04/10/09 (B519) Yémen Express (1 article en Français)

____________________________ 1 – AFP

Combats entre rebelles et soldats au Yémen: au moins 34 morts

Au moins 28 rebelles chiites et quatre soldats ont été tués dans le nord du Yémen, où les violents combats entre les deux camps se poursuivent depuis près de deux mois, ont indiqué samedi des sources militaires et locales.

Deux membres de tribus qui combattent aux côtés de l’armée yéménite sont morts, selon l’agence officielle Saba.

Six rebelles zaïdites et quatre soldats ont péri dans la nuit à l’ouest de la province de Harf Soufyane, sur la route menant à la province de Saada, un bastion des rebelles à 240 km au nord de Sanaa, a déclaré un commandant militaire à l’AFP.

Saba, citant une source militaire, a affirmé de son côté que quatre “des rebelles les plus dangereux” ont été tués vendredi par l’armée qui ratissait un secteur de Harf Soufyane. Huit autres ont été tués dans les fermes avoisinantes et neuf “qui s’étaient barricadés dans des habitations civiles” l’ont été à Saada.

Deux membres de tribus et au moins un rebelle ont péri dans un autre affrontement ayant opposé des tribus combattant aux côtés de l’armée yéménite aux zaïdites, a ajouté l’agence, citant des sources locales.

Les rebelles ont réussi à prendre le contrôle du pont Khaneq, sur la route liant la région de Saada à la capitale Sanaa, et des combats violents se poursuivaient dans le nord de Harf Soufyane, selon des sources locales.

Les combattants zaïdites conduits par Abdel Malek al-Houthi avaient affirmé la veille avoir abattu un MiG de l’armée, mais les autorités ont dit que le crash était dû à des problèmes techniques.

Les journalistes n’ont pas accès aux zones de combat.

L’armée yéménite a lancé le 11 août une nouvelle offensive pour tenter de venir à bout de la rébellion, une opération qui s’est soldée jusqu’à présent par des centaines de morts et quelque 55.000 déplacés. Le conflit a fait depuis 2004 des milliers de morts.

Le pouvoir accuse les rebelles zaïdites, issus d’une branche du chiisme, d’être soutenus par des groupes en Iran, ce qu’ils démentent.