20/07/10 (B561) Yémen Express – La mise en garde d’Al-Awlaki – arrestation de plus de 30 membres présumés d’Al-Qaïda – La rébellion chiite soutient un accord – Pouvoir et opposition jettent les bases pour un dialogue national – Le Yémen va libérer plus de 400 insurgés (5 articles)


__ 5 – Radio Canada avec AFP / AP / Courrier international

La mise en garde d’Al-Awlaki

Dans un message diffusé sur un site Internet islamiste, Anwar Al-Awlaki, un religieux yéménite né aux États-Unis, a averti mardi le président Barack Obama que le Yémen risquait de devenir un nouvel Irak ou Afghanistan pour les Américains.

Quelques jours avant la diffusion de ce message, Al-Awlaki avait été placé par le Trésor américain sur sa liste noire en tant que « terroriste international », ce qui a pour conséquence de geler tout avoir qu’il pourrait posséder aux États-Unis.

« Si l’on se souvient de George W. Bush comme du président qui a enlisé l’Amérique en Afghanistan et en Irak, il semble que d’Obama on dira : “Voilà le président qui a enlisé l’Amérique au Yémen” », dit Al-Awlaki dans son message.

« Obama a déjà engagé sa guerre au Yémen avec le bombardement aérien d’Abian et de Chaboua », a-t-il poursuivi, en faisant allusion à deux provinces du sud du Yémen où des pilonnages ont pris pour cible des éléments d’Al-Qaïda.

L’administration américaine a accru son aide au Yémen, où les autorités sont aux prises avec la branche régionale de la nébuleuse terroriste Al-Qaïda dans la péninsule arabique. En avril, Washington a autorisé le lancement d’opérations pour tenter de capturer ou de tuer Al-Awlaki.

Nouvelle vedette d’Al-Qaïda

Né au Nouveau-Mexique de parents yéménites, Anwar Al-Awlaki figure déjà sur une liste de cibles devant être arrêtées ou tuées, qui a été établie par le gouvernement américain.

Plusieurs personnes soupçonnées de planifier des attentats seraient inspirées par le discours de ce religieux, établi au Yémen depuis plusieurs années.

Âgé de 38 ans, il n’a jamais été accusé d’avoir personnellement posé des bombes. Mais les spécialistes du terrorisme estiment que son discours persuasif, en anglais, a contribué à pousser des musulmans occidentaux vers le terrorisme.

Il aurait échangé des courriers électroniques avec le psychiatre de l’armée accusé d’avoir tué 13 personnes en novembre dernier à Fort Hood, au Texas.

________ 4 – Quotidien du Peuple (Chine) avec XINHUA

Yémen: arrestation de plus de 30 membres présumés d’Al-Qaïda

Les forces de sécurité du Yémen ont arrêté plus de 30 membres présumes d’Al-Qaïda au cours d’une opération de ratissage dans deux provinces, a annoncé vendredi l’agence de presse yéménite Saba.

“Les opérations de sécurité contre Al-Qaïda ont conduit à l’arrestation de 19 suspects dans la province de Marib et 11 autres dans la province de Hadramount”, a déclaré le ministre de l’Intérieur Mutahar al-Marsi.

Selon le ministre, les tribus dans les deux provinces ont collaboré avec les forces de sécurité pour déloger les terroristes, suite à des attaques contre les installations pétrolières et les forces de sécurité dans la région.

Le Yémen fait face à une une résurgence des activités d’Al- Qaïda sur son territoire.

_________________ 3 – Europe 1

Yémen: La rébellion chiite soutient un accord

La rébellion chiite au Yémen a exprimé lundi son “soutien” au récent accord entre le parti au pouvoir et l’opposition sur l’amorce d’un dialogue national dans le pays, confronté à un mouvement séparatiste sudiste et à la violence d’Al-Qaïda.

Cet accord a été signé par le Congrès populaire général (CPG), au pouvoir, et le Forum commun, qui réunit plusieurs formations d’opposition parlementaire dont le parti Al-Islah, principal groupe islamiste, et le Parti socialiste yéménite (PSY).

Il porte sur la mise en œuvre d’un accord de février 2009 pour un dialogue national, devant sortir le Yémen, pays pauvre et à structure fortement tribale, d’une crise accentuée par un renforcement de la présence d’Al-Qaïda et un mouvement séparatiste dans le sud.

_________________ 2 – L’Orient – Le Jour (Liban)

Pouvoir et opposition jettent les bases pour un dialogue national

Le Congrès populaire général (CPG), parti au pouvoir au Yémen, et les partis de l’opposition parlementaire ont signé samedi un accord d’entente en vue d’un dialogue national, un geste salué par le président Ali Abdallah Saleh. L’accord d’entente a été signé par le CPG et le Forum commun, qui réunit plusieurs formations d’opposition, dont le parti al-Islah, principal groupe islamiste, et le Parti socialiste yéménite (PSY).

« C’est un pas positif vers la détente politique (…), nous débutons une nouvelle étape », a déclaré, à l’issue de la signature du texte, le président Saleh. « Nous sommes dans le même bateau et nous devons naviguer ensemble », a encore dit M. Saleh. Pour le faire avancer, « il doit y avoir une direction composée de tous les partis politiques et j’avais dit lors de mon discours en mai que la contribution de tous les partis politiques du Yémen était la bienvenue », a-t-il ajouté.

Le 21 mai, à l’occasion du 20e anniversaire de l’unification du Yémen, le président Saleh avait invité toutes les formations politiques « à l’intérieur et à l’extérieur » du Yémen à un « dialogue national responsable, dans le cadre des institutions constitutionnelles ».

Le Yémen, pays pauvre de la péninsule Arabique, est confronté à un mouvement sudiste séparatiste et à un renforcement d’el-Qaëda, alors qu’un nouvel épisode de la guerre avec les rebelles chiites a abouti à une trêve en février dernier. Sur ce plan, le gouvernement yéménite a décidé de libérer plus de 400 prisonniers, principalement des membres de groupes rebelles du nord du pays, a annoncé samedi un dirigeant de l’opposition.

Toutefois, les rebelles chiites dénoncent le refus du gouvernement d’appliquer la trêve qui prévoit la libération de tous les insurgés prisonniers. Sur leur site Internet, les rebelles accusent l’armée d’être responsable d’une embuscade qui a coûté la vie à trois de leurs membres vendredi. Le Yémen doit faire face aux pressions des gouvernements occidentaux, mais également de l’Arabie saoudite, pour mettre un terme à ses conflits internes et pour lutter contre el-Qaëda.

_________________________ 1 – JDD

Le Yémen va libérer plus de 400 insurgés

Le gouvernement yéménite, qui tente d’instaurer un dialogue avec les formations de l’opposition, a décidé de libérer plus de 400 prisonniers, principalement des membres de groupes rebelles du nord du pays, a annoncé un dirigeant de l’opposition samedi. Une coalition de l’opposition et le Congrès général du peuple (CGP), parti au pouvoir, ont signé samedi un accord créant une instance qui aura pu mission d’abriter un débat national, rapporte la presse locale.