04/04/10 (B545) Le Journal de la Flibuste (9 articles en Français)

___________________________ 9 – Le Figaro avec AFP

Somalie: pétrolier sud-coréen détourné

Un pétrolier sud-coréen avec 24 membres d’équipage à bord a été détourné aujourd’hui, probablement par des pirates, au large des côtes somaliennes, a indiqué le ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

Le Samho Dream, un navire de 300.000 tonnes, faisait route d’Irak vers l’Etat américain de Louisiane, avec un équipage composé de 5 marins sud-coréens et de 19 philippins, a précisé le ministère, cité par l’agence sud-coréenne Yonhap.

Le ministère a convoqué une réunion d’urgence pour examiner la situation, a précisé Yonhap.

Un bâtiment sud-coréen patrouille actuellement dans les eaux somaliennes en raison de la multiplication des actes de piraterie dans cette zone maritime.

On estime à environ 60 millions de dollars le montant des rançons engrangées par les pirates somaliens au cours de l’année écoulée.

___________________________ 8 – Radio-Chine avec XINHUA

Un navire taïwanais détourné par des pirates somaliens

Un navire taïwanais a été détourné par des pirates somaliens au large des côtes somaliennes, avec au moins 14 membres d’équipage à bord, a confirmé samedi un responsable du secteur de la navigation civile dans la région.

Des Tawaïnais et des Indonésiens sont à bord du navire Jih Chun Tsai 68, détourné jeudi par des pirates somaliens, a fait savoir Andrew Mwangura, le coordinateur du Programme d’assistance aux marins en Afrique de l’est (SAP).

“Le Jih Chun Tsai 68 a été détourné jeudi par des pirates somaliens. Je n’ai pas la confirmation de la composition de l’équipage jusqu’à maintenant, mais ils viennent de Taïwan et de l’Indonésie”, a confié à l’agence Xinhua M. Mwangura par téléphone.

Selon des reportages, deux Taïwanais et 12 Indonésiens sont à bord de ce navire de 80 tonnes détourné au large des côtes somaliennes.

Cet incident a eu lieu seulement plusieurs heures après une attaque ayant échoué contre un autre navire dans les eaux de la Somalie, les plus dangereuses du monde.

Des pirates ont attaqué mercredi soir le navire de pêche Jui Man Fa et ont ouvert le feu sur lui, blessant un marin indonésien au pied, a fait savoir M. Mwangura, tout en confirmant que le navire a réussi à se débarrasser des pirates en accélérant sa course vers les Maldives.

L’attaque contre le Jui Man Fa a eu lieu à environ 395 miles nautiques au sud-est du cap Guardafui, un petit bateau déguisé en navire taïwanais l’approchant.

Le Bureau maritime international (IMB) a récemment émis une alerte pour les vaisseaux naviguant au large de l’Afrique de l’est après que cinq bateaux eurent été attaqués en moins de 12 heures par des pirates somaliens lourdement armés.

Le détournement de navires au large de l’Afrique de l’est provoque davantage d’inquiétudes internationales, amenant les marines de plusieurs pays à patrouiller dans le golfe d’Aden en proie aux pirates.

Des centaines de personnes sont toujours aux mains des pirates à bord des navires détournés dans le golfe d’Aden et dans ses alentours.

Chaque année, quelque 25.000 bateaux parcourent le détroit sud du Yémen et la côte nord de la Somalie.

___________________________ 7 – BBC Afrique

Somalie: recrudescence des actes de piraterie en mer

Nick Childs, de la BBC

Les pirates sont de plus en plus actifs

Les pirates qui menacent la navigation commerciale au large des côtes de l’Afrique de l’est intensifient leurs activités, selon le contre-amiral britannnique Peter Hudson, qui commande les navires de guerre déployés par l’Union européenne dans le secteur pour tenter de les contrer. Pour lui, les marines internationales doivent maintenant réagir en coopérant plus étroitement en en concentrant leurs forces.

Selon la force navale européenne (Navfor), les pirates sont tout particulièrement actifs dans le secteur du bassin somalien, c’est à dire la partie de l’océan indien au large de la Somalie. Le contre-amiral Hudson précise que leur tactique consiste à chercher à submerger les unités déployées contre eux. Mais il affirme que ces dernières ont déjà pu réduire le nombre des attaques réussies contre la navigation internationale.

Peter Hudson est formel: “en déployant correctement nos avions” déclare-t-il, “et en positionnant nos navires là où il le fallait, nous avons pu disperser et démanteler plus d’une vingtaine de groupes de pirates, et perturber sérieusement leurs activités”.

Le contre-amiral britannique ajoute que le nombre des suspects en prison qui attendent de passer en justice au Kenya et aux Seychelles a aussi augmenté de façon significative.

Reste que le niveau d’activité des pirates indique qu’ils sont encore nombreux. Selon le contre-amiral, ils sont encore quelques milliers à participer, directement ou non, à ces opérations.

Rayon d’action accru

Navires ultra-modernes contre petites embarcations

Ils partent de camps de fortune à bord de vedettes qui font office de navires ravitailleurs, accompagnés d’esquifs plus petits qui servent à attaquer les navires. Ils capturent aussi des boutres pour des opérations à plus longue distance.

Selon l’Union européenne, le fait que les pirates ont accru leur rayon d’action est dû en partie au fait que les unités navales déployées contre eux les ont forcés à opérer plus loin de leurs bases.

Il y a cinq ans, leur rayon d’action maximum était de 278 km. Mais récemment, ils ont attaqué un navire à plus de 2000 kms des côtes somaliennes, à 926 kms à peine de l’Inde.

Maintenant, les unités navales internationales font surtout porter leurs efforts sur le Golfe d’Aden, où l’on relève une concentraton importante de mouvements maritimes – environ 30.000 par an.

Mais l’Union européenne a aussi pour mission d’escorter les bateaux du Programme alimentaire mondial (le PAM) amenant de l’aide internationale en Somalie. Et ceci a pour effet de réduire le nombre des vaisseaux disponibles pour opérer dans le reste de la région.

Coopération renforcée

Les marines internationales n’arriveront pas à régler le problème à elles seules

Pour les marines déployées au large de la Somalie, la question est de savoir pourquoi, avec leur équipement et leurs capacités ultra-modernes, elles n’arrivent toujours pas à venir à bout d’un fléau constitué essentiellement d’hommes à bord de petites embarcations motorisées.

Le contre-amiral Hudson donne une raison, soulignant que l’Union européenne ne déploie qu’une vingtaine de navires sur une superficie énorme, dépassant par exemple celle de l’Allemagne. Mais il ajoute que la coopération internationale s’est sensiblement accrue.

Selon lui, la priorité pour les forces alliées va être maintenant de coopérer plus étroitement pour réduire les risques dans les secteurs-clés.

Le contre-amiral Hudson explique: “nous allons utiliser nos sources de renseignements, nos appareils de patrouilles aéronavals, nos relations avec la région, ainsi qu’avec nos partenaires, l’Inde et la Chine, pour pouvoir mieux concentrer notre action”.

Mais le commandant de la force de l’Union européenne reconnaît que les forces navales ne pourront pas résoudre complètement le problème de la piraterie.

“A la longue, c’est à terre, et non en mer, que le problème sera réglé” estime le contre-amiral Hudson, qui ajoute: “en attendant, nous devons essayer de réduire les risques autant que nous le pouvons”.

___________________________ 6 – Angola Press

Somalie – Les marins nord-coréens blessés par des pirates arrivent au Kenya

Neuf marins nord-coréens blessés mercredi au cours d’une tentative d’abordage de leur bateau par des pirates somaliens sont arrivés samedi au Kenya, où ils vont être soignés, a annoncé la police.

“Neuf membres de l’équipage ont été blessés dans l’attaque. Cinq ont été soignés à bord tandis que les autres avaient besoin d’une assistance médicale spéciale”, a indiqué le chef de la police portuaire Ayub Gitonga.

Quatre marins, grièvement blessés ont été transportés à l’hôpital de Mombasa, a précisé M. Gitonga.

Le MV Chol San Bong Chong Nyon Ho a subi mercredi une très violente attaque de pirates lourdement armés au large des côtes kényanes alors qu’il se dirigeait vers Monbasa, mais les pirates ne sont pas parvenus à monter à bord du bateau

Les pirates somaliens se sont déplacés dans l’océan indien car le golfe d’Aden est patrouillé depuis décembre 2008 par de nombreux bâtiments de guerre étrangers.

Malgré la forte présence militaire internationale le long des côtes kényanes, les plus longues du continent, les pirates arrivent à extorquer de lourdes rançons.

___________________________ 5 – Ria Novosti (Russie)

Piraterie: une frégate russe escorte des navires au large de l’Afrique de l’Est

“Un groupe de navires de la Flotte du Pacifique (la frégate Admiral Chapochnikov, le pétrolier ravitailleur Petchenga et le remorqueur MB-37- ndlr.) accomplit une mission de protection des cargos contre les pirates. A l’heure actuelle, l’Admiral Chapochnikov escorte 13 navires civils”, a indiqué le porte-parole.

Les trois bâtiments de la flotte du Pacifique ont remplacé mercredi les navires de la flotte du Nord dont la frégate Admiral Tchabanenko. Deux hélicoptères et des unités de fusiliers marins se trouvent à bord de l’Admiral Chapochnikov.

Il s’agit du cinquième groupe de navires russes dépêché au large de l’Afrique de l’Est pour lutter contre les pirates. La frégate Admiral Vinogradov, le remorqueur de sauvetage Fotii Krylov et les pétroliers ravitailleurs Boris Boutoma et Petchenga ont patrouillé dans le golfe d’Aden de janvier à mars 2009. La frégate Admiral Panteleev, le remorqueur de sauvetage SB-37 et les pétroliers Ijora et Irkout ont protégé les cargos dans cette région du 27 avril du 7 juin 2009. La frégate Admiral Tribouts, le pétrolier ravitailleur Boris Boutoma et le remorqueur MB-99 sont restés au large de la Corne de l’Afrique du 3 juillet au 15 octobre 2009 avant d’être relevés par la frégate Admiral Tchabanenko.

En décembre 2009, l’Union européenne (UE) a lancé l’opération Atalante au large de la Corne de l’Afrique. Les bâtiments de guerre de 16 pays participent à l’opération qui devait initialement durer 12 mois, mais en juin 2009, elle a été prorogée d’un an. Des missions de patrouille et d’escorte sont également remplies par des bâtiments de guerre russes.

En 2009, les pirates somaliens ont attaqué 217 navires et en ont capturé 47, selon le Bureau maritime international.

___________________________ 4 – Mer & Marine

Trois FLF en mer Rouge et océan Indien

Pas moins de trois frégates légères furtives françaises sont actuellement déployées en mer Rouge et océan Indien. Dans la nuit du 26 au 27 mars, le La Fayette a franchi le canal de Suez pour relever cette semaine, à Djibouti, le Surcouf. Ce bâtiment achève plusieurs mois de missions au sein de la force navale européenne de lutte contre la piraterie et de la TF 150, force multinationale dédiée à la lutte contre le terrorisme.

A ce titre, le Surcouf a navigué du golfe d’Aden au Pakistan, en passant par le golf Persique. En dehors de ces deux frégates, une troisième FLF, le Guépratte, a appareillé le 11 mars de Toulon pour un déploiement de 5 mois en océan Indien. Avec le La Fayette, les deux bâtiments participeront à la lutte contre les pirates, les terroristes et les trafiquants, en coopération avec d’autres marines.

A ces moyens, il convient d’ajouter l’aviso Commandant Birot, lui-aussi déployé en océan Indien actuellement, ainsi que le bâtiment de commandement et de ravitaillement Somme, base mobile de l’amiral commandant les forces navales françaises dans cette région (Alindien). Le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre et la frégate Georges Leygues, qui ont franchi Suez le 22 mars, ont également mis le cap sur l’océan Indien, où doit également se rendre la frégate antiaérienne Jean Bart au printemps.

__________ 3 – Agenda du Bien commun

Kenya : la justice ne prendra plus en charge les affaires concernant les pirates somaliens

Le ministre des Affaires étrangères du Kenya, Moses Wetangula [profil officiel, en anglais], a annoncé ce jeudi que le Kenya refuserait désormais de juger des affaires en lien avec les pirates de Somalie dans ses tribunaux. Il a expliqué que la multiplication de ces affaires avait engorgé le système judiciaire national, et a reproché à la communauté internationale de ne pas avoir aidé le pays dans son action judiciaire, comme elle s’était engagée à le faire. Le procureur général, Amos Wako [profil officiel, en anglais], a quant à lui fait remarquer le manque d’empressement des autres pays à se charger des affaires de piraterie, ce qui laisse le Kenya assumer presque seul les responsabilités en matière de justice [dépêche de l’APF].

En janvier, le Bureau maritime international [site, en anglais] de la Chambre de commerce internationale avait estimé que 2009 était la pire année en termes de piraterie maritime depuis six ans, le nombre d’incidents déclarés s’élevant à 406.

En novembre, le juge somalien Mahamed Abdi Aware, devenu célèbre pour avoir emprisonné des pirates présumés [brève du Figaro], des personnes suspectées de trafic humain et des agitateurs islamistes, avait été assassiné à la sortie d’une mosquée, dans la ville de Bossaso, dans la région du Puntland.

______________________ 2 – Le Figaro avec AFP

Attaque de pirates déjouée en Somalie

Un pétrolier battant pavillon de Sierra Leone a échappé hier à une attaque de pirates dans le Bassin de Somalie après avoir été secouru par un navire de guerre américain, a indiqué aujourd’hui la Ve Flotte.

Dans un communiqué, la Ve Flotte précise que le pétrolier, MV Evita, qui naviguait à 500 km au nord-ouest des Seychelles, a été pris pour cible par des pirates à bord de trois embarcations, qui ont tiré des coups de feu et visé le navire par des grenades autopropulsées pour l’obliger à s’arrêter. Le MV Evita réussi à échapper à ses assaillants en appliquant les mesures anti-piraterie.

Les attaques reprennent de plus belle

Alerté, un hélicoptère de l’USS Farragut, relevant de la force multinationale CTF 151, est intervenu mais il a laissé partir à bord de deux embarcations les onze pirates présumés, qui avaient réussi entre-temps à jeter à la mer leurs équipements de piraterie. L’hélicoptère a détruit et fait couler le “navire mère” qui a servi de centre de commandement en mer aux embarcations des pirates, selon le communiqué.

L’USS Farragut fait partie de la Combined Task Force (CTF) 151, une force multinationale qui a pour mission de veiller à la sécurité maritime, dont la lutte contre le terrorisme, dans une région qui va du détroit d’Ormuz jusqu’en mer Rouge en passant par le Golfe d’Aden et l’océan Indien.

Les pirates de l’océan Indien ont récemment repris de plus belle leurs activités, mettant à profit la fin de la mousson d’hiver et des conditions de navigation plus clémentes pour multiplier les abordages à plusieurs centaines de kilomètres de leurs côtes. Les pirates, le plus souvent somaliens, délaissent désormais le golfe d’Aden, patrouillé par de nombreux bâtiments de guerre étrangers, pour lancer des attaques très loin de leurs côtes, notamment à proximité des Seychelles.

______________________ 1 – Mer et Marine Marchande avec AFP

Taïwan: contact perdu avec un bateau de pêche au large de la Somalie

Les autorités de Taïwan ont annoncé jeudi qu’elles avaient perdu le contact avec un bateau de pêche taïwanais au large de la Somalie et craignaient qu’il a été détourné par des pirates.

Le propriétaire du Jih-chun Tsai 68, un bateau de pêche de 80 tonnes, a perdu le contact avec l’équipage jeudi vers 13H00 locales (05H00 GMT) dans les eaux au large de la Somalie, a déclaré le ministère taïwanais des Affaires étrangères.

Les autorités craignent d’autant plus qu’il s’agisse d’un détournement que douze heures plus tôt, un autre bateau de pêche taïwanais, le Jui Man Fa, avait été attaqué au large de la Somalie par des pirates qui ont blessé un membre indonésien de l’équipage, ont expliqué des responsables du ministère.

Le Jui Man Fa a réussi à échapper aux pirates et se dirige vers les Maldives, et l’état de santé du blessé est stable, a précisé le ministère.

Taïwan a sollicité l’aide de l’Organisation maritime internationale (OMI) et de la marine américaine pour retrouver le bateau de pêche porté disparu, selon la même source.

Jeudi, le centre d’information sur la piraterie du Bureau maritime international (BMI) à Kuala Lumpur (Malaisie) a diffusé une mise en garde contre les risques de détournement au large de l’Afrique de l’Est après que cinq bateaux eurent été attaqués par des pirates somaliens lourdement armés.

Ces attaques continuent malgré le déploiement depuis décembre 2008 d’une force militaire internationale dans le golfe d’Aden et l’océan Indien pour protéger les voies de navigation.

Les actes de piraterie au large de la Somalie ont fait un bond en mars, les pirates profitant de la fin de la mousson et de conditions climatiques plus clémentes pour revenir dans l’océan Indien et le golfe d’Aden, avait indiqué mercredi la mission navale européenne Navfor.