être rattrapé par les pirates. Pour le Daily News, il personnifie “la tradition de l’héroïsme de haute mer”.

Ses proches et amis de son Etat du Vermont décrivent un homme calme, qui adore bricoler lorsqu’il n’est pas en mer. “J’ai foi en mon mari”, a affirmé son épouse Andrea, mère de ses deux enfants, à la télévision. “C’est un homme intelligent, et je sais qu’il s’en sortira.” “C’est bien Richard. Il est comme ça vous savez”, a affirmé sa belle-sœur, Lea Coggio, sur la chaîne CBS. “Il se préoccupe de son équipage, de son bateau.”

“C’est un bon père de famille, très dévoué”, explique une voisine de sa ville natale. “On le voit travailler dans son jardin avec sa famille. Nous espérons et nous prions”, a-t-elle dit sur CNN.

270 OTAGES ET 18 BATEAUX AUX MAINS DES PIRATES

Le Maersk-Alabama a lui repris sa route vers sa destination initiale, le port kényan de Mombasa, avec à son bord une équipe de la marine américaine chargée d’assurer sa sécurité. Transportant de la nourriture destinée notamment au Programme alimentaire mondial de l’ONU, le cargo est attendu durant le week-end au Kenya.

L’attaque du Maersk-Alabama est venue couronner un spectaculaire regain d’activité des pirates, qui ont fait de leur activité criminelle l’une des plus florissantes et lucratives d’un pays en guerre civile depuis 1991. Ils ont ainsi attaqué plus de 130 navires marchands au large de la Somalie l’an dernier, trois fois plus qu’en 2007, selon le Bureau maritime international.

Le capitaine Phillips est l’un des quelque 270 otages – mais le seul Américain – actuellement aux mains des pirates somaliens, qui contrôlent également 18 bateaux, dont 5 depuis le week-end dernier. “La piraterie est peut-être une activité criminelle vieille de plusieurs siècles, mais nous travaillons à y apporter une réponse appropriée, digne du XXIe siècle”, a déclaré la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton. 

_________________________________ 2 – Afrik.com

Somalie : L’US Navy et le FBI à l’œuvre pour libérer le capitaine du Maersk Alabama

L’US Navy, la marine de guerre américaine, et le FBI, la police fédérale, disent travailler de concert pour faire libérer le capitaine américain du cargo “Maersk Alabama”. Richard Phillips a été enlevé par des pirates somaliens mercredi, au large des côtes somaliennes.

Le président Obama suit de près la situation, sa principale préoccupation étant la sécurité du capitaine et de l’équipage, a fait savoir Robert Gibbs,porte-parole de la Maison-Blanche. La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a, pour sa part, condamné l’attaque des pirates contre le « Maersk Alabama. » Les assaillants « ne sont rien de plus que des criminels », a-t-elle déclaré.

Après avoir brièvement pris le contrôle, mercredi, du « Maersk Alabama », un navire de 17 000 tonnes transportant de l’aide alimentaire à destination de Mombassa, au Kenya, les pirates ont ensuite pris la fuite à bord d’un canot de sauvetage avec, comme otage, le capitaine du navire. Un bâtiment de guerre américain, le “USS Bainbridge”, est entretemps arrivé sur les lieux. Il se trouverait à proximité de la petite embarcation des pirates.Des associés des pirates ont dit aux agences de presse qu’ils ont envoyé des renforts pour aider leurs camarades à échapper au navire de guerre américain.

Pour sa part, le père de l’un des membres d’équipes du « Maersk Alabama » a indiqué que des gardes armés sont montés à bord du navire, qui fait route maintenant vers le port de Mombassa. Les multiples actes de piraterie dans le long des côtes somaliennes menacent la stabilité de la région de même que l’acheminement de l’aide humanitaire, a déclaré le représentant spécial de l’Onu pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, aujourd’hui.


_________________________________ 1 – Le Figaro avec AFP


Somalie/pirates: un 2e navire US sur zone

Une frégate de la Marine américaine est arrivée en renfort dans la zone de l’océan Indien où des pirates somaliens retiennent en otage à bord d’un canot le capitaine américain d’un cargo, qui a tenté de s’évader à la nage, ont indiqué aujourd’hui des responsables américains.

L’USS Halyburton “est sur zone”, où se trouve déjà un croiseur lance-missiles de l’US Navy, a indiqué un porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman, tout en refusant de préciser à quelle distance du canot de sauvetage se trouvait le deuxième navire.

La frégate “a des hélicoptères à son bord”, contrairement au croiseur Bainbridge, situé directement à proximité du canot des pirates, a précisé à l’AFP un autre responsable américain, sous couvert de l’anonymat.

Un navire d’assaut amphibie, le USS Boxer, restait quant à lui plus loin du site, a-t-il indiqué sans autre détail.

Le capitaine du navire battant pavillon américain Maersk Alabama, otage des pirates, a tenté de s’évader à la nage durant la nuit de jeudi à aujorud’hui mais a été repris, a affirmé ce responsable, confirmant des informations diffusées par les médias américains.

“Le capitaine a sauté et a essayé de s’échapper” avant d’être rattrapé par ses ravisseurs, a-t-il expliqué, en ajoutant que l’incident avait duré “environ une demi-heure”.