01/03/10 (B532) Nouvelles de Somalie (5 articles en Français)

___________________ 5 – AFP

Somalie: plus de 10 morts dans des combats pour le contrôle d’une ville

Au moins 10 personnes sont mortes samedi dans des affrontements à l’arme lourde opposant insurgés islamistes shebab à un groupe islamiste allié au gouvernement pour le contrôle d’une ville du centre de la Somalie, a-t-on appris de sources concordantes.

Les combats se sont déroulés dans la ville de Dhusamareb, que les deux parties se sont déjà disputée fin 2008-début 2009. Selon des habitants joints au téléphone par l’AFP, les shebab auraient repris le contrôle de la ville aux combattants d’Ahlu Sunna wal Jamaa.

“Nous avons pris le contrôle de la ville après de brefs combats et nous avons tué nombre d’entre eux dans la ville”, a assuré à Mogadiscio le porte-parole des shebab, Cheikh Ali Mohamoud Rage lors d’une conférence de presse.

Un porte-parole d’Ahlu Sunna wal Jamaa a pour sa part affirmé que son mouvement tenait toujours la ville.

“Les milices shebab ont lancé une attaque depuis une position inattendue et ils ont perdu la bataille et nos forces contrôlent toujours la ville”, a déclaré Cheikh Abdurahman Abou Yussuf, précisant que plus de 10 personnes avaient tuées dans les combats.

Des habitants de la ville ont rapporté à l’AFP que les shebab contrôlaient leur cité mais que des tirs sporadiques étaient encore entendus à sa périphérie.

“J’ai vu les cadavres de 13 personnes, en majorité des combattants à l’intérieur de la ville et les shebab contrôlent à présent complètement la zone. Je les vois chanter +Allah Akbar+ (Dieu est grand)”, a indiqué à l’AFP un habitant, Abdullahi Mohamed Shekeye.

“Plus de dix personnes ont été tuées et 18 autres blessées. Il y a des tirs sporadiques et la situation n’est pas revenue au calme”, a expliqué un autre habitant, Moalim Hassan.

Fondé en 1991 pour promouvoir la branche soufie –et modérée– de l’islam somalien contre le wahhabisme des pays du Golfe, le groupe Ahlu Sunna wal Jamaa qui a récemment pris les armes contre les islamistes shebab a renoncé début 2009 à sa posture non-violente pour s’engager dans la lutte armée contre les insurgés shebab et leurs alliés du Hezb al-islam.

Alliés aux forces pro-gouvernementales opérant dans plusieurs régions du centre et du sud de la Somalie, les combattants d’Ahlu Sunna ont infligé de sévères défaites aux shebab, démontrant leur crédibilité militaire.

Si leurs dirigeants affirment ne pas se reconnaître totalement dans le gouvernement de transition (TFG) du président Sharif Cheikh Ahmed, Ahlu Sunna et TFG partagent un objectif commun: chasser les shebab et leur idéologie directement inspirée d’Al-Qaïda.

_________________ 4 – L’Express avec Reuters

Dix morts dans des combats dans le centre de la Somalie

Une dizaine de personnes ont été tuées dans des combats entre un groupe proche du gouvernement somalien, Ahlu Sunna Waljamaca, et les miliciens islamistes d’Al Chabaab, rapportent des témoins et les deux camps.

COMBATS DANS LE CENTRE DE LA SOMALIE

Ces combats dans le centre de la Somalie sont les premiers depuis plus d’un an entre les deux mouvements, qui se sont jadis affrontés pour contrôler la région.

Des combattants d’Al Chabaab ont attaqué au petit matin Dousamareb, située à 560 km de la capitale Mogadiscio, pilonnant l’est de la ville au mortier, ont rapporté des habitants. Des membres d’Ahlu Sunna ont répliqué par des tirs d’artillerie.

“La plupart des habitants ont fui dans la jungle. Ces combats vont évidemment s’étendre aux autres villes du centre du pays”, a dit un doyen, Osman Aden, à Reuters. “J’ai vu dix personnes étendues dans les villages lorsque j’ai fui.”

Un porte-parole d’Ahlu Sunna a affirmé que son groupe avait repoussé les miliciens d’Al Chabaab et tué plusieurs d’entre eux. Un membre du mouvement islamiste a démenti, assurant que les victimes se comptaient dans les rangs d’Ahlu Sunna.

_________________ 3 – Le Point avec AFP

Les shebab somaliens annoncent l’envoi de leurs “combattants” au Yémen

Par Mustafa HAJI ABDINUR

Des insurgés islamistes somaliens, les shebab, ont annoncé vendredi à Mogadiscio qu’ils enverraient leurs “combattants” au Yémen pour aider les adeptes d’Al-Qaïda dans leur lutte contre les forces gouvernementales, dans le sillage de l’attentat manqué de Détroit.

Des insurgés islamistes somaliens, les shebab, ont annoncé vendredi à Mogadiscio qu’ils enverraient leurs “combattants” au Yémen pour aider les adeptes d’Al-Qaïda dans leur lutte contre les forces gouvernementales, dans le sillage de l’attentat manqué de Détroit.

Cheikh Mukhtar Robow Abou Mansour, un haut responsable des shebab qui se réclament d’Al-Qaïda a fait cette annonce dans le nord de Mogadiscio, où il a présenté des centaines de jeunes combattants.

“Ces jeunes combattants ont achevé avec succès plusieurs mois d’entraînement intense et ils sont prêts désormais à rejoindre leurs frères dans la guerre sainte contre les ennemis d’Allah à travers le monde”, a-t-il lancé.

“Nous avons dit à nos frères musulmans au Yémen que nous allons traverser la mer (…) et arriver jusqu’à eux pour les aider à combattre les ennemis d’Allah”, a déclaré Mukhtar Robow.

“Aujourd’hui, vous voyez ce qui se passe au Yémen, les ennemis d’Allah détruisent nos frères musulmans”, et “j’appelle les jeunes hommes dans les pays arabes à se joindre au combat” au Yémen, a-t-il ajouté sous les cris des combattants scandant “Allah Akbar”.

Les autorités yéménites affirment que leurs forces ont tué plus de 60 militants islamistes soupçonnés d’appartenance à Al-Qaïda dans des raids menés les 17 et 24 décembre dans le centre du pays et la région de Sanaa.

Ces affrontements surviennent alors que le Yémen a demandé l’aide de l’Occident pour lutter contre la présence de “centaines” de militants d’Al-Qaïda dans le pays.

Le 24 décembre, la Maison Blanche a réitéré son soutien aux autorités yéménites. Le New York Times avait alors affirmé que le président Obama avait donné son feu vert à des raids de l’armée yéménite contre Al-Qaïda. La veille, la chaîne américaine ABC avait indiqué que deux missiles de croisière américains avaient été tirés contre des bases de la nébuleuse islamiste radicale.

Le 30 décembre, le ministre yéménite des Affaires étrangères Abou Bakr al-Kourbi, avait déclaré que les activistes d’Al-Qaïda au Yémen sont “peut-être des centaines, de l’ordre de 200 à 300” et qu’ils “peuvent vraiment planifier des attaques comparables à celle qui vient d’avoir lieu à Detroit”.

Le jeune Nigérian Umar Farouk Abdulmutallab, inculpé aux Etats-Unis pour sa tentative le 25 décembre de faire exploser un avion de ligne américain, a dit aux enquêteurs appartenir à Al-Qaïda et avoir subi un entraînement au Yémen, selon les médias américains. Le réseau, qui a revendiqué l’opération, a également assuré lui avoir fourni l’explosif.

Le 6 novembre, un Somalien a été arrêté à l’aéroport de Mogadiscio en possession de substances chimiques suspectes alors qu’il s’apprêtait à embarquer dans un avion, avant d’être relaxé par un tribunal en décembre faute de preuves, a annoncé jeudi le chef de la police .

Ce dernier, Ali Mohamed Loyan, a ajouté que des “investigations complémentaires” étaient en cours car cet incident “ressemble à celui de l’avion américain”.

La Somalie est en guerre civile depuis 1991. Les shebab (“les jeunes” en arabe) se réclament ouvertement de l’idéologie du jihad (guerre sainte) mondial prôné par Al-Qaïda et contrôlent une large partie de la capitale Mogadiscio, ainsi que le centre et le sud du pays.

L’actuel gouvernement du président Sharif Cheikh Ahmed, ne contrôle qu’avec l’aide des troupes de l’Union africaine que quelques points stratégiques de la capitale, dont l’aéroport.

_________________ 1 – Yahoo actualités avec AP

Somalie: un tribunal acquitte un homme interpellé dans un aéroport en possession de produits dangereux

Mohamed Olad Hassan et Malkhadir Muhumed Buzzer ! Imprimer Un tribunal a acquitté un Somalien qui avait tenté le mois dernier d’embarquer à bord d’un avion en possession d’une seringue et de produits chimiques à l’aéroport de Mogadiscio, a annoncé jeudi le chef de la police.

Les faits remontent au 13 novembre et l’acquittement au 12 décembre, soit moins de deux semaines avant l’attentat manqué contre le vol Amsterdam-Detroit au cours duquel un ressortissant nigérian avait tenté de déclencher un mélange explosif similaire.

Le tribunal somalien a estimé que les autorités n’avaient pas apporté la preuve que le suspect avait l’intention de commettre un crime, a précisé le général Ali Hassan Loyan, chef de la police somalienne. L’homme, dont l’identité n’a pas été communiquée, a expliqué que les produits chimiques qu’il transportait devaient servir à développer des films photographiques.

Un expert mandaté par le gouvernement somalien a conclu que les substances et le matériel transportés par l’homme étaient dangereux, mais n’auraient pas pu faire exploser l’avion, a ajouté le général Loyan.

L’homme avait été arrêté le 13 novembre par des soldats de l’Union africaine, alors qu’il tentait de monter à bord d’un avion à destination de Djibouti et Dubaï. Il avait sur lui une seringue remplie de liquide et des produits chimiques en poudre, matériel susceptible d’être utilisé pour déclencher une explosion, comme dans l’attentat avorté du vol Amsterdam-Detroit, selon un diplomate.

L’incident n’avait pas attiré l’attention avant l’épisode du 25 décembre. Mais cette tentative ratée a relancé l’enquête, et les produits que le Somalien avait en sa possession font l’objet de nouvelles analyses à Londres.

Depuis l’annonce mercredi de l’incident somalien, les autorités américaines cherchaient à savoir si l’événement n’était pas lié à l’attentat manqué de Detroit. L’acquittement et la libération du Somalien interpellé à Mogadiscio risquent de compliquer le travail des enquêteurs américains.

L’interrogatoire de cet homme aurait pu apporter des informations précieuses pour l’enquête américaine, estimaient des spécialistes des questions de terrorisme.