27/04/09 (B496) Radio-Trottoir : Flash Info /// Flash Info /// Les Flibustiers d’Haramous sèment la haine tribale. (Lectrice : premier article sur une série de 4 qui sera publiée prochainement)

Première partie

Danse du ventre à Borama, persécution des Gadabourcis à Djibouti.

Tandis qu’à Borama à 400 km de Djibouti et en dehors de nos frontières, la danse du ventre d’IOG, orchestré par Riyaleh de la Région du Somaliland et son beau-frère le Ministre entrepreneur Said Barkat de Djibouti bat son plein, les Gadabourcis de Djibouti sont pourchassés et persécutés.

Après la répression qui s’est déroulée du 4 au 23 mars au quartier 6, le quartier 5 est depuis le 19 mars placé “sous le feu nourri” de la répression policière.

La chasse aux Gadabourcis s’est progressivement durcie de jour en jour.

Le soir, des éléments de la Garde Républicaine, en tenue civile, se font passer pour des jeunes du quartier 6. Ils s’attaquent et ils dévalisent, à des heures tardives, les boutiques du quartier 5. Tandis que le matin, les policiers prennent la rélève ils procédentà des rafles et à des perquisitions à domicile sans aucun motif sérieux ni crédible.

Les rafles au quartier 5 se sont amplifiées les 24, 25 et 26 avril : elles sont inadmissibles. Cela rappelle aux anciens des souvenirs de l’époque coloniale.

Le Ministre de l’Intérieur garde un silence provocateur, mettant en relief la nouvelle politique de discrimination raciale du pouvoir en place.

Le bilan est lourd :

  • une centaine de blessés plus ou moins graves,
  • le camp de concentration de Nagad est archi plein avec plus de cinq cents détenus arbitraires et une dizaine de disparus.

La population du quartier 5 n’a plus qu’une alternative, soit quitter Djibouti pour aller se réfugier ailleurs, soit s’insurger violemment pour bien montrer toute leur détermination de citoyens djiboutiens à vivre en paix chez eux, conformément à la Constitution et aux Lois.

Nous suivons avec inquiétude la dangereuse propagation de la haine tribale organisée scientifiquement à partir d’Haramous. Aujourd’hui, le 27 avril 2009 le quartier 5 a été de nouveau bouclé dès 3:00 h du matin

Nous demandons au peuple de Djibouti de mettre en échec la politique de division raciale d’IOG, le « Fou d’Haramous ».

Nous demandons aux chancelleries de la place de se démarquer sans ambiguïté des actes commis par ce régime afin d’éviter le pire. Le pire est devant nous et personne ne serait épargné, en cas d’aggravation de ces provocations intolérables.

Une alerte internationale s’impose pendant qu’il est encore temps.

Votre correspondante
Avenue 26.