03/11/09 (B523) Yémen Express (6 articles en Français)

_______________________ 6 – Romandie News (Ch) avec AFP

Yémen: 5 morts dont 2 hauts responsables de la sécurité dans une embuscade

Deux hauts responsables locaux des services de sécurité et trois agents de la sécurité yéménite ont été tués mardi dans une embuscade tendue par des hommes armés dans l’est du Yémen, dans la vallée de Wadi Hadramaout, a indiqué un responsable.

“Le général de brigade Ali Salem al-Ameri, chef de la sécurité à Wadi Hadramaout, et Ahmad Bawazeir, chef de la Sûreté de l’Etat dans la région, ainsi que trois agents de sécurité ont été tués dans une embuscade”, a indiqué à l’AFP le responsable ayant requis l’anonymat.

Selon lui, l’attaque a eu lieu à 15H00 (12H00 GMT) dans le secteur de Khashm al-Ein, à Al-Abr (nord-ouest de la région de Hadramaout).

Les cinq personnes voyageaient à bord d’une voiture quand une pluie de balles s’est abattue sur eux, a indiqué à l’AFP un témoin.

Il a indiqué que Ameri conduisait le véhicule qui a percuté un camion avant de brûler.

Les responsables de la sécurité revenaient d’une visite à Wadayah, passage frontalier entre le Yémen et l’Arabie saoudite, a ajouté le témoin qui faisait le même voyage.

________________________ 5 – IRIN News (ONU)

SOMALIE-YÉMEN: Le nombre d’Africains arrivées au Yémen bat des records

Selon l’UNHCR, il y avait 162 362 réfugiés enregistrés au Yémen fin septembre, dont 153 080 Somaliens (photo d’archive)

Le nombre d’Africains à avoir atteint les côtes du Yémen au cours des 10 derniers mois est plus élevé que durant les mêmes périodes en 2008 et 2007, lorsque de nombreux Africains ont commencé à se rendre au Yémen par bateau, selon le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Depuis le début de l’année, plus de 56 600 personnes, sur 1 100 bateaux, sont arrivées au Yémen en partant de la Corne de l’Afrique, excédant déjà le chiffre total de 2008 lorsque 50 091 personnes avaient fait la traversée, a dit Rocco Nuri, l’un des chargés de relations extérieures à l’UNHCR, à IRIN le 31 octobre.

« C’est une incroyable augmentation de 40 pour cent en comparaison avec la même période de l’an dernier quand 40 540 personnes sont arrivées par bateau… [Cette année], 281 personnes sont mortes par noyade et 152 autres sont portées disparues et présumées mortes après que leurs bateaux ont chaviré dans le Golfe d’Aden », a dit M. Nuri.

Santiago Perez, représentant dans le pays de l’organisation non-gouvernementale (ONG) Danish refugee council (DRC), a dit qu’il existait plusieurs facteurs causant cet afflux d’Africains au Yémen.

« Nous détectons une augmentation du nombre de personnes déplacées qui disent qu’elles viennent au Yémen pour fuir des désastres climatiques comme la sécheresse, des pluies torrentielles et inopportunes, ainsi que des conflits et la pauvreté », a-t-il dit.

Il a ajouté que la rapide augmentation de la population en Ethiopie, Erythrée et Somalie était aussi « responsable du phénomène ».

En raison de l’importante demande pour des traversées du Golfe d’Aden, les passeurs ont doublé leurs tarifs. « L’argent payé pour voyager par bateau est passé de 50 à 100 dollars par personne en ce moment », a dit Ahmlad Akam, un garde-côte officiel yéménite.

Le nombre total de nouvelles arrivées devrait attendre 70 000 à la fin de cette année, car les conditions de navigation deviennent plus faciles, selon M. Akam.

Réponse

Les agences des Nations Unies au Yémen et leurs partenaires opérationnels ont élaboré des plans de contingence pour fournir une assistance aux 20 000 arrivées supplémentaires – en plus des 50 000 déjà prévues pour 2009.

« L’UNHCR a amélioré la capacité et les conditions de ces centres d’accueil à Mayfaa et Ahwar, sur la côte sud du Yémen, et établi une présence à travers ses partenaires de mise en œuvre à Bab al-Mandab sur la Mer Rouge », a dit M. Nuri.

Il a ajouté qu’afin de proposer un enterrement digne pour ceux qui n’avaient pas survécu au voyage en bateau – à cause des difficiles conditions en mer, de noyades et de mauvais traitements par les passeurs – l’UNHCR s’était assuré de parcelles dans trois cimetières dans les gouvernorats d’Hadhramout, de Shabwa et d’Abyan, pour y enterrer les corps rejetés sur les côtes.

Selon un rapport de l’UNHCR datant de septembre, il y avait 162 362 réfugiés enregistrés au Yémen, dont 153 080 Somaliens.

________________________ 4 – GoodPlanet

La culture du Qat assèche le Yemen

La culture du Qat, une herbe psychotrope à mâcher, capte la moitié de l’eau disponible au Yémen.

D’après les rapports de la Banque mondiale, la culture du Qat n’a cessé de se développer dans le pays tandis que l’eau disponible diminuait du fait de la croissance rapide de la population.

Le pays subit ainsi une pénurie d’eau depuis des années, ce qui contraint les habitants à utiliser des eaux insalubres. « Bien que la sécheresse empêche les récoltes de pousser au Yemen, de plus en plus de fermiers se tournent vers la culture du Qat, une plante qui demande beaucoup d’eau et qui est quotidiennement mâchée par une majorité de la population. C’est pour eux le seul moyen de faire du profit » relate le New York Times du 31 octobre.

L’essor de cette culture aggrave les problèmes de manque d’eau et de pauvreté, ce qui attise les tensions et les conflits dans ce pays où l’état ne contrôle pas l’intégralité du territoire.

Le pays manque d’argent pour acquérir des usines de désalinisation de l’eau de mer comme le font ses riches voisins l’Arabie Saoudite ou les Emirats Arabes Unis.

_____________ 3 – Quotidien du Peuple (Chine) avec XINHUA

Yémen: deux journalistes condamnés à des peines de prison pour avoir insulté le président

Un tribunal yéménite a condamné deux journalistes à des peines de prison pour avoir publié un article comprenant des insultes contre le président Ali Abdullah Saleh, a rapporté samedi le site Internet al-Motamar basé au Yémen.

Muounri al Mawri et Samir Joubran du Jouranl Al Masdar, ont été reconnus coupables de diffamtion envers le président Saleh avec “insultes sans fondement” dans un article publié en novembre dernier, a indique al-Motamar, sans donner le détail de ces insultes.

Mawri, qui vit aux Etats-Unis et ayant de nationalité américaine, a été condamné à deux de prison et est interdit d’écrire à vie, et Joubran, rédacteur en chef du journal, a été condamné à un an de prison.

Le tribunal nouvellement établi a condamné les deux journalistes pour avoir diffamé le président Saleh dans un articile écrit par Marwi et publié par le Masdar en 2009, qui décrit le président comme “arme de destruction massive”.

L’article accuse le président Saleh d’être responsable de chaos et de corruption au Yémen.

“Interdire à un journaliste d’écrire à vie, nous ne nous attendons pas à une telle décision bizarre”, a dit Joubran joint par téléphone.

__________________________ 2 – CRI (Chine)

Yémen : les autorités arrêtent 102 immigrés illégaux africains

Les autorités de la sécurité yéménites ont appréhendé 102 immigrés illégaux africains alors que ceux-ci tentaient dimanche de s’introduire en Arabie saoudite, a rapporté l’agence de presse officielle yéménite, SABA.

Les autorités de la sécurité ont identifié que ces immigrés africains étaient des natifs du Nigéria, du Tchad et du Soudan, qui tentaient de traverser la frontière avec l’Arabie saoudite, quand ils ont été trouvés par des gardes frontaliers yéménites dans le district de Jabal Ras, province de Hodeidah, située à 200 km du nord-ouest de la capitale, Sanaa.

Ils étaient dans deux véhicules conduits pas deux ressortissants yéménites lorsque les gardes de sécurité leur ont ordonné de s’arrêter.

Ces 102 Africains, avec les deux Yéménites, sont actuellement sous le coup d’une enquête.

Le Yémen, qui partage sa frontière du nord avec l’Arabie saoudite, riche en pétrole, et qui a un littoral jusqu’à 2.500 km de long s’étendant à travers la mer Rouge et le golfe d’Aden, constitue un point idéal pour des milliers d’immigrés chômeurs africains ayant quitté leur famille pour une meilleure vie.

___________________________ 1 – La Croix avec AFP

Rébellion chiite au Yémen: l’OCI soutient le gouvernement de Sanaa

L’Organisation de la Conférence islamique (OCI) a apporté son soutien samedi au gouvernement yéménite dans sa guerre contre les rebelles chiites et annoncé l’envoi d’une aide humanitaire aux déplacés du conflit.

“L’OCI soutient l’unité et la sécurité du Yémen”, a déclaré dans une conférence de presse le chef de l’OCI, le Turc Ekmeleddin Ihsanoglu, qui a rencontré le président yéménite Ali Abdallah Saleh à Sanaa.

“Aucun différend politique ou religieux ne peut justifier le recours à la violence”, a-t-il ajouté en allusion aux rebelles zaïdites, des chiites que le gouvernement de Sanaa accuse de défier l’autorité du pouvoir central.

M. Ihsanoglu a estimé que la proposition en cinq points du gouvernement, notamment un désarmement des rebelles, pouvait servir de base à un règlement du conflit.

Il a par ailleurs annoncé qu’une caravane de onze camions d’aide humanitaire pour les déplacés du conflit était en cours de constitution à Jeddah, siège de l’OCI dans l’ouest de l’Arabie saoudite, et qu’elle devait être dirigée dans “les jours qui viennent” vers le Yémen.

Selon les Nations unies, les récents combats dans le nord du Yémen ont fait plus de 50.000 déplacés qui viennent s’ajouter aux 100.000 autres qui ont quitté leurs demeures pendant les différents épisodes violents de la rébellion qui a commencé en 2004.