17/05/09 (B499) Nouvelles de Somalie : la prise de Johar ! Un nouveau revers pour le Président somalien. Un nouveau pas vers la reconquête de la Somalie par les milices islamiques ? (12 articles en Français et en Anglais)

__________________________ 12 – Le Monde

Les islamistes somaliens prennent la ville-clef de Jowhar

Des miliciens islamistes prennent position dans les rues de Mogadiscio, le 16 mai.
Les islamistes radicaux du mouvement Al Chabaab ont pris dimanche, après de violents combats, la ville stratégique de Jowhar, entre la capitale somalienne, Mogadiscio, et le centre du pays. De violents affrontements entre milices islamistes rivales ont fait environ 70 morts dans le pays depuis vendredi.

Cette semaine, des affrontements au mortier et à l’arme légère ont également fait des dizaines de morts dans la capitale, Mogadiscio. Des milliers d’habitants de la capitale ont été contraints de fuir.

Les insurgés vuelent renverser le nouveau président somalien, Cheikh Charif Ahmed, un islamiste modéré élu en janvier et soutenu par le groupe Ahlu Sunna Waljamaca, ainsi que par les Nations Unies, l’Union africaine, l’Union européenne et les Etats-Unis.

_____________________ 11 – All Africa avec Shabelle (En Anglais)

Nouvelles attaques au mortier : un mort et 15 blessés à Mogadiscio. // Somalia: Mortar Shell Attacks Kill 1, Injure 15 Others in Mogadishu

At least one civilian has been killed and 15 others have been injured near School Policiyo ( military academic) neighborhood in Mogadishu after mortar shells targeted to the School as the Somali president Sheik Sharif Sheik Ahmed and police officials are present there , Shabelle’s correspondents reported on Sunday.

Reports say that several mortar shells were attacked at the Military Academic School killing 1 civilian wounding 15 others reporters say that there was a ceremony which was going on there.

Reports say that most of people died and injured in the mortar shell attacks were civilians who were around the Military Academic School.

No group has claimed the responsibility of the attacks so far.

__________________________ 10 – XINHUA (Chine)

Les insurgés islamistes prennent une ville importante du centre de la Somalie

Le mouvement islamiste Al-Shabaab en Somalie a pris Jawhar, un chef-lieu provincial au centre de la Somalie, à l’issue d’un combat acharné avec un groupe islamiste rival, allié du gouvernement somalien, a déclaré dimanche à l’agence Xinhua un haut responsable du mouvement Al-Shabaab.

“Jawhar a été pris par nos hommes après que nous ayons chassé les forces apostates qui occupaient la ville et tourmentaient la population depuis longtemps”, a confirmé Ali Mohamoud Ragen connu comme “Ali Dhere”, chef du mouvement Al-Shabaab pour les régions centrales.

Selon certaines informations, quelque trois miliciens de l’Union des tribunaux islamiques ont été tués dans les combats, alors que cinq autres ont été blessés dans les combats pour le contrôle de la ville de Jawhar, l’une des deux seules villes contrôlées par les forces islamistes progouvernementales.

Selon des informations en provenance de Jawhar, les partisans d’Al-Shabaab patrouillent actuellement dans les rues de la ville et auraient également été vus prendre place dans des installations gouvernementales importantes dont le siège central de la police et les bâtiments du gouvernement local.

Le mouvement Al-Shabaab, qui a mené des combats acharnés à Mogadiscio contre les forces gouvernementales ces dernières semaines, combat actuellement d’autres forces progouvernementales dans au moins deux autres régions du centre de la Somalie.

__________________________ 9 – Shabelle (En Anglais)

Les milices Al Shebaab s’emparent d’une ville stratégique. // Al-shabab captures strategic town

Al-shabab Isalamists have captured the strategic town of Jawhar which connects Mogadishu and central Somalia towns, witnesses said on Sunday.

Jowhar is 90 kilometers south of the Somali capital Mogadishu and al-Shabab and the pro government Islamic Courts Union have fought in Garsale village about 25 kilometers south of Jowhar town.

Reports say that more of Al-shabab forces with many battle wagons could be seen in the Jowhar town specially at the centre and the police station of the town and sources say that at least 3 ICU fighters were killed in the fighting between the two sides.

There is no comment from the Islamic Courts Union about the latest fighting and no one knows exactly where the ICU are in the region and the real casualty of the fighting in Garsale village.

This latest round of fighting seems to be part of ongoing clashes between rival Islamist groups in Galgudud and Hiran regions in central Somalia.

__________________________ 8 – L’Express avec AFP

Somalie: les islamistes shebab ont pris Jowhar, nouveau revers pour le président

Les islamistes radicaux des shebab, qui étendent de plus en plus leur contrôle en Somalie, ont pris dimanche Jowhar, proche de Mogadiscio et fief d’origine du président somalien, un nouveau revers pour le régime de Sharif Sheikh Ahmed sur qui l’étau se resserre.

En moins de deux heures de combats, les combattants lourdement armés des shebab ont attaqué et pris le fief de M. Ahmed, situé à seulement 90 km au nord de la capitale, où se trouve le président.

La pression s’est accentuée également à Mogadiscio, où les shebab ont fait usage de tirs de mortier près du quartier général de la police où le président était attendu pour une visite.

Au moins trois civils ont été tués et sept blessés dans cette attaque qui a provoqué la riposte des forces gouvernementales, ont rapporté des témoins.

“Il y a eu une attaque au mortier près du quartier général de la police où le président devait faire une visite, qu’il a ensuite annulée”, a déclaré à l’AFP Mohamed Dhere, ministre adjoint aux Transports.

Réagissant également à la prise de Jowhar, il a martelé que “ces actes violents n’empêcheraient jamais le gouvernement de progresser vers la paix”.

Un chef coutumier joint par l’AFP à Jowhar, Ali Moalim Hassan, a confirmé que “les forces des shebab (contrôlaient) totalement Jowhar”. “Ils ont attaqué la ville depuis plusieurs directions et il n’y a pas eu de violents combats dans la ville elle-même”, a-t-il dit, ajoutant que la milice islamiste soutenant le gouvernement avait “déserté ses positions”.

“Nous voyons des combattants des shebab armés de mitrailleuses lourdes qui patrouillent les rues. Ils ont aussi pris le contrôle du quartier général de la police”, a indiqué un autre chef coutumier, Abdikarim Adan.

Selon des témoins, au moins quatre personnes ont été tuées dans ces combats.

Cette prise de Jowhar, où M. Ahmed était rentré de son exil en Erythrée en novembre 2008, est un nouveau revers pour le président islamiste modéré, élu à la tête du pays fin janvier.

Les insurgés ont lancé le 7 mai une offensive sans précédent, menée par le chef islamiste radical cheikh Hassan Dahir Aweys avec les shebab à ses côtés, pour le chasser du pouvoir.

Les shebab contrôlent la totalité du sud et la quasi totalité du centre de la Somalie.

Ils ont récemment intensifié leurs opérations dans le pays et notamment à Mogadiscio pour prendre le contrôle des dernières poches contrôlées par les milices alliées au gouvernement.

Les “shebab” (littéralement “jeunesse” en arabe) forment un groupe dissident des tribunaux islamiques qui ont contrôlé pendant le deuxième semestre 2006 le centre et le sud du pays jusqu’à leur mise en déroute par les troupes éthiopiennes venues soutenir les autorités somaliennes.

Dans l’interminable guerre civile débutée en 1991, MM. Aweys et Ahmed avaient dirigé ensemble les tribunaux islamiques. M. Ahmed avait ensuite rejoint le processus de réconciliation supervisé par l’ONU et a été élu président alors que M. Aweys a toujours rejeté ce processus.

Nouvelle preuve des incessants renversements d’alliance en Somalie, le camp du gouvernement a reçu samedi soir le soutien d’un haut responsable islamiste proche des insurgés, cheikh Yusuf Mohamed Siad, qui s’est rallié avec ses combattants au camp du gouvernement, ont rapporté à l’AFP un responsable gouvernemental et un commandant loyal à M. Siad.

Ancien secrétaire à la Défense des tribunaux islamiques, M. Siad s’est rallié avec 12 véhicules blindés et un nombre de combattants tenu secret.

__________________________ 7 – JDD

Somalie: Affrontements entre milices rivales

Depuis vendredi, des affrontements entre milices islamiques rivales ont fait 68 morts dans le centre de la Somalie, a-t-on appris dimanche de source autorisée.

Plus de 3 300 personnes ont dû fuir les combats et selon l’ONG somalienne Elman, 18 civils ont été tués dans les villes de Mahas et de Wabho, vendredi et samedi.

La semaine dernière, des affrontements au mortier et à l’arme légère ont également fait des dizaines de morts à Mogadiscio. Des milliers d’habitants ont donc été contraints de fuir la capitale.
 

__________________________ 6 – AFP

Somalie: les islamistes shebab ont pris Jowhar, nouveau revers pour le président

Les islamistes radicaux des shebab, qui étendent de plus en plus leur contrôle en Somalie, ont pris dimanche Jowhar, proche de Mogadiscio et fief d’origine du président somalien, un nouveau revers pour le régime de Sharif Sheikh Ahmed sur qui l’étau se resserre.

En moins de deux heures de combats, les combattants lourdement armés des shebab ont attaqué et pris le fief de M. Ahmed, situé à seulement 90 km au nord de la capitale, où se trouve le président.

La pression s’est accentuée également à Mogadiscio, où les shebab ont fait usage de tirs de mortier près du quartier général de la police où le président était attendu pour une visite.

Au moins trois civils ont été tués et sept blessés dans cette attaque qui a provoqué la riposte des forces gouvernementales, ont rapporté des témoins.

“Il y a eu une attaque au mortier près du quartier général de la police où le président devait faire une visite, qu’il a ensuite annulée”, a déclaré à l’AFP Mohamed Dhere, ministre adjoint aux Transports.

Réagissant également à la prise de Jowhar, il a martelé que “ces actes violents n’empêcheraient jamais le gouvernement de progresser vers la paix”.

Un chef coutumier joint par l’AFP à Jowhar, Ali Moalim Hassan, a confirmé que “les forces des shebab (contrôlaient) totalement Jowhar”. “Ils ont attaqué la ville depuis plusieurs directions et il n’y a pas eu de violents combats dans la ville elle-même”, a-t-il dit, ajoutant que la milice islamiste soutenant le gouvernement avait “déserté ses positions”.

“Nous voyons des combattants des shebab armés de mitrailleuses lourdes qui patrouillent les rues. Ils ont aussi pris le contrôle du quartier général de la police”, a indiqué un autre chef coutumier, Abdikarim Adan.

Selon des témoins, au moins quatre personnes ont été tuées dans ces combats.

Cette prise de Jowhar, où M. Ahmed était rentré de son exil en Erythrée en novembre 2008, est un nouveau revers pour le président islamiste modéré, élu à la tête du pays fin janvier.

Les insurgés ont lancé le 7 mai une offensive sans précédent, menée par le chef islamiste radical cheikh Hassan Dahir Aweys avec les shebab à ses côtés, pour le chasser du pouvoir.

Les shebab contrôlent la totalité du sud et la quasi totalité du centre de la Somalie.

Ils ont récemment intensifié leurs opérations dans le pays et notamment à Mogadiscio pour prendre le contrôle des dernières poches contrôlées par les milices alliées au gouvernement.

Les “shebab” (littéralement “jeunesse” en arabe) forment un groupe dissident des tribunaux islamiques qui ont contrôlé pendant le deuxième semestre 2006 le centre et le sud du pays jusqu’à leur mise en déroute par les troupes éthiopiennes venues soutenir les autorités somaliennes.

Dans l’interminable guerre civile débutée en 1991, MM. Aweys et Ahmed avaient dirigé ensemble les tribunaux islamiques. M. Ahmed avait ensuite rejoint le processus de réconciliation supervisé par l’ONU et a été élu président alors que M. Aweys a toujours rejeté ce processus.

Nouvelle preuve des incessants renversements d’alliance en Somalie, le camp du gouvernement a reçu samedi soir le soutien d’un haut responsable islamiste proche des insurgés, cheikh Yusuf Mohamed Siad, qui s’est rallié avec ses combattants au camp du gouvernement, ont rapporté à l’AFP un responsable gouvernemental et un commandant loyal à M. Siad.

Ancien secrétaire à la Défense des tribunaux islamiques, M. Siad s’est rallié avec 12 véhicules blindés et un nombre de combattants tenu secret.

__________________________ 5 – AFP

Somalie: violents combats entre islamistes et forces gouvernementales à Jowhar

De violents combats ont éclaté dimanche entre islamistes radicaux somaliens des shebab et les troupes gouvernementales dans la ville de Jowhar, située à 90 km au nord de Mogadiscio, ont rapporté des responsables et des témoins.

Les affrontements ont été déclenchés après que les shebab eurent attaqué les miliciens islamistes soutenant le gouvernement de transition dans le but de prendre le contrôle de la ville, selon ces sources.

“Les combattants des shebab ont attaqué la ville et les combats ont lieu sur deux fronts maintenant, mais je peux vous dire qu’ils ne gagneront pas leur sale guerre”, a déclaré Ahmed Mohamed Moalim, un commandant islamiste pro-gouvernemental, interrogé par l’AFP par téléphone depuis Mogadiscio.

Aucun bilan n’était disponible dans l’immédiat dans ces combats où les deux camps utilisaient des mitrailleuses lourdes et des batteries anti-aériennes, selon des témoins.

Les insurgés somaliens ont lancé le 7 mai une offensive sans précédent pour chasser du pouvoir le président Sharif Sheikh Ahmed, un islamiste modéré élu en janvier. La situation est très tendue depuis plusieurs jours à Mogadiscio, où les deux camps se préparent à de nouveaux combats.

__________________________ 4 – Le Figaro avec AFP

Somalie: nouveaux heurts à Modagiscio

De nouveaux combats à l’arme lourde ont éclaté aujourd’hui entre insurgés et forces pro-gouvernementales dans le sud de Mogadiscio, où le gouvernement fait face à une offensive sans précédent des islamistes radicaux, ont rapporté des témoins. Les deux camps ont échangé des tirs de mortiers et d’artillerie lourde. Aucun bilan n’était disponible dans l’immédiat.

“Il y a eu plusieurs tirs de mortier lancés depuis les positions des insurgés qui ont atterri près du quartier général de la police. Les mortiers sont tombés sur une zone désertée”, a déclaré à l’AFP le colonel Adukar Farah, un policier fidèle au gouvernement somalien.

Un correspondant de l’AFP et des témoins ont par ailleurs fait état de plusieurs tirs de mortier lancés en représailles par les forces gouvernementales vers le quartier de Bakara (sud de Mogadiscio), et qui ont atterri cette fois dans des zones habitées.

Les insurgés ont lancé le 7 mai une offensive sans précédent, menée par le chef islamiste radical cheikh Hassan Dahir Aweys, pour chasser du pouvoir le président Sharif Sheikh Ahmed, un islamiste modéré élu en janvier à la tête du pays.

__________________________ 3 – Shabelle (En Anglais)

Plus de dix tués dans des combats dans le centre de la Somalie. // More than ten people killed in central Somalia fighting

More than ten have been killed and dozens have been wounded in fighting between al -Shabab and Ahlu Sunna Waljama’a in two towns in central Somalia, witnesses said on Saturday.

Locals said the latest fighting started after al-Shabab has launched a counter attack to the towns of Mahas and Wabho in central Somalia.

Residents have also said the fiercest fighting took place in Mahas town in Hiran region where the Shabab has reportedly recaptured the main part of the district.

Allied Ahlu Sunna Waljam’a and Islamic Courts Union have taken control of Mahas district in Hiran region early on Saturday.

Seven civilians who were wounded in the fighting were taken to Baladweyne, the regional capital of Hiran region for treatment.

__________________________ 2 – BBC (En Anglais)

L’Erythrée dément toute implication dans la crise somalienne. // Eritrea denies Somali involvement

Eritrea has denied reports that it has been supplying Islamists in Somalia with weapons and ammunition.

The Eritrean ambassador to the UN, Araya Desta, told the BBC that the claims were “totally false”.

Both the US and the UN Security Council have voiced concern over reports of Eritrean involvement.

Several Somali Islamist groups operated from Eritrea after being ousted from the capital Mogadishu when Ethiopian troops entered Somalia in 2006.

Meanwhile the British ambassador to the UN, John Sawers, has said that the UN Security Council has not ruled out the idea of a UN peacekeeping force in Somalia, but has not decided to commit one as yet.

How do they know that Eritrea has sent weapons to Somalia?

Following a week of violence, more than 100 people have been killed and some 30,000 more have fled Mogadishu.

Earlier on Saturday, President Barack Obama’s top official on Africa, Jonnie Carson, told the BBC that there had been “credible” reports that Ertirea had been supplying weapons and munitions to Somali hardline Islamist group al-Shabaab.

But envoy Araya Desta told the BBC’s Focus on Africa programme that such claims were “rubbish… this is totally false”.

“Why do we have to support factions in Somalia?” he said.

“This accusation is always cooked by some neighbouring countries and some big powers in order to defame Eritrea.”

Appeal

He added that it would be very complicated for Eritrea to transport the weapons into Somalia, given the heavy presence of Western troops in Djibouti, which lies between the two countries.

“How do they know that Eritrea has sent weapons to Somalia, through which areas have [they] flown these planes?

“As you know the American army are in Djibouti, the French are in Djibouti and they control everything in the sea as well as in the land.”

Mr Carson, the US Assistant Secretary of State for African Affairs, said there had been a number of reports of foreign fighters, with possible links to al-Qaeda, fighting alongside hardline Islamists of al-Shabaab and Hisbul-Islam.

He said these included people of South Asian and Chechen origin.

Somalia’s President Sheikh Sharif Sheikh Ahmed has appealed to Islamist insurgents to negotiate as intermittent fighting continues in Mogadishu.

But his former ally and Islamist spiritual leader Sheikh Hassan Dahir Aweys has rejected his overture.

Sheikh Aweys returned to Somalia last month after two years of exile in Eritrea.

While he was out of the country he broke ranks with Sheikh Ahmed, a moderate Islamist, and his return seems to have triggered a new escalation in fighting, correspondents say.

The Somali authorities control only one major road in Mogadishu, with the assistance of about 4,350 African Union troops.

Ethiopian troops, who had intervened to support Somalia’s fragile transitional government, pulled out at the end of January.

Eritrea fought a long war of independence against Ethiopia, and the two sides went to war again in 1998-2000 over a border dispute.


__________________________ 1 – AFP

Somalie: les habitants de Mogadiscio continuent de fuir par peur de combats

Les habitants désertaient encore en nombre samedi les quartiers sensibles de Mogadiscio où la tension montait entre insurgés et forces gouvernementales, prêts à de nouveaux combats décisifs.

La plupart des résidents fuyaient la zone du palais présidentiel Villa Somalia, au sud de Mogadiscio, où les insurgés ont posté de nombreux combattants.

“Comment pouvons-nous rester dans un quartier où des centaines d’hommes lourdement armés se font face ? Pour sûr, aucun habitant ne restera dans le quartier de Wardhigley”, a raconté à l’AFP Mohamed Adan, père de cinq enfants.

“Notre quartier s’est vidé. Il ne reste que quelques personnes sans suffisemment d’argent pour payer le transport”, a commenté un autre résident, Muktar Jisow.

Un calme relatif a régné samedi dans la capitale, dont le gouvernement de transition somalien ne contrôle plus que quelques secteurs clés, et aucun tir n’a été entendu, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les insurgés ont lancé le 7 mai une offensive sans précédent, menée par le chef islamiste radical cheikh Hassan Dahir Aweys, pour chasser du pouvoir le président Sharif Sheikh Ahmed, un islamiste modéré élu en janvier à la tête du pays.

Cheikh Aweys a appelé jeudi son ancien allié à démissionner pour éviter un nouveau bain de sang dans la capitale.

Le gros des insurgés, avec dans leurs rangs de très jeunes adolescents, est constitué des combattants de cheikh Aweys et du groupe des islamistes extrémistes des shebab.

Ces combats ont fait 103 morts, 420 blessés et 18.000 déplacés à Mogadiscio depuis le déclenchement de l’offensive, indiquait vendredi le ministre somalien de la Communication, Farhan Ali Mohamoud.

En visite samedi au siège de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba, une délégation du Conseil de sécurité de l’ONU a répété que les conditions “n’étaient pas encore réunies” pour qu’une force onusienne remplace la mission de paix africaine en Somalie (Amisom) déployée à Mogadiscio, a déclaré le président de ce groupe, l’ambassadeur britannique John Sawers.

Le secrétaire général-adjoint de l’ONU chargé des affaires politiques, Haile Menkerios, a expliqué en marge de la visite que l’ONU s’était engagée à “soutenir le TFG et l’Amisom” mais que son engagement avait eu des retards.

“Concernant le soutien logistique à l’Amisom, cela prend du temps à organiser, mais l’ONU doit tenir ses promesses afin de rassurer et d’encourager d’autres pays africains à fournir des troupes”, a-t-il souligné.

L’ambassadrice du Burundi, présidente du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA pour le mois de mai, Epiphanie Kabushemeye, a réaffirmé que l’UA “espérait” voir l’Amisom “rapidement” devenir une force onusienne de maintien de la paix.

Mal équipée et sous-financée, l’Amisom, seule force étrangère présente à Mogadiscio. Déployée depuis mars 2007, elle est constituée d’environ 4.300 hommes (Ougandais et Burundais).

Un face à face tendu a lieu depuis jeudi à Mogadiscio notamment près du palais présidentiel entre insurgés d’une part et forces gouvernementales et de l’Amisom de l’autre.

Ces derniers jours, l’Amisom y a renforcé ses positions d’artillerie, selon des habitants.

Vendredi, le Conseil de sécurité de l’ONU avait “condamné la récente reprise des combats par les shebab et autres extrémistes, qui constitue une tentative de renverser cette autorité par la force”.

La Somalie est plongée dans la guerre civile depuis 1991.