29/11/10 (B580) LDDH / Appel urgent en faveur des cheminots, sans travail et sans salaire depuis plus de six mois.



Le Président

NOTE D’INFORMATION DU 28 NOVEMBRE 2010

Témoignage d’un Syndicaliste Cheminot.

Nul ne peut ignorer que depuis l’accession
au pouvoir de l’actuel président qui se dit :
“je suis fils de cheminot”
la Compagnie du chemin de fer n’existe plus.

La triste et honteuse réalité de misère est palpable, les stigmates de souffrance sont visibles dans la gare et descriptibles sur les visages de ces pauvres cheminots qui fuient leurs foyers pour ne pas entendre le cri de leurs enfants affamés.

D’entendre ou de voir diffuser les fallacieuses promesses de ce président indifférent à l’égard de notre situation qui continue à grossir les abcès en profondeur des Cheminots.

Il est inutile d’attendre de ce gouvernement, qui a déjà bradé notre patrimoine et nos logements, qui nous a donné des denrées alimentaires périmées, qui depuis bientôt six mois nous laisse sans salaire.

Il est inutile d’attendre quoi que ce soit d’un gouvernement irresponsable qui ne fait que des promesses qu’il ne tienne pas debout.

Le moment est venu de prendre conscience que ce régime qui ne pense qu’à s’enrichir et n’hésite pas à réprimer dans des conditions insupportables les pauvres cheminots emprisonnés encore une fois à Nagad aujourd’hui 28 novembre 2010 pour avoir exigé le paiement de leurs salaires et des arriérés de six mois de salaires ;

La République de Djibouti, qui est chargée d’un tronçon de moins de 120 Km et 250 Travailleurs, n’arrive àpas à trouver une solution adéquate, tandis que l’Ethiopie qui gère plus de 750 km et 15OO Travailleurs a trouvé une solution par la mise en place d’une société qui s’est engagée de payer les arriérés de salaires et l’indemnisation des retraités et doit payer jusqu’à nouvel ordre les salaires des employés.

Les travailleurs du Chemin de Fer continueront leur combat jusqu’à la régularisation de leurs indemnités sociales ainsi que le paiement régulier de leurs salaires.

Aux Cheminots du monde entier d’entendre notre détresse notamment les Cheminots de la France qui connaissent bien notre Chemin de Fer qui s’appelait à l’époque (CFE) puis le Chemin de Fer Djibouto-Ethiopien ( CDE) ».

Observations de la LDDH

La Ligue Djiboutienne est sidérée de l’arrestation de ce matin de plus de 100 Cheminots qui sont venus de Gallileh, Ali Sabieh jusqu’à Chebelle pour percevoir au moins une parti e de leurs arriérés de salaires.

En effet, lors de la ballade du Chef de l’Etat au Yémen pour suivre une compétition de football au côté de son homologue Erythréen, paraît-il ennemi, même si par la suite le Ministère des Télécommunications aurait fait un démenti même si les photos de la Télévision Yéménite a bel et bien montrer les trois Chefs d’Etat assis côte à côte,

Le même jour les pauvres Cheminots affamés se sont rendus pour la deuxième fois au Palais présidentiel pour manifester leur désarroi.

Le Directeur général du Cabinet M. Ismaël Tani s’est rendu en personne pour leur dire qu’ils seront payés dès le retour d’Ismaël Omar Guelleh

Fort de cette promesse les travailleurs du rail sont venus chercher leurs
salaires à la Direction de la Gare.

Face à l’impossibilité par manque de liquidités et l’indécision du gouvernement
incapable de trouver une solution.

Les pauvres Cheminots n’ayant aucun moyen de locomotion se sont couchés sur la route face à la gare, qui est une route principale menant non loin de l’Ambassade de France et en direction du Port.

Immédiatement la Garde Républicaine est venue les embarquer manu militari car
c’est le chemin qu’empreinte Monsieur Ismaël Omar Guelleh.

On ne sait pas si les Cheminots ont été torturés ou non car pendant plusieurs
heures on ne savait pas où ils étaient, et, actuellement ils ont été déportés à
Nagad où des Policiers Somaliens s’entrainent.

Par conséquent

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) exige du candidat illégal à un troisième mandat de relâcher immédiatement et sans condition tous les travailleurs Cheminots abusivement incarcérés d’abord dans un Centre secret puis dans l’Ecole de la Police comme en Argentine dans l’Ecole de la Marine durant la dictature.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) demande au Gouvernement le paiement immédiat de tous les salaires des Cheminots alors que l’Etat prend en charge la Société Daalo Airlines en principe Somalilandaise qui compte trente (30) employés en injectant comme subvention la somme de trois (3) millions de dollars, c’est à se demander si l’homme d’affaire Ismaël Omar Guelleh est aussi actionnaire principal comme pour la SomCable avec le prête nom d’un Somalilandais d’après le Journal « Hadhwanaag de Hargeisa »

Lance un appel pressant à la Caisse de Développement de France et à l’USAID
d’apporter un soutien financier aux Cheminots en détresse.

NOEL ABDI Jean-Paul