06/09/09 (B515) Yémen Express (3 articles en Français)

_______________________________ 3 – L’Express avec AFP

Yémen: la guerre fait de nouveau rage entre l’armée et les rebelles chiites

Les violents combats ont repris samedi avant l’aube entre l’armée et les rebelles chiites faisant des dizaines de morts et de blessés dans le nord du Yémen, quelques heures après l’annonce d’une trêve, selon des sources militaires.

La trêve avait été annoncée la veille par le gouvernement en réponse à l’appel d’organismes de l’ONU qui ont affirmé que la situation humanitaire dans la région en conflit était “absolument dramatique et s’aggravait”. Environ 150.000 personnes ont été déplacées du fait du conflit depuis 2004, dont 55.000 depuis juillet dernier.

“Les forces armées et les rebelles se sont livrés à de violents combats, qui se sont poursuivis jusqu’à samedi à l’aube à Malahidh et à Harf Sufyane”, situées respectivement dans la province de Saada, fief des rebelles, et celle d’Amran, plus au sud, a déclaré à l’AFP une source militaire.

Les affrontements “ont fait des dizaines de morts et de blessés dans les deux camps”, a ajouté cette source jointe par l’AFP au téléphone de Sanaa, sans donner plus de précisions.

Aucun bilan précis des pertes humaines n’a pu être obtenu de source officielle ou auprès des rebelles zaïdites depuis le lancement le 11 août de la dernière offensive gouvernementale contre la rébellion dans la province de Saada, la sixième en cinq ans.

AFP/Archives/Khaled Fazaa

Des Yéménites dans un camp de déplacés de la province de Saada, le 29 août 2009

Depuis 2004, les combats dans cette région ont fait des milliers de morts.

Les rebelles chiites affirment lutter pour le rétablissement de l’imamat zaïdite, un régime monarchique renversé par un coup d’Etat militaire en 1962, année où la République a été proclamée au Yémen, pays à majorité sunnite.

Le pouvoir accuse la rébellion d’être soutenue par l’Iran chiite. Pour leur part, les rebelles soutiennent que Sanaa bénéficie d’une assistance militaire de l’Arabie saoudite, une monarchie sunnite qui jouxte leur fief.

Mais les protagonistes ont démenti ces accusations réciproques.

Le dernier regain de violences fait suite à l’effondrement d’une trêve entrée en vigueur vendredi à 18H00 GMT à l’initiative du gouvernement, qui a ensuite accusé les rebelles de l’avoir rompue.

Selon un porte-parole de la haute commission de sécurité (gouvernementale), les rebelles ont “rompu (la trêve) et repris leurs actes de sabotage dans les régions de Malahidh et d’Harf Sufyane”, moins de 4 heures après l’annonce de la suspension des opérations. Ils en “assumeront les conséquences”.

Depuis la reprise des combats le 11 août, les protagonistes sont restés très méfiants concernant un cessez-le-feu.

Signe de cette méfiance, l’armée a acheminé ces deux derniers jours d’importants renforts militaires à Harf Sufyane, alors que le gouvernement préparait une suspension des opérations, ont affirmé des témoins.

En outre, le Conseil de coopération du Golfe (CCG) a dépêché vendredi à Sanaa son secrétaire général, Abderrahmane Al-Attiya, pour assurer le président Ali Abdallah Saleh de sa solidarité.

En outre, selon une source militaire, des affrontements vendredi autour d’un village situé au nord-est de Saada se sont soldés par la mort de 15 rebelles. Ce bilan n’a pu non plus être confirmé.

Le vice-ministre de l’Intérieur, Saleh Hussein al-Zawari, a estimé samedi qu’il ne restait plus que l’option militaire contre les rebelles. “Ces hors-la-loi ne méritent que la solution militaire”, a-t-il dit sur le site internet du ministère de la Défense.

En outre, le Conseil de coopération du Golfe (CCG) a dépêché vendredi à Sanaa son secrétaire général, Abderrahmane Al-Attiya, pour assurer le président Ali Abdallah Saleh de sa solidarité.

“La stabilité et la sécurité du Yémen font partie intégrante de celles de la région”, a déclaré M. Attiya après avoir rencontré M. Saleh, qu’il a toutefois exhorté à faire valoir “le dialogue” pour régler les problèmes du pays.

_______________________________ 2 – Le Figaro avec AFP

Yémen: reprise des combats

De violents combats ont opposé dans la nuit l’armée et les rebelles chiites dans le nord du Yémen malgré l’annonce d’une trêve, et ont fait des “dizaines de morts”, a-t-on appris de source militaire.

“Les forces armées et les rebelles se sont livrés à de violents combats, qui se sont poursuivis jusqu’à samedi à l’aube à Malahidh et à Hafr Sufyane”, dans la province de Saada, fief des rebelles, a déclaré à l’AFP la source jointe par l’AFP au téléphone depuis Sanaa.

Les combats “ont fait des dizaines de tués dans les deux camps”, a-t-elle ajouté sans plus de précisions. Aucun bilan n’a pu être obtenu dans l’immédiat de source officielle.

_______________________________ 1 – France 24 avec Reuters

Le gouvernement propose un cessez-le-feu aux rebelles chiites

Le Yémen se dit prêt à annoncer un cessez-le-feu dans la soirée si les rebelles chiites acceptent de suspendre les combats lancés depuis le 11 août dans le nord du pays. Objectif : ouvrir un couloir humanitaire pour les déplacés.

Le gouvernement du Yémen a annoncé une suspension de ses opérations contre les rebelles dans le nord du pays afin d’ouvrir un couloir humanitaire au profit de personnes déplacées, sous réserve que les insurgés chiites décident également d’arrêter les combats.

“Le gouvernement ne voit pas d’objection à suspendre les opérations à partir de vendredi soir à 21h00 (18h00 GMT)”, dit un porte-parole du comité suprême de sécurité dans un communiqué publié sur le site internet du parti au pouvoir, “26 Septembre”.

Ce cessez-le-feu est subordonné à une décision identique des rebelles, précise-t-il. Les insurgés n’ont pas réagi pour le moment. Chacune des deux parties a rejeté précédemment des offres de cessez-le-feu de l’autre. La nouvelle proposition “répond aux appels lancées par des organisations humanitaires internationales (…) pour que des fournitures soient livrées aux personnes déplacées dans des camps par suite des dissensions causées par les subversifs et les rebelles”, ajoute le communiqué.

De nouveaux combats ont éclaté en août dans la région de Sanaa entre rebelles chiites Zaydi et forces ouvernementales. Le conflit a éclaté en 2004.

Selon des agences humanitaires, plus de 100.000 personnes, dont un grand nombre d’enfants, ont déserté leurs foyers durant la reprise des affrontements. Elles ont réclamé cette semaine à Genève une aide de 23,5 millions de dollars en faveur du Yémen.

Les informations relatives aux combats sont difficiles à vérifier, les provinces du Nord étant fermées aux médias.

Ce vendredi, les deux parties ont revendiqué des succès dans les zones montagneuses jouxtant l’Arabie saoudite. Les rebelles ont accusé l’armée gouvernementale de faire usage d’armes saoudiennes, en diffusant des images vidéo de mortiers portant les emblèmes du royaume wahabite.

Ryad craint que l’instabilité du Yémen, qui fait aussi face à des menées d’Al Qaïda et à un mouvement sécessionniste dans le Sud, n’amène des activistes à relancer des opérations sur le territoire saoudien.