08/05/09 (B498) Le journal de la Flibuste … (3 articles en Français)

_______________________________ 3 – Romandie News avec AFP

Espagne: un juge ordonne la libération de 7 pirates somaliens présumés

Se pliant de mauvaise grâce aux réquisitions du parquet, un juge espagnol a ordonné vendredi la remise en liberté de sept pirates somaliens présumés, capturés mercredi par un navire de guerre espagnol, tout en s’opposant à ce qu’ils soient remis aux autorités kenyanes.

Le parquet avait demandé vendredi au juge Fernando Andreu de renoncer à faire emprisonner en Espagne ces sept pirates présumés, réclamant leur remise à la justice kenyane, en vertu d’un accord passé en mars entre l’Union européenne (UE) et ce pays africain, afin qu’ils y soient jugés.

Le juge Andreu avait ouvert jeudi une enquête sur ces pirates présumés et ordonné leur incarcération, se fondant sur le nouveau délit de piraterie maritime, voté en Espagne après l’attaque en avril 2008 d’un thonier espagnol au large de la Somalie.

Il a indiqué vendredi avoir ordonné leur remise en liberté “par impératif légal”, se référant aux réquisitions contraignantes du parquet en matière de détention provisoire, tout en exprimant son “total désaccord” avec ce dernier.

Le juge espagnol s’oppose par ailleurs à la remise des pirates présumés aux autorités du Kenya, car il juge que cela porterait atteinte à leurs droits, une enquête judiciaire étant déjà ouverte en Espagne.

Les sept pirates présumés ont été capturés par le navire militaire espagnol Marques de la Ensenada, participant à l’opération antipiraterie européenne Atalante, alors qu’ils étaient tombés à l’eau après l’échec d’un assaut.

Le gouvernement espagnol a par ailleurs annoncé jeudi la capture par un bâtiment de guerre espagnol de sept autres pirates présumés qui semblaient préparer une attaque contre un navire de commerce maltais au large des côtes somaliennes.

Au moins 20 navires sont actuellement aux mains des pirates qui retiennent captifs plus de 300 marins en attendant le dénouement de négociations sur le montant des rançons et les modalités de leur paiement.

Selon le Bureau maritime international (BMI), les attaques ont décuplé au cours du premier trimestre 2009 par rapport au premier trimestre 2008, passant de 6 à 61.

Sur la même période, le nombre de bateaux militaires dans la zone a été multiplié par trois, pour atteindre une vingtaine, de source militaire.

________________________________ 2 – France Info

La marine française remet 11 pirates présumés aux autorités kényanes

La marine française a remis vendredi aux autorités kényanes 11 pirates somaliens présumés capturés le week-end dernier au large de la Somalie, a indiqué la police de Mombasa (port de l’est du Kenya).

“La marine française nous a remis ce matin 11 pirates présumés”, a déclaré à l’AFP le chef de la police de Mombasa, Ayub Gitonga.

Ils ont été débarqués par la frégate française Nivôse impliquée dans l’opération européenne de lutte contre la piraterie dans l’océan Indien, Atalante. Les suspects ont été arrêtés le week-end dernier alors qu’ils naviguaient sur deux embarcations rapides accompagnées d’un “bateau-mère”, à plus de 500 milles nautiques de Mombasa.

Ils étaient armés de deux fusils d’assaut et d’un lance-roquettes.

Ils devraient être inculpés de piraterie vendredi soir ou samedi, a poursuivi M. Gitonga. Onze autres pirates présumés arrêtés par la marine française avaient ainsi déjà été remis aux autorités kényanes le 22 avril et inculpés le lendemain de piraterie.

Le Kenya et l’Union européenne (UE) ont signé début mars un accord pour la remise des pirates présumés et pour qu’ils soient jugés par les autorités kényanes.

La France a arrêté des dizaines de pirates présumés qui pour pour la plupart ont été remis aux autorités kényanes ou à celles de la région autoproclamée autonome du Puntland (nord-est de la Somalie). Mais quinze d’entre eux, impliqués dans des attaques contre les bateaux français, attendent d’être jugés en France.

L’arrestation et le jugement des pirates se heurtent à des problèmes juridiques complexes. Le Kenya est le seul Etat de la région à avoir conclu des accords avec les principales forces navales sur ce dossier.

________________________________ 1 – AFP

Somalie: les pirates capturent un navire néerlandais

Des pirates somaliens ont capturé jeudi un navire néerlandais et ses huit membres d’équipage dans le golfe d’Aden, a annoncé à l’AFP le responsable de la branche kényane d’un programme d’assistance aux marins, Andrew Mwangura.

“Les pirates se sont emparés d’un petit bateau néerlandais avec huit membres d’équipage. Il a été capturé dans le golfe d’Aden il y a deux heures (vers 07H30 GMT)”, a déclaré par téléphone M. Mwangura.

Le MV Marathon, propriété d’une société néerlandaise, est un petit navire construit en 1976 et transportait un dérivé de charbon utilisé comme combustible pour la métallurgie, a-t-il ajouté.

“Il faisait route vers l’ouest dans le golfe d’Aden lorsqu’il a été capturé”, a ajouté M. Mwangura, précisant que l’équipage serait sain et sauf.

Cette dernière capture porte à au moins 20 le nombre de navires actuellement aux mains des pirates qui retiennent captifs plus de 300 marins en attendant le dénouement de négociations sur le montant des rançons et les modalités de leur paiement.

Mercredi, des pirates avaient relâché un cargo émirati, capturé cinq jours plus tôt, après avoir eu la confirmation que le Al-Meezan avait été affrété par des hommes d’affaires somaliens.

La veille, ils avaient toutefois capturé sans coup férir un cargo allemand, le MV Victoria et ses 11 marins roumains, alors même que le bateau avait notifié sa présence à la force antipiraterie européenne Atalante et avait emprunté un couloir maritime recommandé par les forces navales internationales déployées dans la zone.

Selon le Bureau maritime international (BMI), les attaques ont décuplé au cours du premier trimestre 2009, par rapport à 2008, passant de 6 à 61.

Sur la même période, le nombre de bateaux militaires dans la zone a été multiplié par trois, pour atteindre une vingtaine, de source militaire.

Des bâtiments de l’Union européenne, de l’Otan et de coalitions sous autorité américaine, ont été très actifs récemment, soit pour déjouer des captures soit pour arrêter de présumés pirates.