16/04/09 (B494) Radio-Trottoir – Publication d’une information préalable suivie d’une lettre ouverte sur la corruption généralisée au Ministère de la Santé avec la complicité de fonctionnaires dociles et de diplomates peu attentifs (au minimum !!) (Info lectrice)

Disparition, en six mois, de cinq milliards de francs Djibouti ?

Cette somme était destinée à la lutte contre le Sida sur une période de trois ans. Elle devait servir à financer la campagne et les soins médicaux urgents pour cette lutte contre le fléau endémique qui fait des ravages et provoque de nombreux décès à Djibouti.

Le financement avait été octroyé, sans remboursement, par une Fondation internationale affiliée à l’OMS et à l’UNICEF et il était géré par le PNUD.

Une telle somme qui disparaît en six mois, sans qu’aucun Audit international n’ait été délégué : c’est surprenant !

Aucune plainte ni réclamation n’a été déposée, à notre connaissance, contre le Ministre de la Santé. Rappelons que le HCR avait agi dans un cas identique lorsqu’il avait constaté le détournement de 70 millions de FDj. Le Ministère n’a toujours pas remboursé la totalité.

Voilà un nouveau scandale international, qui devrait mobiliser, en principe, le Secrétaire Général des Nations Unies, surtout en cette période où se multiplient les “affaires” dans le monde financier mondial …..

La fin des paradis fiscaux ?

Le Peuple Djiboutien peut toujours attendre le retour des capitaux qui ont fui. Ils ne reviendront pas ….

Revenons à cette somme de 70 millions engloutis autrefois par le Ministre Miguil. Une bagatelle par rapport aux 5 milliards qui se sont évaporés en 2008 ! Mais cette fois, tout permet de penser que le bandit Bobard 1er a reçu la plus grosse part du gâteau.

Est-ce la raison pour laquelle les Instances Onusiennes gardent le silence dangereux, silence qui dégrade le caractère humanitaire de ces aides ?

Est-ce aussi la raison pour laquelle les fonctionnaires “au courant” se taisent : si le parrain local a touché, ne serait-ce qu’évoquer la fuite, pourrait vous condamner à mort en Royaume de Pacotilles..

Il s’agirait donc d’un Secret d’Etat – Confidentiel défense – à ne surtout pas ébruiter. Défense d’ouvrir la bouche ?

N’est-ce pas « dear SUNIL ? ».

DEKA
journaliste à Radio-Trottoir

_________________________________ Texte de la lettre au Ministère

Texte de la lettre au Ministre de la Santé qui a été dispatchée par @-mail à un certain nombre de fonctionnaires et des responsables onusiens.

MINISTERE DE LA SANTE –
HALTE A LA CORRUPTION GENERALISEE

Nous, Personnels du Ministère de la Santé, dénonçons la corruption et le détournement systématique, érigé en système de gestion au sein de notre Ministère.

Nous exigeons le respect et la dignité du aux fonctionnaires et à tous les agents de l’administration. Les injures et les propos de bas étage, sans limite, proférés par le Ministre de la Santé doivent cesser immédiatement.

Le Ministre de la Santé est devenu un Omnivore et un Prédateur qui ne recule plus devant Rien. Le Budget de l’Etat et les financements des projets du département sont devenus sa chasse gardée.

Les Perdiems des formations et des séminaires destinés à dédomager les participants sont systématiquement (au grand désespoir des chefs des programmes) détournés par le Ministre en personne, avec la complicité agissante du Directeur Administratif et Financier, qui est son homme pour les basses besognes. Tôt ou tard il devra rendre des comptes.

Des listes des perdiems supposés payés sont régulièrement présentés aux bailleurs de fonds. Il s’agit de fausses listes avec des signatures falsifiées.

Les fonds récupérés sont directement remis au Ministre de la Santé.

Cela peut paraître incroyable mais cest la triste réalité qui s’est instaurée parce le Ministre est un odieux prédateur qui “bouffe tout”.

L’UNICEF, l’OMS, le FNUAP, l’AFD ont été alertés. Bizarement, ils restent silencieux. Est il normal qu’ils continuent à financer des perdiems qui ne sont pas versés aux agents formés ? On s’interroge sur leurs véritables intentions !

Il est grand temps qu’ils prennent leur responsabilité et qu’ils paient directement ou qu’ils assistent eux-mêmes aux paiements des perdiems

Certains agents contractuels sont embauchés sur des projets ou des programmes.

Ils sont harcelés jusqu’à ce qu’ils acceptent de reverser au Mministre de la Santé ,en personne, 50% de leur salaire mensuel, sinon ils sont menacés de licenciement. Encore une fois, tout cela peut vous paraitre impossible, mais c’est la triste réalité que nous vivons au quotidien. Des noms circulent au sein du ministère

Les recettes issues des recouvrements des coûts des centres de santé communautaires devaient servir, à l’origine, à améliorer la qualité des prestations.

Les centres de santé n’ont rien vu venir, car les sommes ne sont pas distribuées.

Elles ont été bloquées dans des comptes bancaires à terme, depuis trois ans : les intérêts sont reversés au Ministre de la santé alors que les Centres de santé ne disposent même pas d’un budget pour acheter de l’eau de Javel et les produits de base nécessaires pour garantir l’hygiène dans les locaux.

Les hôpitaux des districts vivent le même calvaire. Ils ne peuvent même pas utiliser les recettes de leus activités pour assurer les évacuations sanitaires d’urgence.

Qui pourrait trouver cela normal ? Notre Ministre qui ne pense qu’à sa poche est certainement le seul à estimer qu’il n’y a rien à redire …

Les dotations en bons de carburants qui sont attribués par le Ministère des finances sont directement accaparés par le Ministre qui les utilise pour ses besoins personnels. Pas un seul litre pour les directeurs ni les responsables du Ministère.

Nous demandons au Ministère des finances d’inscrire le numéro du véhicule bénéficiaire sur les bons d’essence afin qu’ils ne puissent être utilisés que par le véhicule correspondant. Incroyable, mais c’est vrai. Nous en sommes arrivés là !.

Trop c’est trop, il est temps d’agir tous ensemble pour l’intérêt collectif et la sauvegarde de notre système de santé, qui est en péril par la faute d’un prédateur avide et insatiable.

Les étudiants de l’école de médecine sont injustement privés de leurs bourses. Les montants sont pourtant inscrits au budget de l’Etat 2009 à hauteur de 22.640.000 Fdj.

Que s’est-il passé ? Quand ils ont eu le malheur de réclamer le paiement des bourses, les malheureux étudiants ont été sévèrement sanctionnés. Tout laisse penser que cet argent va sûrement remplir la poche “sans fond” de ce Ministre toujours avide d’argent.

Le saviez-vous aussi ?

Plus de dix véhicules soit appartenant l’administration soit acquis sur des projets constituent la flotte automobile au service exclusif de la maison de Monsieur le ministre.

Deux véhicules dont celui qui est utilisé par le Ministre sont financés par le projet “fonds mondial”. Un véhicule provient du projet financé par la Banque mondiale. L’un des deux véhicules attribués par le projet “Santé USAID” a été attribuée à son écurie personnelle.

Qu’en pensez-vous chers partenaires ?

Ces véhicules seraient bien utiles s’ils étaient à la disposition des Services de santé et on vous parie qu’ils vont disparaître avec lui lorsqu’il devra quitter son maroquin..

Trop c’est trop. Il n’y a plus de temps à perdre. C’est maintenant, chers concitoyens que nous devons agir.

Nous demandons à toutes les bonnes volontés de diffuser très largement ce message pour que monde prenne la mesure de nos souffrances quotidiennes et que les organisations internationales, partenaires, s’attachent à exercer un contrôle efficace sur l’emploi de leurs aides et subventions.

Nous demandons à l’Inspection des Finances, de s’interesser un peu à ce qui se passe au sein du Ministère de la Santé.

S’il vous plait, à ceux qui liront ce message, ne restez pas passifs et diffusez le largement