02/09/09 (B514) Yémen Express (4 articles en Français)

_____________________ 4 – EuroInvestor

Les combats du nord du Yémen inquiètent les agences humanitaires

Environ 35.000 habitants de la région de Saada, ville du nord du Yémen où de violents combats opposent l’armée à des rebelles chiites, sont à cours de nourriture, d’eau et de soins, ont fait savoir mardi plusieurs agences de l’Onu.

Le personnel humanitaire ne peut pénétrer dans la zone des combats, dont le bilan reste inconnu. Les hôpitaux y sont fermés et le carburant n’est disponible qu’en petites quantités.

“Il faut que nous puissions nous rendre auprès de ces gens. Ils manquent d’eau et d’électricité. Les conditions de vie sont de plus en plus précaires pour les déplacés et les habitants”, a déploré Elisabeth Byrs, membre du Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires des Nations unies (Ocha).

Le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) a par ailleurs lancé un appel à l’arrêt des combats qui ont fait une centaine de milliers de déplacés.

“Selon ceux qui sont parvenus à fuir la ville assiégée et notre personnel sur le terrain, les affrontements semblent concentrés dans la vieille ville de Saada. Ils signalent également de fréquents bombardements aériens”, a rapporté Andrej Mahecic, au nom du HCR.

“Nous sommes également très préoccupés par l’impossibilité d’avoir une idée précise du nombre de blessés et de personnes souffrantes à l’intérieur de la zone de conflit”, a par ailleurs souligné un porte-parole de l’Organisation mondiale de la Santé.

Les agences humanitaires s’efforcent d’obtenir l’ouverture d’un “couloir humanitaire” via l’Arabie saoudite.

Les autorités yéménites, qui accusent l’Iran d’alimenter le conflit, ont rejeté lundi une offre de trêve des miliciens chiites du clan Houssi.

Ces derniers ont pris les armes en 2004 pour dénoncer ce qu’ils jugent être des discriminations économiques et religieuses. Le Yémen est un pays à majorité sunnite.

 

 

Stephanie Nebehay,
version française Jean-Philippe Lefief

_______________________ 3 – Le Figaro

Arabie: le kamikaze avait téléphoné

Le kamikaze qui a tenté jeudi d’assassiner un prince saoudien l’avait appelé auparavant, lui disant qu’il désirait se repentir et qu’il voulait le rencontrer, a déclaré mardi le ministère de l’Intérieur. Abdallah Hassan Taleh Assiri, “un terroriste recherché”, avait également dit au prince Mohammed ben Nayef ben Abdel Aziz qu’il essaierait d’arranger le retour dans leur pays de certains Saoudiens résidant comme lui au Yémen, a rapporté l’agence officielle SPA, citant un communiqué du ministère.

“J’aimerais vous rencontrer pour discuter l’ensemble de ces sujets avec vous”, a dit Assiri au prince saoudien, selon des extraits de la conversation téléphonique diffusés par la chaîne de télévision satellitaire à capitaux saoudiens, Al-Arabiya. La conversation s’est tenue après l’arrivée de Assiri à la frontière saoudienne, a indiqué SPA, sans préciser de date.

Une fois arrivé à la résidence du prince à Jeddah (ouest), Assiri a réitéré son souhait de se livrer et d’aider un groupe de Saoudiens résidant au Yémen à revenir chez eux, selon le ministère. L’attaque s’est produite au moment où le prince recevait des convives pour le féliciter pour le mois sacré musulman du ramadan.

_______________________ 2 – Centre Info de l’ONU

HCR : La situation humanitaire empire au nord du Yémen

Une crise humanitaire se développe dans la ville de Sa’ada, au nord du Yémen, où la situation se détériore jour après jour, a indiqué mardi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), qui appelle le monde musulman et la communauté internationale à contribuer à l’appel de 5 millions de dollars en faveur de ce pays.

« Nous sommes vivement préoccupés par le sort et le bien-être de la population civile prise au piège à l’intérieur de la ville, suite aux combats virulents survenant entre les forces Al Houthi et les troupes gouvernementales et rentrant dans la troisième semaine », a dit le porte-parole du HCR, Andrej Mahecic.

« Plus de 35 000 personnes ont déjà été déplacées dans et autour de la ville de Sa’ada. Au total, nous estimons que 150 000 déplacés ont été affectés par les combats depuis 2004 », a-t-il ajouté.

« Selon les personnes qui ont réussi à fuir la ville assiégée et notre personnel sur le terrain, les combats surviendraient en majorité dans la vieille ville de Sa’ada. Ils a été fait également état d’attaques aériennes fréquentes. De ce fait, davantage de personnes fuient dans d’autres parties de la ville de Sa’ada recherchant assistance et abri – plaçant une charge supplémentaire sur les voisins, les amis et les proches alors que s’épuisent leurs maigres ressources », a précisé le porte-parole.

Un couvre-feu de 12 heures reste en vigueur et il restreint les mouvements de la population locale et des personnes déplacées internes spécialement durant la nuit. Les réserves de vivres s’épuisent et les prix du marché noir ont dramatiquement augmenté dans la plupart des quartiers affectés par les combats.

Ceux qui ont les moyens ont payé des passeurs qui les font sortir de la ville de Sa’ada via les montagnes vers le gouvernorat voisin d’Al Jawaf. « Nous ne pouvons toujours pas accéder à cette partie du Yémen où nous estimons que jusqu’à 4 000 déplacés internes y ont trouvé abri », a expliqué le porte-parole.

Malgré les combats incessants, les partenaires locaux du HCR ont déjà enregistré 2 200 familles déplacées internes dans la ville de Sa’ada et dans les villages voisins. Toutefois, la situation sécuritaire continue à entraver la distribution d’articles de secours qui étaient destinés à 370 familles déplacées vulnérables.

Avec la dégradation de la situation dans le nord, la priorité absolue du HCR est l’ouverture de corridors humanitaires dans le nord du Yémen qui pourrait permettre aux civils de quitter la zone de conflit et aux travailleurs humanitaires d’acheminer davantage d’aide humanitaire dont le besoin se fait tant ressentir auprès de milliers de personnes déplacées dans cette partie isolée du pays.

Le HCR a d’urgence besoin d’une contribution de cinq millions de dollars pour répondre à la situation d’urgence dans le nord du Yémen. Ces fonds permettraient de fournir une protection et une assistance dont le besoin se fait tant ressentir à quelque 70 000 déplacés pour les quatre prochains mois à Sa’ada et dans d’autres gouvernorats affectés comme Mahaleet, Hajjah et Amran.

Le HCR appelle également à la générosité de la communauté internationale et au monde musulman en particulier, d’alléger les souffrances des Yéménites déplacés par les récents combats tout spécialement à l’occasion du mois saint de Ramadan – une période de solidarité et de partage.

_______________________ 1 – Romandie News (Ch) avec AFP

Yémen : “la situation absolument dramatique s’aggrave” à Saada

La situation humanitaire dans le nord du Yémen et notamment dans la ville de Saada, en proie aux combats entre l’armée et les rebelles chiites “est absolument dramatique et s’aggrave” ont averti mardi à Genève les organisations d’aide humanitaire de l’ONU.

Environ 150.000 personnes ont été déplacées par le conflit, dont 100.000 “cherchent actuellement désespérément un lieu sûr dans le gouvernorat de Saada et les gouvernorats voisins”, a indiqué la porte-parole à Genève du Programme alimentaire mondial (PAM), Mme Emilia Casella.

“Les combats empêchent les travailleurs humanitaires d’avoir accès aux blessés et civils qui ont besoin d’aide dans la ville de Saada”, à l’épicentre de la rébellion, a indiqué la porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), Mme Elisabeth Byrs.

Le responsable des affaires humanitaires de l’ONU John Holmes doit rencontrer mercredi à Genève les représentants des pays donateurs et annoncer ensuite un appel de fonds d’urgence pour venir en aide à la population affectée par les combats.

Le PAM estime avoir besoin de 18,6 millions de dollars pour venir en aide aux personnes déplacées à Saada jusqu’en juin 2010. Le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a de son côté avancé le chiffre de 5 millions de dollars pour venir en aide durant les 4 prochains mois à environ 70.000 déplacés à Saada et dans les gouvernorats de Malaheet, Hajjah et Amran.

“La situation extrêmement instable dans la ville de Saada a obligé les agences de l’ONU à déplacer leur personnel vers la capitale, Sanaa”, a indiqué la porte-parole du PAM en appelant à “l’ouverture de couloirs humanitaires pour permettre de venir en aide aux personnes déplacées par le conflit”.

Le PAM dispose en effet d’un stock de 935 tonnes de nourriture dans la ville même de Saada, ce qui permettrait de fournir une ration mensuelle complète à 60.000 personnes si la distribution d’aide alimentaire était possible. “Le PAM a autorisé son partenaire à Saada –le Secours Islamique– à distribuer ces vivres aux nouveaux déplacés dès que la situation le permettra”, a indiqué Mme Casella.

“Les combats semblent se concentrer dans la vieille ville de Saada”, selon les témoignages recueillis par le HCR, qui a fait état également de “frappes aériennes fréquentes” et a réclamé lui aussi la mise en place de couloirs d’aide humanitaire.

“Un couvre-feu de 12 heures est toujours en vigueur, ce qui restreint les déplacements de la population locale et des personnes déplacées, particulièrement durant la nuit”, a déploré le HCR.

“Les réserves de nourriture s’épuisent et les prix au marché noir subissent une hausse dramatique dans la plupart des quartiers affectés par les combats”, a ajouté le porte-parole du HCR, M. Andrej Mahecic.