13/06/10 (B556) Meeting de l’UAD à Djibouti le vendredi 11 juin. Les jeunes militants de l’UAD nous adressent un communiqué.

VENDREDI 11 JUIN 2010 PREMIER ULTIMATUM DE L’UAD

Nous, les jeunes militants(es) de l’UAD, nous sommes prêts(es) !

Vendredi 11 février 2010,


Illustration de Roger Picon
– Pour la quatrième fois,
les dirigeants de l’UAD, tous présents, ont démontré leur capacité à mobiliser leurs militants(es), afin d’œuvrer dans le strict intérêt de toutes les populations opprimées d’Obock à Ali Sabieh, de Tadjourah à Arta, de Dikhil à Djibouti.

– Pour la quatrième fois,
les dirigeants de l’UAD ont faire preuve de la même détermination à assumer le pouvoir.

– Pour la quatrième fois,
ils ont prouvé leur volonté de combattre directement, par tous les moyens efficaces et légitimes, ce régime qui se maintient par la force, au détriment du Peuple et de notre Patrie, au détriment de notre Patrimoine dévalisé et spolié.

Nous, Jeunes militants(es), nous jurons sur le Saint Coran de défendre avec abnégation notre Patrie et notre Patrimoine national.

Chacun de nos dirigeants a prononcé un discours sage et profond.

Tous les discours étaient francs et riches de conseils. Ce sont des discours qui ne peuvent que nous encourager à aller de l’avant sans peur et avec abnégation, sachant surtout que nous devons être prêt au sacrifice car notre combat est juste et qu’il est porteur d’avenir pour notre Peuple, placé sous le joug d’une Dictature « aux mains sales et pleines de sang ».

L’un de nos dirigeants, Farah Abadid Hildid, dans un Discours aux accents de Jean Jaurès (version en langue Somalie) nous a encouragé, en martelant qu’il ne fallait pas se tromper d’objectif. Il nous a encouragé en rappelant que notre seul et réel ennemi n’est pas la différence de Tribu, ni la différence d’Ethnie, mais le régime.

Il nous a demandé surtout d’éviter de nous tromper d’objectif.

Notre seul et réel ennemi est le régime pourri et corrompu dirigé par Ismaël Omar Guelleh.

C’est en ces termes que Farah Abadid Hildid a dit la Vérité :

« Savez-vous qu’Ismaël Omar Guelleh est désigné aujourd’hui en Somalie, sous le nom de “Boobe”, ce qui veut dire en langue Française “Pirate”, car c’est un pirate qui agit encore en toute liberté.

Depuis plus de dix ans il pirate nos concitoyens sur terre, sur mer et dans les airs ;

  • Oui, ce Boobe s’est approprié tous les Biens du Peuple (XOOLA UMMADDA) ;
  • Oui ce Boobe a piraté toutes les élections depuis plus de dix ans (DORRASHADA) ;
  • Oui ce Boobe a volé les Biens du Renouveau l’Organe de Presse du MRD ;
  • Oui ce Boobe a privatisé en son propre compte toutes les Institutions Etatiques et de toutes les Entreprises d’Etat (Hantida Dowladda iyo tii Ummada) »

Farah Abadid Hildid a terminé son Discours en donnant des preuves tangibles qui nous ont touchés, nous les Jeunes Militants et qui ont nous ont renforcés dans notre mobilisation.

« Je vous donne des preuves”, a-t-il ajouté :

Depuis dix ans, ce Boobe ne fait que créer des Associations Maison, des Agences d’Entreprise ou d’Assurance, qu’il contrôle pour se réserver la plus grande partie des recettes tout en ayant pris soin de les exonérer (à titre provisoire) des Impôts sur les Bénéfices ;

C’est ainsi qu’il a transformé le Programme du PNUD pour la lutte contre la Pauvreté dans une lutte contre les pauvres ;

Pour ruiner les pauvres commerçantes du secteur informel, pour mieux s’approprier les logements des Cheminots, ce BOOBE a créé une Agence Djiboutienne de Développement Social (ADDS) avec un Ministre surnommé « ministre 1000 FD ». En réalité cette Association de Malfaiteurs, financée par divers Bailleurs de Fonds et d’autres pays qui se disent nos amis, est en réalité l’Agence des Détournements des Dons Sociaux (ADDS) version populaire ;

Même le Département de l’Emploi et de la Main-d’œuvre du Ministère de la Solidarité nationale (Ministère du Travail) a été privatisé grâce à un nouveau Code du Travail qui a été officiellement et justement condamné par le BIT.

Ces « Xariiglay » ou tâcherons sélectionnent les quelques postes que les entreprises privées ont besoin de pourvoir. Mais les employeurs sont obligés de passer par ces intermédiaires sans pouvoir choisir leurs employé(e)s Djiboutiens(nes) sur la base d’aptitudes, de compétences et de motivation.

Les Entreprises Etrangères telles que la base Américaine doivent payer directement les salaires des travailleurs (ses) Djiboutiens(nes) à ces « Xariiglay » qui font automatiquement des retenus de salaires, qu’ils conservent scandaleusement à titre d’intermédiation.

En conséquence face à la mauvaise productivité de ces travailleurs imposés et non motivés, choisis uniquement le critère de la famille du RPP, le Camp Lemonnier préfère amener des Philippins, des Malaisiens etc.

Ce Boobe vient de faire le plus long trajet avec son avion « présidentiel basé en Afrique du Sud », le trajet le plus cher du monde avec (650 000 euros) accompagné de son épouse et de son « Bouffon » un certain Afweeney (grosse gueule) pour participer à la remise d’un diplôme universitaire à sa fille Habadow, alors que les Universitaires et les Professeurs Djiboutiens sont sans électricité et sans eau.

Farah Abadid a terminé en lançant un avertissement à ce Boobe qui se prend désormais pour un Emir. Rappelons que les Emirs n’ont pas besoin de l’argent sale de la Mafia Internationale car ils ont leur propre pétrole.

Farah Abadid nous a demandé, nous militantes et militants, de méditer sur les 11 millions d’euros dépensés pour sa Résidence à Paris alors qu’après les Accords de Paix en 2001 l’Union Européenne a déboursé à peine 2 millions d’Euros pour financer des logements sociaux.

Oui, nous jeunes militantes et militants de l’UAD, nous allons méditer et nous informer sur toutes les propriétés et terrains agricoles acquis par ce Boobe (dont les chiffres restent encore secrets) d’Ouganda au Soudan, d’Ethiopie en Afrique du Sud sans compter ses placements, y compris l’argent sale placé dans les paradis fiscaux.

Une Militante de l’UAD