23/10/10 (B575) Réuni en urgence, le comité directeur du Prestigieux Ordre des Brosses à Reluire était appelé à se prononcer sur deux dossiers qui lui étaient soumis. Francis Gillery et Françoise Mouline sont cooptés à l’unanimité et salués par une “standing ovation” pour leur soutien personnel à l’instauration d’une royauté à vie en principauté de pacotilles. (Reportage exclusif de l’ARDHD – Humour)

Mohamed Dileita, Président de l’Ordre a tenu à saluer tous les membres qui avaient spontanément répondu présents à sa convocation.

Mohamed Dileita a expliqué que l’Assemblée avait à statuer sur deux dossiers de candidature qui, fait exceptionnel, sont soutenus par le Président de la République, Monsieur Ismaël Omar Guelleh, en personne.

Aussitôt, il a lu un bref message de la Présidence à destination des membres de l’Ordre.

Mes chers Camarades,

C’est à votre conscience individuelle et à votre indépendance d’esprit que je m’adresse aujourd’hui pour apporter mon soutien personnel à la candidature de Madame Mouline et de Monsieur Gillery.

Si je me permets d’intervenir personnellement, ce que je n’avais jamais fait depuis la création de votre Ordre prestigieux, c’est parce que ces deux hautes personnalités françaises ne se sont pas exprimées à mon sujet.

Le paradoxe est là.

Elles n’ont rien dit sur moi et c’est en cela qu’ils ont apporté une pierre magistrale à l’édifice que nous construisons tous ensemble : la royauté héréditaire.

Sachant que, fidéles à vos principes et à votre passé, vous aurez à coeur de continuer à me servir avec zèle et dévouement, vous coopterez ces deux personnalités. J’ai décidé que ma personne sacrée remettrait les insignes à M. Gillery au titre de sa contribution prodigieuse pour embrouiller l’enquête sur la mort du Juge Borrel et pour me disculper aux yeux de l’opinion publique.

Le reportage, dont il est l’auteur, est un chef d’oeuvre. Sans ne jamais rien apporter de nouveau, sans ne jamais mentir, il distille un venin délicat : celui du doute.

Enfin, bien que ce soit trivial, je tiens à vous rappeler que ce tournage a demandé de gros efforts, tant à la République de Djibouti qu’à la République française et qu’il faudra l’utiliser au mieux de nos intérêts, pour que le retour sur investissement soit à la hauteur des dépenses et du cachet exceptionnel de Francis Gillery, mercenaire des “Grands”.

Vive la corruption
Vive l’asservissement du Peuple
Vive la royauté héréditaire

Son Excellence Ismaël Omar Guelleh
Futur Roi de Djibouti

– Bien que très fatigué par la maladie qui le ronge actuellement, Yacin Elmi Bouh a tenu à prendre la parole pour rappeler l’importance du film dans la communication présidentielle, à la veille de l’annonce de la troisième candidature du bienfaiteur des élites dévouées.

Il a ajouté que la grande habileté de Monsieur Gillery, avait été de ne jamais donner la parole à Ismaël Omar Guelleh, pour que le public oublie son implication éventuelle dans la mort du juge et surtout d’utiliser le témoignage d’Elisabeth Borrel et de ses voisins, pour laisser entendre que c’est elle, la victime, qui serait non pas la coupable, mais une menteuse qui occulte la vérité … Il a salué au passage la performance de Mme Morrachini, qui a su transformer une sanction “son déssaisissement” en une mesurette destinée à calmer l’opinion publique.

Au final, il a recommandé à chaque membre de voter en faveur de la cooptation de Francis Gillery dans l’Ordre.

– Djama Souleiman a tenu à présenter la candidature de Madame Françoise Mouline. Saluant le courage de cette femme, dont le mari a refusé de s’exprimer, (probablement par peur de dire encore des bêtises ?), elle a pris en main, avec courage, la défense de la réputation de sa famille. Et de quelle main de maître ! Détournant les spectateurs du problème principal, non seulement elle a fait l’apologie d’un écclésiastique pédophile, mais elle a ruiné les arguments d’Elisabeth Borrel en une phrase ciselée au diamant … Il fallait oser le faire ! Et tout cela pour soutenir l’oeuvre et les ambitions de notre Président Ismaël Omar Guelleh. C’est pourquoi je recommande de la coopter sans délai dans notre ordre prestigieux. En synthèse, il a cité cette phrase qui restera gravée dans la mémoire collective : “Madame Borrel est quelqu’un qui s’acharne … ”

Invité à donner son sentiment, Djama Mahamoud Haïd a prié ses collègues de l’excuser. Compte-tenu du climat actuel au sein du couple présidentiel et de son dévouement à sa soeur Kadra, il ne lui était pas possible de s’exprimer dans ces circonstances.

Djama Ali Guelleh
a demandé la parole pour exprimer son admiration sans borne à Francis Gillery et il a ajouté que son reportage était un monument, un chef d’oeuvre qui devrait être récompensé par la Palme d’Or et être admis au Panthéon de l’arnaque intellectuelle. Aucun témoignage n’aurait pu être aussi utile, pour garantir la pérennité de l’opppression des couches défavorisées de la population, de la suprématie du clan Guelleh sur les populations et l’instauration à court terme du principe de la souveraineté hériditaire.

_____________________________________________

C’est à la majorité absolue que les deux impétrants ont été cooptés dans l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire de la République de Djibouti.

Françoise Mouline, qui faisait anti-chambre, a été invitée à rejoindre la salle des délibérations pour être acclamée par tous les membres. Aref Mohamed Aref a tenu à lui remettre personnellement les insignes de son grade.

Madame Françoise Mouline, épouse éminente
d’un grand serviteur de l’Etat Français, protecteur de la dictature djiboutienne, je vous éléve,
en vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés,
à la dignité de Chevalière
de l’Ordre des Brosses à Reluire.

Je vous remets les nouveaux insignes de votre dignité, que vous devrez porter
désormais en toutes circonstances.

Désormais nous vous reconnaîtrons sous votre nouveau nom “Danse avec les loups”.

_________________________________________

Francis Gillery a été élevé au Grade de “Mercenaire des élites dominantes” . Il a reçu les insignes de son grade qui lui ont été remis par Ismaël Omar Guelleh. Rappelons que seul Djama Ali Guelleh avait bénéficié de cette faveur exceptionnelle dans le passé.

Monsieur Francis Gillery, en vertu des pouvoirs que je me suis attribué, j’ai le plaisir et l’honneur de vous remettre les insignes de l’Ordre prestigieux des Brosses à Reluire, qui a voté à l’unanimité votre cooptation pour services rendus à la tyrannie que je dirige depuis dix ans.

Vous porterez désormais le Grade de “Mercenaires des élites dominantes”.

_________________________________________

A la fin de la cérémonie, nos observateurs ont pu surprendre des petites phrases qui étaient échangées par les Chevaliers de l’Ordre et en particulier celles-ci. Si nous nous interrogeons encore sur le sens profond de cette phrase, nous ne pouvions omettre de la citer : “Ils nous ont coûté fort cher, mais nous en avons eu pour notre argent…”