30/08/09 (B514) Nouvelles de Somalie. La France s’implique en formant des militaires pro-gouvernementaux. Les forces armées éthiopiennes avancent (de nouveau) en territoire somalien (3 articles en Français)

________________________ 3 – L’Express avec Reuters

Avancée des forces éthiopiennes en territoire somalien

Les forces éthiopiennes ont fait reculer samedi les insurgés islamistes somaliens et pris le contrôle de la ville de Baladwayne, située à 350 kilomètres au nord de la capitale Mogadiscio, rapportent des témoins.

Cette ville stratégique est un bastion des activistes du groupe Al Chabaab, accusé par les Etats-Unis d’être l’émanation d’Al Qaïda en Somalie.

De violents affrontements ont eu lieu ces dernières semaines dans le centre et le sud de la Somalie où les milices pro-gouvernementales cherchent à reconquérir des territoires contrôlés par les activistes d’Al Chabaab et un autre groupe rebelle, Hizbul Islam.

Des habitants rapportent que des tirs ont éclaté au petit matin dans la ville lorsque des troupes éthiopiennes sont venues prêter main forte aux forces somaliennes.

“A l’aube, des centaines de soldats éthiopiens venus de directions différentes sont entrés dans la ville et nous avons entendu des tirs sporadiques”, a déclaré Hassan Farah à Reuters par téléphone. “Après le coucher du soleil, nous avons vu des soldats patrouiller dans les rues principales.”

Un autre habitant, Farah Ali, a déclaré que les forces somaliennes avaient tué deux islamistes présumés et en avaient arrêté plusieurs autres lors d’une opération menée dans des hôtels et des commerces de l’ouest de la ville.

L’armée éthiopienne a envahi son pays voisin avec le soutien tacite des Etats-Unis fin 2006 pour chasser un mouvement islamiste qui avait pris le contrôle de Mogadiscio et d’une grande partie du Sud.

Les soldats se sont officiellement retirés de Somalie en janvier et le gouvernement somalien refuse de s’exprimer sur leur retour présumé.

Des habitants de Baladwayne précisent que des forces éthiopiennes sont établies à quelques kilomètres de la ville depuis des mois.

________________________ 2 – Nouvel Obs avec AP

Kouchner: la France poursuit sa mission d’assistance à la Somalie

Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner a affirmé vendredi que la France poursuivait son action d’assistance au gouvernement somalien, même si l’un des deux agents français enlevés le 14 juillet à Mogadiscio demeure otage d’un groupe armé.

S’exprimant devant des journalistes à l’issue de la Conférence des ambassadeurs à Paris, le chef du Quai d’Orsay a dit ne pas savoir quand cet agent pourrait être libéré. “Je n’en sais rien”, a-t-il déclaré. “Je sais qu’il est tenu par un groupe qui n’est pas facile”, a-t-il ajouté.

Bernard Kouchner a par ailleurs “salué” l’évasion mercredi de l’un des deux agents retenus en Somalie. Marc Aubrière a réussi à s’échapper alors que ses ravisseurs dormaient, et à se réfugier dans le palais présidentiel somalien.

Le ministre des Affaires étrangères a dit espérer que cette évasion ne compliquerait pas la situation de l’agent restant captif, et a affirmé que la France continuait à envoyer des conseillers dans le cadre d’une mission de formation de la police somalienne.

_______________ 1 – Blogue “Secret Défense” sur Libération

La formation d’un bataillon somalien par la France a débuté à Djibouti

La formation d’un premier contingent de militaires somaliens par la France a débuté à la mi-aout. 150 hommes suivent une formation de six semaines, à Marian (70 km de Djibouti), où un grand camp de tentes à été installés.

La formation est assuré par le 5ème RIAOM, des militaires djiboutiens servant d’interprètes. Un autre contingent de 350 hommes doit arriver fin septembre.

Au total, un demi-millier d’hommes seront formés pour le compte du gouvernement fédéral de transition (GFT) – théoriquement au pouvoir à Mogadiscio.

Certains Somaliens, visiblement très jeunes, ont été renvoyés par les Français qui ne veulent pas être accusés de former des enfants-soldats.

Les Etats-Unis forment de leur côté un autre bataillon, en Ouganda.

C’est dans le cadre de cette coopération avec le GFT que les deux agents de la DGSE ont été enlevés le 14 juillet.