08/09/10 (B568) Radio-Trottoir – Les lecteurs nous informent – 1 – Multiplication des rafles en Ville et des arrestations illégales dans les centres de Nagad e Guelilleh // 2 – Précisions et rectification : IOG et Paulette en seraient venus aux mains à propos d’Ollayeh, représentant à l’étranger de la nébuleuse, mais qui n’est plus “persona grata” en son pays.

_________________ 1 – Multiplication des rafles en Ville et des arrestations illégales dans les centres de Nagad e Guelilleh

Permettez-moi d’abord de vous remercier pour le combat que vous menez aux côtés des Djiboutiens. C’est un travail honorable que je respecte beaucoup. Vos information sont très souvent justes et confirmées dans la majorité des situations, ce qui n’est pas toujours sur les autres sites que je consulte.


Je vous écris parce que j’ai remarqué que de vastes operations de rafle sont commises à Djibouti-Ville en ce moment et qu’elles ont tendance à se multiplier.

Le plus grand nombre des victimes semble être de nationalité éthiopienne. Ces gens sont ramassé dans les rues, pour être (soi-disant) renvoyées dans leur pays d’origine. La réalité est bien différente, car elles sont placées, en toute inégalité, en détention dans l’un des deux centres “Nagad et Guelileh”.

Je les appelle “les goulag”. Ces personnes sont incarcérés abusivement durant des périodes indéterminées, mais souvent interminables. Elles sont contraintes d’accomplir “des travaux forcés” soit à l’intérieur des Centres, soit dans les arrondisements de la capitale.


A cela il faut ajouter que ces personne subissent des actes de torture et de viols collectifs, surtout à Guelileh où des jeunes filles et des femmes sont abusées par les hommes.

Je sollicite, Jean Paul Abdi Noel, pour qu’il enquête sur ces points et qu’ils informent l’opinion internationale sur ces actes cruels, dégradants et inhumains qui sont commis en toute illégalité et en toute impunité pour le moment.



PS L’équité commande de préciser que les viols et les tortures ne sont pas exercées uniquement à l’encontre des Ethiopiens mais qu’elles concernent aussi des Somaliens et des Afar.

Ce n’est qu’à titre d’exemple que j’ai pris le cas des Ethiopiennes parce que ce sont elles qui sont souvent violées le plus régulièrement par les agent de police, en charge de la sécurité des camps de rétention.

_____________________ 2 – Précisions et rectification : IOG et Paulette en seraient venus aux mains à propos d’Ollayeh, représentant à l’étranger de la nébuleuse, mais qui n’est plus “persona grata” en son pays.

Il me semble que je doive apporter des précisions qui infirment partiellement le message de “Madame Fadouma représentante de l’UMP” qui a été publié sur le site.

J’ai acquis la certitude, grâce à l’un de mes amis sur place, que l’Ambassadeur Olhayeh est retourné à Whashington et que rien ne puisse laisser supposer qu’il pourrait être mis à la retraite dans les prochains mois.

Quant au fait que Djama Haid puisse lui succéder : j’ai bien compris que c’était une plaisanterie et j’ai apprécié le clien d’oeil au passage.

Il faut savoir que Kadra avait interdit à Ollayeh de mettre les pieds à Djibouti.

S’il est venu malgré tout, c’est parce qu’il avait reçu des assurances personnelles d’IOG.

Il est bien confirmé qu’Ollayeh n’est plus dans “les petits papiers” de Paulette, mais IOG aurait refusé de mettre un terme à sa carrière. Selon son habitude, Paulette avait déjà choisi un homme de sa tribu Issak pour le remplacer.

Comme IOG a dit non à ses ambitions. Le couple s’est fortement opposé sur ce point. Ils se seraient même battus à ce propos. Mis à la porte par Paulette, IOG se serait réfugié au Sheraton pour y dormir …

En revanche, Issa Bouraleh, le premier conseiller de l’Ambassade aux USA pourrait etre mis à la retraite prochainement.