13/07/09 (B507) Nouvelles de Somalie .. Toujours beaucoup d’informations contradictoires sur le vainqueur des journées de combats acharnés à proximité du Palais présidentiel. Un support parle de répit, l’autre de reprise des combats. La situation est tojours très confuse. (5 articles en Français)

____________ 5 – Radio-Chine avec XINHUA et Reuters

Somalie: combats violents à Mogadiscio

Entamons cette deuxième partie du journal sur l’actualité internationale. En Afrique d’abord…Où la capitale Somalienne est sous assaut. De violents affrontements ont opposé dimanche les troupes gouvernementales aux rebelles islamistes dans le nord de Mogadiscio. Les forces de maintien de la paix de l’Union africaine sont intervenues pour soutenir l’armée.

Un porte-parole de l’Union africaine a déclaré que les troupes de l’organisation avaient répondu dimanche à une menace directe sur leurs positions, menace résultant de l’avancée des insurgés dans le nord de Mogadiscio. Les rebelles se sont notamment emparés d’une zone proche du palais présidentielle. Il a insisté sur le fait qu’elles n’étaient pas totalement impliquées dans les combats.

Selon l’agence de presse chinoise Xinhua, environ 30 personnes ont perdu la vie dans les combats. L’agence Reuters, quant à elle, parle d’au moins 43 morts.

Selon les autorités, de violents affrontements se sont produits suite à l’avancée des insurgés dans Mogadiscio très tôt dimanche. Selon elles, les islamistes se sont dispersés dans les rues de la ville suite à la contre-attaque des forces gouvernementales et de l’Union afraicaine.

Sheik Yusuf Mohamed Siad
Vice-ministre somalien de la Défense

“Nous avons vaincu les forces ennemies et nous les avons repoussées dans toutes les zones dont elles s’étaient emparées.”

Le gouvernement par intérim est en faveur d’un renforcement du mandat de la mission de maintien de la pays de l’Union africaine en Somalie pour permettre aux soldats d’aider les forces gouvernementales à lutter contre les groupes rebelles. Les soldats ougandais et burundais ne sont autorisés qu’à se défendre en cas d’attaque…et à protéger des sites clés comme le palais présidentiel, l’aéroport et le port.

Mogadiscio est le théâtre de combats violent depuis vendredi, date butoir fixée par les islamistes pour une reddition des troupes gouvernementales.

Les islamistes intensifient leurs efforts pour s’emparer de Mogadiscio depuis qu’un de leurs chefs revenu d’exil en avril a unifié leurs factions.

Depuis leur éviction du pouvoir il y a 2 ans et demi, les différents groupes islamistes luttent contre le gouvernement soutenu par l’ONU.

Par ailleurs, le jeu des alliances complique un peu plus la situation.

_________________________ 4 – Nouvel Obs avec AP

Répit dans les combats de Mogadiscio

Au lendemain de violents affrontements ayant fait des dizaines de morts autour du siège de la présidence à Mogadiscio, les forces en présence se sont repliées sur leurs positions respectives lundi, ont annoncé des témoins.

Des tirs résonnaient toujours dans la capitale, le porte-parole de l’armée somalienne Farhan Asanyo expliquant que les forces gouvernementales avaient effectué un repli stratégique.

Dimanche, pour la première fois, les soldats de l’Union africaine ont été contraints d’intervenir pour soutenir les forces somaliennes, les insurgés islamistes s’étant approchés à un kilomètre du palais présidentiel, selon le maire adjoint de la capitale somalienne, Abdifitah Shawey.

Habituellement, les 4.300 hommes de la force africaine de maintien de la paix tentent de préserver leur neutralité et évitent d’intervenir entre les belligérants, se contentant de défendre le port, l’aéroport et les principaux bâtiments gouvernementaux de Mogadiscio.

L’insurrection islamiste, chassée du pouvoir il y a deux ans et demi par l’intervention de l’armée éthiopienne aux côtés des forces gouvernementales, a relancé l’offensive pour prendre Mogadiscio après le retour d’exil, en avril, de l’un de ses chefs, qui a unifié les factions de la résistance.

____ 3 – Courrier international avec Mail & Guardian (Afr du Sud)

Le camp présidentiel affirme avoir pris le contrôle de Mogadiscio

“Le 12 juillet, le président somalien Sharif Cheikh Ahmed a revendiqué la “victoire” dans la bataille, qui dure depuis des mois, contre les rebelles islamistes pour le contrôle de Mogasdiscio”, peut-on lire sur le site Internet de l’hebdomadaire sud-africain.

Le 12 juillet, les forces gouvernementales ont lancé une offensive dans le quartier d’Abdiasis, dans le nord de la capitale somalienne. Elle aurait permis de porter un coup décisif aux islamistes. Au moins dix-huit personnes auraient été tuées, en grande partie des civils.

______________________________ 2 – RFI

Mogadiscio, théâtre de violents combats

A Mogadiscio, la situation est toujours volatile après les lourds combats qui ont éclaté samedi 11 juillet qui ont fait au moins 21 morts, dont 18 civils, et de nombreux blessés. Les milices shebab avaient lancé une offensive dans la matinée et s’étaient rapproché à moins de trois kilomètres de la Villa Somalia.

Pour la première fois l’Amisom, la mission pour l’Union africaine, a annoncé avoir lancé une opération dimanche matin pour repousser les shebab et les forces gouvernementales ont annoncé avoir repris plusieurs zones dans le quartier nord de Karan. Les affrontements sporadiques se sont poursuivis toute la journée.

Dans les quartiers sud de Mogadiscio les habitants vivent dans une paix relative.

Mais dans le Nord les combats n’ont pas cessé depuis samedi. Les blessés sont arrivés par dizaines dans les hôpitaux de la ville. Celui de Medina accueille 300 blessés pour une capacité de 85 lits.

Plusieurs soldats ont été également acheminés dans le centre médical de l’Amisom situé près de l’aéroport. Sous les tentes, plusieurs soldats du gouvernement sont gravement blessés.

Mohamed Anshur, 23 ans a ses deux jambes entièrement enveloppées de bandage : « Les balles sont passées par en bas et ont traversé mes deux jambes jusqu’au bas ventre. Quand j’irai mieux je repartirais me battre. Mais la situation est devenue pire qu’avant pour nous. »

A côté de lui un homme entre la vie et la mort, le sergent John Manda, infirmier de l’Amisom : « Il est toujours en observation avec les médecins qui voulaient lui amputer la jambe, ou alors le transférer à Nairobi. »

Depuis le début de l’offensive lancée début mai par les shebab, les blessés sont en effet tellement nombreux que plusieurs ont été envoyés au Kenya.

Si le gouvernement de transition somalien a affirmé avoir repris le contrôle de la situation dimanche soir la menace reste présente et les deux camps se font face, reprenant quelques mètres pour les reperdre aussitôt.

______________________________ 1 – Euronews

Les forces gouvernementales, soutenues par l’Amisom, la force de maintien de la paix de l’Union africaine, ont lancé une offensive pour repousser les activistes islamistes qui s’approchaient du palais présidentiel.

Ces violents affrontements ont fait une quarantaine de morts ce dimanche.

Jusqu‘à présent, les 4300 hommes de l’Amisom, des ougandais et des burundais étaient restés confinés dans leurs bases. Leur mission se bornait à protéger des points stratégiques comme le palais présidentiel, l’aéroport et le port de la capitale.

Ce regain de violence inquiète les pays voisins qui souhaitent être autorisés à intervenir militairement aux côtés du gouvernement de transition somalien.

Depuis 2006, l’instabilité est chronique en Somalie. Les islamistes radicaux contrôlent une grande partie du sud et du centre du pays où ils ont commencé à appliquer une forme très stricte de charia.

Au moins 18 000 personnes ont été tuées dans les violences.

700 000 civils ont par ailleurs dû fuir Mogadiscio selon Amnesty International provoquant une grave crise humanitaire qui concernerait entre 1,5 et 2,5 millions de personnes.