07/02/10 (B537) Yémen Express (2 articles en Français)

_______________________________ 2 – Le Figaro avec AFP

Yémen: nouveaux combats, 28 morts

Au moins 28 personnes, dont 23 soldats, ont été tuées hier dans des violences avec la rébellion chiite dans le nord du Yémen, a-t-on appris aujourd’hui de sources tribales et rebelles.

Quinze soldats ont péri dans une embuscade tendue par des rebelles chiites sur la route reliant la province de Saada, fief des rebelles, et la province voisine d’Al-Jawf, ont indiqué des dignitaires tribaux. L’attaque, qui a eu lieu hier après-midi dans la région de Wadi Al-Jabara au nord-est de Saada, a visé deux véhicules militaires chargés de vivres, a-t-on ajouté de mêmes sources.

En outre, huit autres militaires, dont un officier, ont été tués dans des affrontements avec des partisans de la rébellion dans un quartier de la vieille ville de Saada, a rapporté la rébellion sur son site internet. L’armée a mis en échec hier une tentative d’incursion de rebelles à Saada, rassemblés dans la banlieue sud de la ville, a indiqué pour sa part une source militaire, ajoutant que “plusieurs rebelles avaient été tués” sans en préciser leur nombre.

D’autre part, cinq civils ont été tués par la chute d’obus tirés par des rebelles sur la maison du parlementaire et chef tribal Othman Moujalli, a-t-on appris auprès des autorités locales, indiquant que l’un des fils de cheikh Moujalli, Hamid, figurait parmi les victimes. Cheikh Moujalli, l’un des plus influents chefs tribaux de la province de Saada, s’était rallié aux forces gouvernementales dans leur guerre contre la rébellion, a-t-on indiqué de mêmes sources.

Des combats opposent depuis 2004 de façon sporadique l’armée aux rebelles zaïdites, issus d’une branche du chiisme. Ils ont fait des milliers de morts. Les affrontements se poursuivent malgré des offres de paix de la rébellion qui avait confirmé mardi satisfaire les six conditions posées par Sanaa pour l’arrêt des combats, qui ont repris en août 2009.

_______________________________ 1 – Le Figaro avec AFP

Yémen: calendrier d’arrêt des combats

Les autorités yéménites ont mis au point un calendrier pour un arrêt des combats dans le nord du Yémen après l’acceptation de leurs conditions par les rebelles, a annoncé aujourd’hui à Sanaa le conseiller du chef de l’Etat, Abdel Karim Al-Ariani.

“Après l’acceptation par les (rebelles) houthis des six conditions, la haute commission de sécurité a élaboré un calendrier pour une mise en oeuvre de ces conditions par cinq commissions parlementaires”, a déclaré M. Ariani lors d’une conférence de presse.

Le gouvernement exigeait des rebelles d'”observer un cessez-le-feu, ouvrir les routes, déminer et évacuer les hauteurs”, de “se retirer des bâtiments publics et ne pas intervenir dans le fonctionnement de l’administration locale”, de “restituer les biens publics et les armes saisies”, de “libérer les détenus civils et militaires, y compris les Saoudiens”, et de “respecter la loi et la Constitution”. Sanaa exigeait également que les rebelles s’engagent à ne pas attaquer le territoire saoudien.

Le calendrier a été transmis à la rébellion zaïdite (chiite) de Abdel Malek al-Houthi “par un intermédiaire et si elle l’accepte et le signe, la guerre s’arrêtera immédiatement”, a-t-il ajouté. Les affrontements se sont poursuivis malgré l’annonce par les rebelles mardi qu’ils avaient satisfait aux six conditions posées par Sanaa pour l’arrêt des combats, qui ont repris en août 2009.

Des affrontements armés opposent depuis 2004 de façon sporadique l’armée aux rebelles zaïdites, issus d’une branche du chiisme. Ils ont fait des milliers de morts et quelque 250.000 déplacés. L’Arabie saoudite était entrée dans le conflit le 3 novembre 2009 après la mort d’un garde-frontières tué par des rebelles infiltrés dans le royaume.