20/07/10 (B561) Nouvelles de Somalie (2) – Cinquante-deux civils tués en sept jours de combats à Mogadiscio – Les USA misent sur l’impopularité d’Al Chabaab après Kampala – un humanitaire “détenu” et non enlevé, selon l’ONU – 14 civils tués dans un combat à Mogadiscio – (4 articles)

__________________ 4 – L’Express avec Reuters

Cinquante-deux civils tués en sept jours de combats à Mogadiscio

Les combats entre les islamistes de l’organisation Al Chabaab et les forces gouvernementales dans le nord de la capitale somalienne, Mogadiscio, ont fait au moins 52 morts et des dizaines de blessés parmi la population civile au cours des sept derniers jours, a déclaré une organisation de défense des droits de l’homme.

Les violences se sont intensifiées dans la capitale depuis que des kamikazes d’Al Chabaab se sont fait exploser et ont tué 73 personnes qui regardaient la finale de la Coupe du monde de football, à Kampala en Ouganda. Le conflit somalien devrait figurer en bonne place sur l’ordre du jour du sommet de l’Union africaine qui se tiendra cette semaine à Kampala.

Ce sont des soldats ougandais et burundais qui composent la mission de paix de l’Union africaine (Amisom), dont les 6.300 hommes protègent les sites clés de Mogadiscio.

"Les combats font rage sans relâche entre les forces gouvernementales et Al Chabaab dans le nord de Mogadiscio", a déclaré à Reuters Ali Yasin Gedi, vice-président de l’ONG des droits de l’homme Elman, basée en Somalie.

"Au moins 52 personnes ont péri et 129 autres ont été blessés dans les combats de cette semaine", a-t-il ajouté.

Abdi Sheikh,
Eric Faye pour le service français

__________________ 3 – Nouvel Obs avec Reuters

Les USA misent sur l’impopularité d’Al Chabaab après Kampala

Les Etats-Unis étudient les moyens de fomenter des divisions parmi les rebelles islamistes somaliens qui ont revendiqué les attentats à la bombe ayant coûté la vie à 73 clients d’établissements de Kampala qui suivaient à la télévision la finale de la Coupe du monde de football.

Le groupe Al Chabaab, qui combat le gouvernement intérimaire somalien soutenu par la communauté internationale, avait menacé de s’en prendre à l’Ouganda en représailles de sa participation à la Mission africaine en Somalie (Amisom), qui épaule l’armée régulière locale.

Un responsable américain qui souhaite rester anonyme a confié lundi que les alliés de Mogadiscio discutaient de la possibilité d’étendre le mandat de l’Amisom pour lui permettre de prendre l’initiative contre les rebelles. Elle n’est autorisée actuellement à recourir à la force qu’en cas de légitime défense.

Prié d’expliciter la stratégie des Etats-Unis face à la rébellion islamiste, ce responsable a précisé qu’ils tentaient de la diviser, bien que ceci s’avère délicat en raison de l’hostilité viscérale des Somaliens aux ingérences étrangères.

"Nous savons que rien ne les galvanise plus qu’une immixtion extérieure, si on ne fait pas preuve de prudence", a-t-il dit.

"Nous sommes en quête du meilleur moyen d’exploiter leurs divisions. Mais, en même temps, si on ne fait pas cela correctement, on risque d’aboutir à l’effet inverse, qui serait de resserrer leurs rangs."

Al Chabaab comprend aussi bien des nationalistes somaliens que des combattants étrangers qui s’inspirent des méthodes d’Al Qaïda. "Forment-ils un groupe authentiquement somalien, à ce stade, ou ne sont-ils que les marionnettes d’un groupe extrémiste extérieur? C’est ce que nous nous efforçons de tirer au clair", confie le responsable américain.

Il semble que le mouvement se rapproche de plus en plus des méthodes d’Al Qaïda et les Etats-Unis souhaitent enrayer cette dérive avant qu’elle ne déteigne sur les combattants de base d’Al Chabaab.

Le million et demi de Somaliens de la diaspora, qui envoient un milliard de dollars annuellement dans leur pays, seraient ainsi en position d’user de leur influence pour attiser l’antipathie envers les extrémistes islamistes qui existe au sein de la population.

Il y a de "fortes chances" que cette tendance s’affirme car les Somaliens exilés en Occident s’irritent de la plus grande surveillance policière dont ils font l’objet dans leurs pays d’accueil depuis les attentats de Kampala.

Si cela nuit à leurs commerces et qu’Al Chabaab met en danger le flux de leurs versements d’argent, il s’aliénera un peu plus la population, espère le même interlocuteur américain.

William MacLean,
Marc Delteil pour le service français,
édité par Gilles Trequesser

__________________ 2 – AFP

Somalie: un humanitaire "détenu" et non enlevé, selon l’ONU

Le Service de l’action antimines des Nations Unies (UNMAS) a indiqué lundi dans un communiqué, qu’un Somalien, sous contrat avec l’UNMAS, était détenu par les autorités locales en périphérie de Mogadiscio.

Un collègue et un proche de Said Moalim Bashir avaient rapporté dimanche à l’AFP son enlèvement à un barrage entre Mogadiscio et Teredishe, une localité en périphérie de la capitale abritant des milliers de familles de déplacés. Cette zone est contrôlée par les insurgés islamistes somaliens.

L’UNMAS a précisé dans son communiqué que son collaborateur n’avait pas été enlevé mais qu’il était "détenu par les autorités locales".

"Les autorités locales ont été contactées et des discussions sont en cours pour dissiper le malentendu", a expliqué l’UNMAS dans son communiqué, qui précise que M. Bashir est en bonne santé.

Un de ses proches avait expliqué dimanche à l’AFP que son véhicule avait été intercepté près d’un camp de déplacés par des hommes en arme.

__________________ 1 – Afriscoop.net avec XINHUA

Somalie : 14 civils tués dans un combat à Mogadiscio

Au moins 14 civils ont été tués et 23 autres blessés lundi dans un combat entre des insurgés somaliens et les forces gouvernementales à Mogadiscio, la capitale somalienne, ont rapporté des médias.

Le combat, qui s’est déclaré dans le nord-est de Mogadiscio dimanche soir, se poursuit ce lundi.

On ne dispose pas d’autre détail sur les violences.

Cette évolution intervient alors que le gouvernement somalien a annoncé dimanche qu’il allait renforcer la sécurité dans la capitale, en réponse à la revendication par un groupe islamiste local des attentats meurtriers perpétrés la semaine dernière à Kampala, la capitale ougandaise.

D’importantes forces de sécurité ont été déployées dans les principaux carrefours à l’intérieur de la zone sous contrôle gouvernemental à Mogadiscio, où les soldats contrôlent les piétons et les véhicules pour retrouver des armes et des munitions illégales.