14/07/09 (B507) 16ème anniversaire de l’installation des réfugiés djiboutiens en Ethiopie. Lu sur le site UGUTA-TOOSA : Affaire des réfugiés Djiboutiens en Ethiopie. (Ali Coubba)

Lien avec le site Uguta-Toosa

Uguta-Toosa est partie prenante dans la campagne de sensibilisation que vient de lancer l’ARDHD en faveur des réfugiés politiques.

Nous essayons d’obtenir, depuis début juillet, des témoignages de nouveaux et anciens demandeurs d’asile sur leurs condtiions de vie en Ethiopie.

L’ARDHD et Omar Ali Gabassé mènent un travail extraordinaire afin de sortir de la léthargie les sevices du HCR (section Addis-Abeba – Ethiopie) qui appliquent la politique de “deux poids, deux mesures” à l’encontre de nos concitoyens.

Ils mènenent, par voie épistolaires, un travail qui permettrait d’accélerer les dossiers de nos frères et soeurs vivant depuis 1996 dans des conditions difficiles, si la diaspora djiboutienne s’y mêle.

Dans le cas où il y aurait nécessité d’organiser des manifestations en France ou à Bruxelles, afin de demander l’installation des réfugiés – promesse faite en 2008 aux détenteurs de la carte de l’organisation des nations-unies – il serait important que nous soyons nombreux à appuyer cette initiative.

Information très importante : Les réfugiés qui se sont installés en Ethiopie à partir de 1998 et qui demandent aujourd’hui l’asile politique dans les pays voisins n’ont aucun lien avec la lutte armée. Ces personnes ou ces familles fuient les exactions politiques du régime djiboutien. C’est par ignorance qu’ils se disent membre d’un front armé !

En première ligne, nous trouvons des opposants qui, privés de tout droit dans leur pays, cherchent une perspective d’avenir pour leurs enfants. En deuxième ligne, des personnes qui ont leurs familles dans l’arrière-pays et qui essaient d’échapper à la violence de l’armée djiboutienne qui sème la peur dans le nord de la république de Djibouti. L’Ethiopie constitue un abri précaire mais ces innocents ont la vie sauve.

J’apporte cet éclaircissement pour avertir nos concitoyens mal informés ou mal conseillés.

Certains Etats occidentaux (Le Canada et les Etats-Unis) ont adopté des lois fédérales qui interdisent l’installation dans leurs pays des personnes ayant essayé de renverser par la force le gouvernement en place.

Inutile d’essayer d’embellir son dossier en prétextant être un ancien membres d’un front armé ou d’une organisation militaire.

Si nous formons une solide chaîne de solidarité, il se pourrait que nous obtenions l’installation d’un camp de réfugiés pour abriter nos compatriotes, nombreux, qui vivent dans le plus grand dénuement dans l’Etat national et régional Afar en Ethiopie.