05/10/10 (B572) Vérité -> agissons dès aujourd’hui pour jeter le tyran et ses mongoles à la porte du pays afin de retrouver nos libertés, la fraternité entre les communautés, du travail pour les jeunes et une solidarité active et efficace pour nos ainés.

De nos jours, la situation à Djibouti est chaotique. Le régime n’est pas stable, le Roi et ses “obligés” ont perdu leurs repères. Dans l’ensemble, rien ne fonctionne plus au sein de l’administration du chamelier.

Le pays est bord d’un gouffre et pire au bord d’un guerre civile. A cause d’un homme qui refuse de voir la réalité, d’écouter les doléances du peuple qui dit non au 3ème mandat.

Au pays, chers frères, la vie de nos concitoyens est menacée et la population est en situation de mort lente :

  • la vie sociale n’existe pratiquement plus,
  • les jeunes sont confrontés au chômage,
  • l’économie est en panne,
  • la justice est précaire et aléatoire, soumise au régime,
  • l’insécurité grandit chaque jour et surtout chaque nuit,
  • les libertés sont bafouées,
  • la drogue se généralise à tous les coins de rue pour asservir la jeunesse,
  • les malades et les personnes âgés sont abandonnés,
  • la vie communautaire est divisée par des bases clanniques

Le régime, pour se maintenir, a suscité les divisions ethniques. Partant de cette politique, il n’a pas pu garantir le minimum de vie soicale et économique ni une politique saine pour que le pays retrouve sa compétitivité et la place qu’il mérite dans le concert des nations.

IOG s’entoure des hommes de son clan, des warabeys, des mafiosi et surtout de grands bandits au passé sulfureux pour gérer le pays et pour représenter le peuple. Avec eux il a étouffé la liberté et il piétinne les droits des citoyens.

Ces derniers chouchous nommés par IOG, sont en réalité des machines à broyer. Avec leurs dents d’acier, ils détruisent l’unité, la société, la culture et l’harmonie entre les communautés. Ils sont connus, depuis leur jeune âge, pour leur servilité face aux plus forts et leur inhumanité face aux plus faibles. Intérêt collectif, justice, fraternité, responsabilité sont des mots dont ils ignorent même le sens. Leurs seules compétences, c’est leur capacité à servir le régime à n’importe quel prix.

Ces jeunes ministres, directeurs et chefs de service sont tous nommés par le dictateur et ils sont dociles. Ils appliquent à la lettre les ordres de Qabayo et de ses proches. Ils développent des postes (souvent inutiles) au sein de leurs services pour accueillir les descendants du clan au pouvoir et pour soutenir les actions du dictateur et de son épouse.

La majorité de leur temps de travail est mobilisé par la façon la plus efficace et la plus rapide pour détourner les budgets de leurs services. Alors qu’ils devraient mettre l’autorité que leur confère leurs titres au service de la communauté toute entière et de l’amélioration des conditions de vie : santé, éducation, logement, emploi. Eh bien non, ils se consacrent pleinement à :

  • construire des grandes villas pour accroître leuir patrimoine,
  • cautionner des grandes sociétés étrangères, moyennant “commissions”,
  • contraindre les banques de la place à blanchir leur argent sale, mal acquis,
  • acheter des châteaux ou de somptueux domaines à l’étranger,
  • investir dans des banques, des hôtels de luxe à Dubaï ou en Europe,

Chers frères, il est urgent que les citoyens réagissent rapidement, avec fermeté, pour stopper le système qui dilapide nos richesses et les réserves destinées à la population. Ce régime endette les citoyens qui devront rembourser les dettes colossales empruntées pour être détournées ensuite, sans aucun bénéfice pour la communauté.

Chers leaders, cadres et jeunes, n’attendez plus ! Votre intertie serait désastreuse pour les libertés du peuple et l’avenir de sa jeunesse. Organisez- vous dans l’unité pour manifester dans la rue et montrer que vous êtes décidés à conduire le peuple vers sa libération de la tyrannie.

Djibouti est un petit pays. Les communautés se connaissent parfaitement. Tout se sait. L’identité de chaque profiteur ou de chque collaborateur au service de la dictature qui a bénéficié d’un enrichissement rapide injustifié ou illégal, est connue !

Quand un membre de la communauté, qui a reçu un maigre héritage de ses aieux, devient un homme opulent : on sait très bien ce qu’il a été contraint d’accepter et de faire contre le peuple, en échange de son enrichissement. au lieu de venir en aide aux jeunes contraints à l’oisiveté et aux vieux qui sont démunis.

Chers citoyens, sans votre action, sans vos démarches, sans votre refus de l’insupportable, des gens honnêtes, des cadres scrupuleux, des leaders chevronnés perdront leur vie sous vos yeux. Quand vous le comprendrez enfin, il sera trop tard. Ils auront été assassinés et le pays sera déinitivement et irrémédiablement ruiné, sans cadre ni structure pour remonter la pente.

Chers frères, saisissez l’opportunité qui vous est offerte. Actuellement, le régime est à son plus bas niveau. Il n’a plus ni l’estime ni la confiance de la communauté internationale. Il est aux abois. Les crimes commis sont connus et montrés d’un doigt vengeur par les hommes libres des pays fréres et amis. Le chamelier, fils de l’Oued n’a plus aucune chance de convaincre qui que ce soit.

Agissons dés ce soir. Sinon demain IOG tombera, mais il nous entraînera dans sa chute infernale et nous serons incapables de l’enrayer.