14/02/10 (B538) ALERTE ROUGE / Les coupes-coupes rwandais sont opérationnels à Layaableh à proximité de Hayableh de Balbala. L’Ambassadeur de France à Djibouti va-t-il garder le silence face au prochain génocide des Afar ?

Hier après midi vers 16 heures, un groupe d’une trentaine d’homme sans uniforme paraît-il de la Brigade de choc de la Sécurité Militaire (SM) du Camp Cheik Osman des blindés ont massacré des civils à Layaablay où vivent les afars expulsés d’Arhiba II .

Tandis que les Forces d’interventions de la Police sont restées barricadées dans leur camp de Nagad.

Plusieurs dizaines de blessés graves sont à dénombrer.

Vers 19 heures les jeunes d’Arhiba ont été alertés de ces massacres et ont réagi en bloquant la circulation vers Balbala.

De source bien informée, après la Convention des 10 et 11 février 2010 du FRUD l’ordre serait venu du président de l’UMP IOG en personne afin de donner une bonne leçon aux Afars récalcitrants à son prochain mandat.

De toutes les manières l’insécurité qu’il fait régner à travers les jets de pierres entre jeunes des quartiers, les opérations militaires qui continuent au Nord depuis des années et maintenant les opérations commandos coupes-coupes en main, viennent de prendre pieds avec des armes blanches en main à Layaablay et demain pistolets mitrailleuses dans d’autres quartiers.

C’est dans un contexte insurrectionnel que la France et les casques bleus des Nations Unies pourraient immédiatement ré-intronisé leur IOG et le soutenir sans réserve, en lui donnant le titre de “seul garant de l’intégrité nationale” (Pourquoi pas ? – Tout est possible !)

Capitaine Scheik Soubagleh
des renseignements militaires.