16/03/10 (B542) La course à la magistrature suprème …. Déjà quatre candidats ont fait savoir qu’ils se positionnaient sur la grille de départ. Un point d’étape (ARDHD)

Selon les informations que nous avons reçues (la liste n’est pas limitative), nous aurions actuellement :

Monsieur Mohamed Daoud Chehem, président du PDD, qui a déclaré son intention de se présenter à l’élection présidentielle, le 2 mars 2009. Depuis cette date, nous n’avons pas reçu de confirmation.

Monsieur Aden Robleh Awalleh, président du PND, qui a fait acte de candidature en début d’année,

Monsieur Ali Abdillahi Iftin, membre du bureau du GED, qui a émis une réserve : celle qu’IOG ne modifie pas la Constitution pour briguer un 3ème mandat illégal.

Monsieur Charles (Abdourahman) Borreh, dont nous venons d’apprendre la candidature dans France-Soir de ce jour.

L’ARD, de son côté, a fait savoir par la voix de MM Cassim A. Dini et Mahdi God, qu’elle n’envisageait pas de présenter un candidat dans le contexte actuel.

Il ne reste plus qu’à attendre la candidature d’IOG, qui passera forcément par une révision “en force” et contre la volonté populaire, de la Constitution djiboutienne qui limite à deux le nombre de mandats. La révision pouvant intervenir soit par référendum, soit pas décision de l’A.N..

A savoir que M. Robleh a proposé un moratoire qui consisterait à repousser l’élection présidentielle d’un ou deux ans, ce qui permettrait à IOG de se cramponner confortablement à son siège sans passer par un coup d’état constitutionnel (Merci M. Robleh !!!)

Mais la liste n’est pas close car d’autres candidatures sont possibles et attendues (par exemple du côté du MRD dont nous ne connaissons pas encore la position officielle) ou même et pourquoi pas (?) celle de Dileita au poste de Président potiche avec Guelleh comme premier ministre, investi de tous les pouvoirs.

De toutes les façons, l’élection n’aura lieu que dans un an …. et la course ne fait que commencer.