21/04/09 (B495) L’ancien Ambassadeur d’Erythrée auprès de Djibouti, expulsé à la suite des problèmes de frontière et de la bataille de Ras Doumera, nommé à un poste diplomatique clef pour l’Erythrée : Téhéran. (Info lecteur)

Le Président Isaias Afwerki a chargé l’Ambassadeur Mohamed Saeed Mantay (d’origine Afar), qui a une grande expertise, sur les plans sécuritaire et diplomatique dans la région (*)d’ouvrir la première ambassade d’Erythrée auprès de l’Iran. Il devrait se rendre bientôt à Téhéran, dès que l’Iran aura accepté son accréditation.

Une délégation du Ministère des Affaires Étrangères érythréens a déjà loué des bureaux pour l’ambassade et des logements qui serviront de résidence pour l’ambassadeur et son personnel.

L’Erythrée et l’Iran n’échangeaient pas encore des Ambassadeurs. Du côté érythréen, c’est l’Ambassadeur en poste au Pakistan (Abdu Haji) qui assurait la représentation et les intérêts de son pays. L’Iran avait confié de son côté à son Ambassadeur, résidant au Qatar (Ali Ibrahim Alqeoud) le soin de la représenter en Erythrée.

En 1979, quand l’Iran a lancé sa révolution islamique après avoir renversé le Shah Pahlavi, l’ambassadeur israélien avait été expulsé et ses locaux avaient été affectés au front érythréen de libération (ELF.). Le front de l’ELF avait nommé comme représentant, un vétéran de la guerre Mohamed Omer Yahya pour représenter ses intérêts auprès du régime islamique .

L’Ambassadeur Mantay est l’un des membres fondateurs de l’organisation politico-militaire « Enda seban kelten » (brigade 72), du service secret militaire du front avant la libération du pays par l’EPLF.

Il a servi militairement avec Petros Solomon et ses collègues du G-15.

L’
Ambassadeur Mantay a été maire de la ville de Ghindae jusqu’à la disparition de Tessenei. Puis il a été muté au Ministère des Affaires Étrangères, avant d’être nommé Ambassadeur auprès de Djibouti avec rang de Ministre plénipotière.

Durant son séjour à Djibouti, on peut affirmer, sans risque de se tromper, qu’il a été une sorte de bête noire pour IOG et les services secrets éthiopiens.

Il a une excellente connaissance de Djibouti, de son régime et de son contexte.

Après son explusion, pour raison de conflit, il est retourné en Erythrée où il s’est vu confier la responsabilité des opérations politico-militaires des opposants somaliens. Il a beaucoup voyagé au Yémen pour mener à bien des missions ayant rapport avec la Somalie.

Si le Président Isayas a nommé un Afar en Iran, c’est un signe. Il s’agit d’une promotion très importante, car les Iraniens s’intéressent beaucoup à la région.

L’Erythrée manque de trésorerie pour financer les fondamentalistes qui se battent en Somalie et surtout pour se préparer à une future guerre avec l’Ethiopie. Elle a besoin de beaucoup d’argent et les Iraniens savent se montrer généreux avec leurs amis …

(*) Il a été Ambassadeur auprès de Djibouti durant plusieurs années avant d’être expulsé lors des combats entre l’Erythrée et Djibouti “affaire Ras Doumeira”