16/05/09 (B499) Nouvelles de Somalie. Les USA accusent l’Erythrée d’attiser les combats en Somalie. L’ONU condamne les insurgés et met aussi en garde l’Erythrée contre des interventions ou des aides en Somalie. (6 articles en Français et en Anglais)

_____________________ 6 – Romandie News (Suisse) avec AFP

“Conditions pas réunies” pour une force de l’ONU en Somalie

La délégation du Conseil de sécurité de l’ONU en visite à l’Union africaine (UA) à Addis Abeba a répété samedi que les conditions “n’étaient pas encore réunies” pour qu’une force onusienne remplace la mission de paix africaine en Somalie (Amisom) déployée à Mogadiscio.

“La question d’une force de paix de l’ONU en Somalie reste sur la table. Le secrétaire général de l’ONU (Ban Ki-moon) considère que les conditions préalables (à ce déploiement) ne sont pas encore réunies”, a déclaré à la presse l’ambassadeur britannique John Sawers, qui préside la délégation du Conseil pour cette étape lors de sa tournée africaine.

Une rencontre de plusieurs heures entre le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA et le Conseil de sécurité de l’ONU a finalement débouché sur un communiqué appellant au renforcement de leur coopération.

“Il y a une inquiétude largement partagée concernant la Somalie, notamment les tentatives de mettre en péril le TFG” (gouvernement fédéral de transition), a poursuivi M. Sawers.

“Nous avons réaffirmé notre soutien au TFG et au processus de paix”, a-t-il dit, relevant que l’Amisom “faisait un travail louable en Somalie”.

Il a rappelé que l’ONU soutenait déjà l’Amisom avec la “création du fonds de soutien aux pays contributeurs de troupes”. “Nous allons renforcer ce soutien et nous assurer que les troupes reçoivent de l’aide dès que possible”, a-t-il ajouté.

De son côté, l’ambassadrice du Burundi et présidente du CPS pour le mois de mai, Epiphanie Kabushemeye, a expliqué que l’UA poursuivait ses efforts “pour que l’Amisom atteigne l’effectif nécessaire prévu”, soit 8.000 hommes, dans l’optique d’un passage de relai à l’ONU.

“Nous espérons rapidement que l’Amisom deviendra une force onusienne de maintien de la paix”, a-t-elle déclaré.

L’Amisom est la seule force étrangère actuellement à Mogadiscio. Deployée depuis mars 2007 et constituée d’environ 4.300 hommes (Ougandais et Burundais), elle est mal équipée et sous-financée.

Le Conseil de sécurité a entamé samedi une tournée de cinq jours dans quatre pays d’Afrique pour renforcer le partenariat ONU-UA sur les conflits en cours et les situations post-conflictuelles dans les Grands Lacs et au Liberia.

_____________________ 5 – Al Jazeera (En Anglais)

Le conseil de sécurité des Nations unies s’exprime à partir des rapports qui démontreraient que l’Erythrée fournit des armes aux milices qui tentent de renverser le Gouvernement somalien. // UN probes Eritrea arms in Somalia

The UN Security Council has voiced concern over reports that Eritrea has been supplying arms to fighters who intent to topple Somalia’s government.

“The Security Council … expresses its concern over reports that Eritrea has supplied arms to those opposing the [government of] Somalia in breach of the UN arms embargo,” the statement said on Friday.

The Council called for an investigation into the reports.

The 15-nation council also demanded that Somali opposition groups immediately end the violence and join reconciliation efforts in the lawless Horn of African state.

In an accusation backed by some security experts and diplomats, Somalia’s government said earlier this month that Eritrea continues to support al Shabab fighters with AK-47 assault rifles, rocket-propelled grenades and other weapons.

Eritrea rejects the accusations that it sends weapons to the al Qaeda-linked groups fighting Somalia’s government.

Araya Desta, Eritrea’s UN ambassador, said: “We have never done this – it is totally false and misleading.”

No support

Desta said Eritrea had never given financial or military support to opposition factions in Somalia.

“The historical relationship that exists between Eritrea and Somalia is still intact, we fully respect them and we anticipate peace and stability in the country – that is our goal,” he said.

Clashes between al Shabab fighters – who admit to having foreigners in their ranks – and pro-government fighters have killed at least 139 people and sent around 27,000 people fleeing the seaside capital of Mogadishu since late last week.

The Security Council expressed “concern at the loss of life and the worsening humanitarian situation arising out of the renewed fighting.”

Somalia’s 18 years of anarchy has left millions displaced, killed tens of thousands and created one of the world’s worst aid crises.

Attacks on relief workers, extortion and regular clashes have hampered groups trying to work there.

Aid organisations warned on Thursday that Somalia’s worst fighting in months was aggravating an already dire humanitarian emergency.

No peacekeepers

Large parts of Somalia’s south and centre are under the control of al Shabab and allied fighters.

The UN Security Council has long been under pressure from African states to send a UN force to Somalia, but repeatedly delayed deciding.

It is due to consider the matter again by June 1.

Ban Ki-moon, the UN secretary-general, recommended in a report to the Security Council last month that the best approach would be to step up support for African Union peacekeepers already in Somalia, Amisom, and for Somali security forces.

Indonesia has said it would be willing to lead and provide troops for an eventual UN peacekeeping mission in Somalia.

Ban has cautioned that sending UN blue helmets to Somalia any time soon would be a high-risk move that would likely prompt attacks against the peacekeepers.

Sharif Ahmed was sworn in as Somalia’s president in January, promising to forge peace with east African neighbours, tackle rampant piracy offshore and rein in anti-government fighter groups.

_________________ 4 – Press TV (Iran) (En Anglais)

L’UA pourrait demander l’aide de l’OTAN pour résoudre la crise somalienne. // AU may seek Nato help in Somalia crisis

Somalians suffering in the war-ravaged country.

The African Union says if the situation gets further out of control, it may ask assistance from NATO forces stationed in Somalia’s pirate-infested waters.

As insurgency is escalating in the Horn of Africa, AU special envoy to Somalia, Nicolas Bwakira, addressing reporters in the Kenyan capital of Nairobi said the African body may ask for help from outside the continent if it feels that the crisis is out of hand.

“We will go all the way to provide support for the Somalia Transitional Federal Government. We will use AU forces for the time being. But if it becomes necessary, we will ask for help from forces outside Africa,” Bwakira said while suggesting NATO forces when asked to clarify which forces outside Africa.

He reiterated that the AU peacekeepers will not violate their mandate of peacekeeping, adding that the suggestion for mandate expansion that would include peace enforcing is underway in order to fully defend the citizens caught in the fighting, a Press TV correspondent reported on Friday from Nairobi.

Meanwhile, the United Nations special envoy for Somalia, Ahmedou Ould-Abdallah on Friday said he was ready to lobby for the removal of the names of Somali individuals who are on the US terror suspects list if they are willing to pursue dialogue instead of conflict.

“No one who is named on the UN Security Council list of terrorists can become a president or a prime minister. He cannot sit in an office nor even travel as a simple citizen because you may be in trouble. But those who are on the US terrorist list, I am ready to lobby for them, I put it in writing. I will help remove the names of Somalians to open political dialogue for them. It is not killing their own compatriots that will solve this problem,” Ould-Abdallah said.

The UN envoy restated that the dialogue window is still open for any peace loving party to end the bloodshed.

His statement comes after a week-long fighting in the war-ravaged nation that involved Somali militant groups and pro-government forces.

The Horn of Africa nation has been in chaos since 1991 when warlords ousted former president Mohammed Siad Barre.

Many consider the Transitional National Government (TNG), which controls pockets of the capital and little else, as just one of the many, mostly clan-based, armed groups vying for power and control across the country.


_________________ 3 – ONU (Communiqué officiel)

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ RÉAFFIRME SON APPUI AU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DE TRANSITION DE LA SOMALIE ET CONDAMNE LA RÉCENTE REPRISE DES COMBATS

Le Conseil de sécurité a réaffirmé aujourd’hui son appui au Gouvernement fédéral de transition de la Somalie et a condamné la récente reprise des combats dans le pays, « dirigée par al-Shabaab et d’autres extrémistes, qui constitue une tentative de renversement de l’autorité légitime par la force ».

Dans une déclaration lue par son Président, M. Vitaly Churkin, Représentant permanent de la Fédération de Russie, le Conseil de sécurité se déclare « préoccupé par les informations selon lesquelles l’Érythrée aurait fourni des armes aux opposants » au Gouvernement fédéral de transition, en violation de l’embargo sur les armes imposé par l’ONU et prie le Groupe de contrôle sur la Somalie de mener une enquête à ce sujet.

Il demande aux groupes d’opposition de « mettre immédiatement fin à leur offensive, de déposer les armes, de renoncer à la violence et de participer aux efforts de réconciliation ». Le Conseil rappelle ses déclarations et résolutions antérieures sur la Somalie, notamment la résolution 1863 (2009) du 16 janvier 2009, qui réaffirme que l’Accord de paix de Djibouti constitue la base d’un règlement du conflit en Somalie.

Déclaration présidentielle

« Le Conseil de sécurité réitère ses précédentes résolutions et les déclarations de son président concernant la Somalie, en particulier sa résolution 1863 (2009) dans laquelle il réaffirmait que l’Accord de paix de Djibouti constituait la base d’un règlement durable du conflit en Somalie.

Le Conseil réaffirme son appui au Gouvernement fédéral de transition, dans lequel il voit l’autorité légitime de la Somalie en vertu de la Charte fédérale de transition, et condamne la récente reprise des combats dirigée par al-Shabaab et d’autres extrémistes, qui constitue une tentative de renversement de l’autorité légitime par la force. Il demande aux groupes d’opposition de mettre immédiatement fin à leur offensive, de déposer les armes, de renoncer à la violence et de participer aux efforts de réconciliation.

Le Conseil prie instamment la communauté internationale d’accorder son plein appui au Gouvernement fédéral de transition afin de renforcer la Force nationale de sécurité et la Force de police somalienne, réaffirme son appui à l’AMISOM, exprime sa reconnaissance aux Gouvernements du Burundi et de l’Ouganda, pays fournisseurs de contingents, pour leur contribution et condamne toute hostilité envers la Mission.

Le Conseil se déclare préoccupé par les pertes en vies humaines et par l’aggravation de la situation humanitaire qui découlent de la reprise des combats, et appelle toutes les parties à s’acquitter des obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire en particulier celle de respecter la sécurité des civils, des travailleurs humanitaires et du personnel de l’AMISOM.

Le Conseil se déclare également préoccupé par les informations selon lesquelles l’Érythrée aurait fourni des armes aux opposants au Gouvernement fédéral de transition de la Somalie, ce qui constitue une violation de l’embargo sur les armes imposé par l’ONU, et prie le Groupe de contrôle sur la Somalie de mener une enquête.

Le Conseil réaffirme son appui au processus politique exposé dans la Charte fédérale de transition, qui fournit un cadre pour un règlement politique durable de la situation en Somalie. Les tentatives déployées actuellement pour prendre le pouvoir par la force ne peuvent que retarder le processus politique et prolonger les souffrances du peuple somalien. »


_________________ 2 – Romandie News (Suisse) avec AFP


Somalie: l’ONU condamne les insurgés, met en garde l’Erythrée

Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné vendredi les tentatives de renverser le gouvernement par la force en Somalie et mis en garde l’Erythrée, soupçonnée d’armer les insurgés.

Le Conseil “réaffirme son soutien au gouvernement fédéral de transition comme détenteur de l’autorité légitime en Somalie (…) et condamne la récente reprise des combats par les Shebab et autres extrémistes, qui constitue une tentative de renverser cette autorité par la force”, dans une déclaration adoptée à l’unanimité.

Il “exige que les groupes d’opposition cessent immédiatement leur offensive, déposent les armes, renoncent à la violence et se joignent aux efforts de réconciliation”.

Le Conseil “se dit préoccupé par les informations selon lesquelles l’Erythrée a fourni des armes à ceux qui s’opposent au gouvernement de transition (GFD) somalien, en violation de l’embargo de l’ONU sur les armes et demande à son comité des sanctions d’ouvrir une enquête”.

Il réitère sa conviction que l’Accord de paix de Djibouti, conclu en juin 2008 entre le GFT et un groupe d’opposition islamiste modéré, “constitue le fondement d’une résolution durable du conflit en Somalie”.

Le Conseil exhorte la communauté internationale à soutenir le gouvernement, réitère son soutien à la mission de paix de l’Union africaine (UA) en Somalie (Amisom) et condamne les hostilités à son égard.

La déclaration a été lue en séance par l’ambassadeur de Russie, Vitaly Tchourkine.

La population fuyait Mogadiscio vendredi, terrorisée par la perspective de nouveaux combats sanglants suite à l’offensive des islamistes radicaux contre les forces pro-gouvernementales somaliennes, avec un bilan déjà lourd d’au moins 103 morts et 18.000 déplacés en huit jours.

Jeudi, les insurgés se sont déployés à proximité du palais présidentiel et d’institutions publiques, dans un face à face tendu avec les forces gouvernementales et celles de l’Amisom, forte de 4.000 soldats et pro-gouvernement.

Jeudi également, les Etats-Unis avaient accusé l’Erythrée de “souffler sur les braises de la violence” en Somalie et exigé qu’elle cesse de soutenir les groupes extrémistes à Mogadiscio.

Cette dernière offensive des insurgés, menée par le chef radical cheikh Hassan Dahir Aweys, est sans précédent contre le président Sharif Sheikh Ahmed, un islamiste modéré.

Le gros des insurgés est constitué des combattants de cheikh Aweys et du groupe des shebab. Ces derniers ont reconnu cette semaine pour la première fois la présence de combattants étrangers dans leurs rangs.

Comme les shebab, cheikh Aweys, recherché par Washington pour liens présumés avec Al-Qaïda, exige le départ de l’Amisom.

La Somalie est plongée dans la guerre civile depuis 1991.

_____________________________ 1 – Shabelle (En Anglais)

Les USA accusent l’Erythrée d’attiser la violence en Somalie. // Eritrea fanning Somalia violence: US

The United States accused Eritrea on Thursday of “fanning the flames of violence” in Somalia and demanded that it halt its support for extremist groups in Mogadishu.

The US statement followed reports by Somali security officials that insurgents were gathering for a major offensive to seize control of Mogadishu.

President Sharif Sheikh Ahmed was holed up in the presidential compound and residents were fleeing the city.

“The United States urges the government of the state of Eritrea to stop fanning the flames of violence in Somalia,” State Department spokesman Ian Kelly said.

Kelly said the transitional federal government in Mogadishu has come under repeated attack from extremist groups pursuing a radical agenda “that can only promote further acts of terrorism and lead to greater regional instability.”

“Eritrea has been instrumental in facilitating support of the extremists to commit these attacks. This support must cease immediately,” he said.

Eritrea’s support for anti-government forces was “a serious obstacle” to more normal relations with the United States, he added.