26/11/10 (B579) Contrairement aux usages feutrés de la “carrière”, les diplomates djiboutiens s’emportent parfois avec une rare violence (cf le 15/10/10). C’était avant le piège tendu à IOG lors de son déplacement au Yémen, qui l’avait, lui aussi, beaucoup irrité !!! (Info lecteur)

Le coup de gueule de Mohamoud Ali Yousouf

D’habitude calme et posé, le ministre des affaires étrangères, Mohamoud Ali Yousouf s’est laissé emporter face à l’émissaire du Qatar le 15 octobre dernier.

Officiellement, durant sa visite, l’émissaire de l’émir du Qatar, qui est aussi ministre délégué aux affaires étrangères a transmis un message verbal au président Guelleh. Ce message portait sur la médiation du Qatar entre Djibouti et l’Erythrée.

Apparemment, c’est la teneur du message qui a énervé Mohamoud Ali Youssouf. En effet, il parait que l’émissaire du Qatar est venu informer les autorités djiboutiennes sur deux points :

1- Que l’Erythrée n’a pas les 9 prisonniers que Djibouti réclamaient sans cesse dont le colonel Ali Aden, un proche du général Zakaria.

2 – Que Djibouti doit dorénavant prendre un avocat, au même titre que l’Erythrée, pour plaider sa cause devant les tribunaux internationaux. Comme si l’Erythrée reconnaissait et respectait quiconque.

Alors, en quoi consistait la médiation du Qatar ?

Rien n’a changé sur le front. Les deux armées ont certes reculé, mais elles sont toujours massées des deux côtés de la frontière, à environ cinq kilomètres.

Les efforts du Qatar ne se limitent pas seulement à s’interposer entre les 2 parties sur le front, mais à trouver une issue diplomatique aussi. On parle même d’un projet de tracé de la frontière que le Qatar souhaiterait proposer au conseil de sécurité de l’ONU ; le même tracé que Google Earth.

En tout cas, ce n’est pas la première fois qu’un pays fait appel à Internet. On se rappelle de la prestation d’un certain Colin Powel, secrétaire d’état américain, devant le conseil de sécurité de l’ONU en février 2003.