11/10/10 (B573) Le Puntland à la Pointe Somalie: des pirates enlèvent un ministre du Puntland (AFP)

Des pirates présumés ont enlevé lundi le ministre des Pêches et des infrastructures maritimes de la région somalienne autoproclamée autonome du Puntland (nord-est), Mohamed Rage, a-t-on appris de source sécuritaire et auprès d’un notable du Puntland.

“Nous recevons des informations selon lesquelles les pirates ont réussi à capturer le ministre et plusieurs de ses gardes armés alors qu’il tentait de fuir une intense fusillade”, a déclaré à l’AFP un responsable de sécurité installé à Garowe (Puntland), Mohamed Abdirasak.

“Nous ne savons pas où les pirates l’ont emmené mais ils (le ministre et ses gardes) sont entre leurs mains et les forces de sécurité (du Puntland) préparent actuellement une opération de sauvetage”, a-t-il ajouté.

Plus tôt lundi, le ministre de l’Intérieur du Puntland Ali Yusuf Ali avait annoncé à la presse que M. Rage était tombé dans une embuscade tendue par des pirates lourdement armés alors qu’il tentait de se rendre dans la localité de Garaad, sur la côte de l’océan Indien.

“Le ministre se rendait là-bas pour rencontrer des notables quand il a été attaqué. Il est sain et sauf, et sur le chemin du retour” vers Garowe, l’une des principales villes du Puntland, avait assuré M. Ali, précisant qu’un des gardes de M. Rage avait été tué et un second blessé dans l’embuscade.

Selon une source sécuritaire et un chef coutumier de la région, le ministre a finalement été enlevé alors qu’il tentait de rejoindre Garowe après la première fusillade.

Abdirahman Muhidin, un notable d’une localité située à proximité des affrontements a ainsi expliqué à l’AFP que des dizaines de pirates armés de lance-roquettes et de fusils d’assaut avaient prêté main forte au groupe qui avait tendu l’embuscade pour finalement neutraliser l’escorte du ministre.

“Ils ont pris le dessus sur ses hommes et ont saisi les véhicules. Selon nos informations, il est désormais leur otage”, a déclaré M. Muhidin.

Plusieurs sources officielles du Puntland, interrogées lundi soir par l’AFP, ont refusé de commenter cette information.