29/06/09 (B505) Nouvelles de Somalie … (5 articles en Français et en Anglais)

______________________________ 5 – La Croix

Somalie: opération des shebab contre la vente de nourriture périmée

Des combattants islamistes radicaux somaliens des shebab ont lancé lundi une opération dans le principal marché de Mogadiscio contre la vente de nourriture périmée et menacé les contrevenants d’être punis par un tribunal islamique, a-t-on appris auprès des shebab.

Plusieurs dizaines de miliciens ont fait une descente dans le marché de Bakara à la recherche de stocks de nourriture périmée dans les échoppes, selon des témoins interrogés par l’AFP.

“C’est une responsabilité suprême pour nous de combattre les gens qui font du tort à notre société en vendant de la nourriture périmée à la population, c’est un comportement anti-islamique”, a déclaré lundi à la presse un responsable des shebab, Cheikh Ali Mohamed Hussein.

“Nos combattants ont patrouillé le marché aujourd’hui et ont recensé cinq échoppes où de la nourriture périmée était stockée. Nous les avons fermées et nous continuerons jusqu’à ce que nous nous en débarrassions” totalement, a-t-il martelé.

“A partir d’aujourd’hui, les commerçants doivent nettoyer leurs boutiques et se débarrasser de tous les produits périmés dans les cinq prochains jours, sinon ils devront être jugés en accord avec la loi islamique (charia)”, a menacé M. Hussein.

Les shebab contrôlent une majorité de quartiers de la capitale somalienne où ils ont commencé à appliquer une forme très stricte de la charia.

Le 25 juin, quatre voleurs ont été amputés de la main droite et du pied gauche dans le nord de Mogadiscio, après leur condamnation par un tribunal similaire pour vol de téléphones portables et de fusils d’assaut.

Les shebab et la milice Hezb al-Ismayia ont lancé le 7 mai une offensive contre le fragile gouvernement du président Cheikh Sharif Ahmed, un islamiste modéré. Les forces gouvernementales ne contrôlent plus qu’une petite partie du pays et quelques quartiers de la capitale.

______________________________ 4 – BBC Afrique

Divergences entre Washington et Asmara

Washington et Asmara s’accusent mutuellement

Les Etats-Unis ont une nouvelle fois accusé l’Erythrée d’apporter son soutien aux insurgés islamistes qui affrontent les forces gouvernementales somaliennes démotivées et mal-équipées.

Dans un communiqué, le ministère érythréen des Affaires étrangères s’en est vivement pris aux Etats-Unis.

Aux yeux d’Asmara, Washington est le premier responsable de la détérioration de la situation en Somalie.

“Les interventions malencontreuses des Etats-Unis et la fourniture d’armes n’ont pas permis de favoriser la stabilité en Somalie ces dernières années, ” indique le communiqué.

Les Etats-Unis ne font plus mystère de leur aide au faible gouvernement de transition somalien qui peine à asseoir son autorité sur l’ensemble du territoire.

En effet, un haut responsable du département d’Etat a reconnu que les Etats-Unis avaient envoyé quelque 40 tonnes d’armes aux autorités somaliennes au cours des six dernières semaines.

Coût de l’opération : 10 millions de dollars.

Selon ce haut responsable, les Etats-Unis ont également payé les troupes ougandaises et burundaises déployées en Somalie, sous la bannière de l’Union africaine, pour qu’elles forment les forces gouvernementales somaliennes malmenées par les insurgés islamistes.

Mais l’Erythrée estime que l’initiative américaine ne réglera pas grand-chose.

“Cela ne fera qu’aggraver et prolonger la crise,” indique le ministère érythréen des Affaires étrangères.

Washington accuse Asmara de soutenir les insurgés islamistes qui tentent de renverser le gouvernement somalien.

Mais Asmara dément toute implication dans le conflit.

Le gouvernement somalien en difficulté a appelé à l’aide militaire de pays voisins.

Mais pour l’heure, ils ne se montrent pas disposés à voler au secours d’un gouvernement qui semble de plus en plus isolé.

______________________________ 3 – Shabelle (En Anglais)

Le Président somalien affirme que les combats contre son Gouvernement sont commandités par des officiels érythréens présents sur le territoir. // President Sharif says ‘clashes against the TFG are planned by Eritrean officials in Somalia’

The TFG president Sharif Sheik Ahmed has held a press conference in the Somalia capital Mogadishu on Sunday and said that the clashes against his government are led by Sheik Hassan Dahir Aweys and planned by Eritrean officials in Somalia.

The president held the press conference in the presidential palace, Vila Somalia in Mogadishu and talked more on the current situation of the country saying that the fighting in the Somali capital Mogadishu is led by the chairman of Hisbul Islam leader, Sheik Aweys pointing out that they are organized by an Eritrean officials in Somalia.

Asked about the reason and why the government soldiers and AMISOM forces target shelling and heavy weapons in the capital, the president said that their forces or AMISOM fire their weapons to limited areas pointing out those zones are strongholds of what he called Al-Qaeda.

President Sharif had reiterated that members of Al-Qaeda invaded to the country and lastly he thanked to African Union forces AMISOM in Somalia saying that they also hope another African forces to join them to be completed to support the transitional government which he said that it is in a hard time.

The statement of the transitional government president Sharif Sheik Ahmed comes as more shelling targeted to the civilians areas in parts of Haodan district in the capital.

______________________________ 2 – Shabelle (En Anglais)

De violent combats à Mogadiscio : 4 morts et 13 blessés. //Heavy shelling and clashes kill 4, injure 13 people in Mogadishu

At least 4 people have been killed and 13 others have been injured after separate heavy shelling and sporadic fighting started in parts of Hodan and Karan districts in the Somali capital Mogadishu, residents and official told Shabelle radio on Sunday.

Residents said that about 25 mortar shells landed into parts of Hadan district as KPP and Sigale neighborhoods in Mogadishu where a base for armed Islamist forces against the transitional government adding that at least four people were killed while seven others were injured in the shelling.

Ali Muse, An emergency traffic official confirmed the death of 4 people in the Hodan district and took seven people to the hospitals in Mogadishu as the residents started to flee from their houses to get a shelter and save their lives at the concrete buildings around the district.

The shelling comes as there was no fighting in Hodan district neighborhoods in Mogadishu where more displaced residents returned recently.

On the other hand at least six people were wounded after clashes between the Islamist forces and government soldiers started in Karan district in the north of the Somali capital Mogadishu.

The clashes and shelling come as there has been calm situation in the capital.

_______________________________ 1 – Le Figaro avec AFP

Somalie: un homme lapidé à mort

Des insurgés islamistes encagoulés ont lapidé à mort aujourd’hui un homme accusé de viol et de meurtre, devant plus de 1.000 personnes, au sud de la capitale somalienne Mogadiscio, ont rapporté des responsables et des témoins.

Mohamed Mohamoud Abdi “était accusé du viol et du meurtre d’une jeune fille de 18 ans en mai dernier”, a expliqué un responsable local des shebab, un des principaux groupes de l’insurrection islamiste en Somalie, Sheikh Mohamed Saleban. Le tribunal islamique mis en place par le mouvement radical à Wanlaweyn (90 km au sud de Mogadiscio) “l’a jugé coupable”, a-t-il ajouté.

“Dix hommes masqués membres des forces des shebab l’ont lapidé à mort devant tout le monde. Ils avaient creusé un trou, où ils l’ont enterré jusqu’au cou, avant de lui lancer des pierres”, a décrit un témoin, Abdullahi Husein. “C’était un homme marié, et c’est pourquoi la cour l’a condamné à la lapidation à mort”, a expliqué le responsable des shebab précisant qu’un viol n’était puni que du fouet.

En octobre 2008, une adolescente de 13 ans avait ainsi été enterrée vivante jusqu’au cou puis lapidée à mort par 50 hommes à Kismayo, la plus grande ville portuaire du sud somalien. Elle avait été jugée coupable d’adultère par un tribunal islamique après avoir rapporté aux autorités son viol par trois hommes..