25/01/10 (B535) Vérité VERITE: La Politique de l’autruche.

A Djibouti, la situation politique est dramatique. Les libertés des citoyens sont menacées, la vie est de plus en plus difficile car 90 pour cent de la population est sans emploi.

L’Etat ne fonctionne plus que dans un seul sens, pour alimenter :

– les membres des clans au pouvoir,
– les riches et les warabeys
– les proches de la famille Royale
– les informateurs issus des autres ethnies qui lèchent les miettes laissées par les proches du régime, quand ils sont rassasiés.

Les citoyens modestes sont complètement oubliés et laissés pour compte. La majorité des gens est en situation de mort lente.

IOG, l’homme rancunier, ayant tout le mal du pays de KOTOU, tire sa fierté du fait que le pays et que son peuple souffrent : il est persuadé que comme cela, il pourra conserver le trône usurpé.

IOG continue à diviser les leaders de l’opposition en leur faisant miroiter des avantages personnels. Mais ce ne sont que des mensonges ! A certains il offre des primes ou des prêts – reclassement des enfants – distribution d’avantages en nature – belles promesses d’un futur poste de ministre – nominations à des postes de responsabilité locale avec un salaire minimum garanti …..

IOG est très dangereux. Tellement dangereux qu’on se demande s’il s’agit d’un être humain. Il aime masquer sa faiblesse sous des airs conquérants et arrogants, mais il ne fait que détourner les réalités. Il refuse en permanence de céder la moindre parcelle de pouvoir. D’une santé relativement précaire, il sait que ses jours sont comptés désormais et par un orgueil démesuré, il veut mourir sur le trône.

Mais voilà que les vieux dinosaures illettrés se réveillent ! N’ayant aucune sens politique, ils pensent pouvoir convaincre et détourner les faibles et les femmes , pour qu’elles soutiennent leurs gesticulations politiques honteuses.

Voyez Gabayo, le vieux colosse aux pieds d’argile qui a perdu la tête. Voyez certains opposants en col blanc, qui fréquentent le régime et qui voudraient nous jouer la comédie en racontant des salades lors du congrès du PSD.

Ce sont des notables rescapés du naufrage, parce qu’ils ont été repêchés par IOG. Mais ce n’était pas gratuit, désormais, il les tient en laisse et ils doivent lui obéir en tout point et lui apporter leur concours et leurs voix.

Souvent au cours des parties de Khat qu’IOG organise en réunissant ses warabas et tous les mafieux à Haramous, le roitelet affirme :

“Ces soi-disant leaders d’opposition, ce sont mes Boys. Je peux les manipuler facilement. Ils sont dans le besoin et je les gère à ma guise en maniant selon le contexte la carotte ou le bâton (Gabode !).

Ces leaders ne pensent plus. Détournés de leurs objectifs, de leurs engagements et de leurs responsabilités, ils se sont conforatblement installés dans la routine et ils ont peur de la perdre. Ils sont pétrifiés dans un système qui leur avait été imposé au départ par l’homme fort du régime. Et maintenant, ils sont devenus les meilleurs chantres et les premiers supporters de ce système injuste et mortel pour le peuple.

D’autres leaders ne se sont pas laissé attraper par les belles paroles du roitelet. Ils sont restés vigilants et ils travaillent honnêtement pour le peuple. Ils sont prêt pour tracer la voie, pour donner des orientations et pour conduire la population vers l’objectif a atteindre. Ce sont des hommes d’expérience, des hommes nés dans le pays. L’histoire retiendra leurs noms pour avoir contribué et participé à la libération du pays et à l’élimination de la tyrannie et des Warabas, qui s’agitent dans les couloirs du Palais..

Ces derniers sont des hommes politiques forts. Sachant que le système actuel est dépassé et hors du temps, ils sont prêt à combattre pour la liberté, pour une vie meilleure au bénéfice de nos concitoyens et pour rétablir la bonne gestion du pays et de son administration.

L’Histoire retiendra que le règne d’IOG n’a été dans les faits, qu’une période d’occupation par des
soudards venus de l’étranger, avec des crimes :

– l’élimination des leaders, OH ? combiens sont morts ( ministres, directeurs, hauts-responsables).

– l’internement à Gabode des leaders d’opposition

– la guerre contre les populations du nord

– l’assassinat des hommes de parole, des citoyens honnêtes

– le casse électoral du siècle depuis l’élection d’avril 1999 jusuq’à nos jours et probablement en mars 2011, sauf …

– les crimes contre les Droits de l’Homme commis à tous les niveaux

– le non respect des conventions internationales lors des conflits intérieurs ( les femmes, les enfants ,les blessés ont d’abord été violentés puis tués sur le champs, sans procés).

– les détournements des fonds publics, des aides internationales qui sont commis par les Warabas sous la protection d’IOG,

– le développement d’uns misère noire, de la pauvreté et de la famine dans chaque famille, ce que l’on avait jamais connu auparavant sur le territoire de mèmoire d’homme,.

– L’usurpation illégale des titres fonciers, des terrains privés et des commerces appartenant aux somaliens résidant a Djibouti

– Les fausses accusations, la privation de la liberté d’expression et les arrestations arbitraires organisées systèmatiquement contre le Président de la Ligue des Droits Humains M. J P Noël Abdi.

– L’obsession d’IOG pour vouloir modifier à tout prix la constitution du pays , alors qu’il a contribué à son élaboration et qu’il n’est pas originaire du pays,

Pardonnez-moi, car la liste est si longue, qu’il faut m’arrêter là.

Quotidiennement, le roitelet IOG et sa QABYO ne cessent de commettre des crimes monstrueux envers le peuple et son pays. Cela doit cesser et ils devront s’expliquer devant une justice humaine impartiale, avant de comparaître devant la Justice divine.