24/12/10 (B584) Les interviews (presque) imaginaires de l’ARDHD. L’animateur de Djibouti 24 reçoit un journaliste de Radio-Trottoir. (Humour – ARDHD)

L’équipe de Radio-Trottoir a sollicité une interview du principal animateur de Djibouti 24, qui a accepté de la recevoir dans un lieu secret, qu’il nous est interdit de dévoiler. Appelons-le M. Mahamed Youssouf, puisque c’est la fausse identité qu’il a utilisée pour enregistrer le nom de domaine. Nous le nommerons l’inconnu durant l’interview

Premier constat : à sa façon de s’exprimer, c’est bien un Djiboutien qui attendait l’équipe au lieu de rendez-vous, mais cagoulé pour ne pas être reconnu.

Radio-Trottoir :
Bonjour Monsieur X et encore un grand merci d’avoir accepté ce rendez-vous pour faire une mise au point sur l’existence et les objectifs de votre nouveau site, car beaucoup d’informations trompeuses et contradictoires circulent actuellement à son sujet. On dit que vous êtes financé par le Service de presse de la Présidence djiboutienne et que vous êtes dirigé par son patron le célèbre Naguib Ali. Est-ce exact ?

L’inconnu : A vrai dire, je suis heureux que l’ARDHD ait accepté de publier mon interview, car le taux de fréquentation de Djibouti 24 a grand besoin d’être “boosté”. Nous sommes largement en dessous des objectifs qui avaient été fixés par nos commanditaires et je risquerai de perdre mon poste, si je ne redresse pas la situation.

Bien que nous respections fidèlement les consignes qui nous ont été données par écrit, nous disposons dans ce cadre très limité, d’une très très grande marge de manoeuvre. L’objectif étant de faire passer les messages qui nous sont transmis par … Vous comprendrez que je ne puisse pas vous en dire plus sur l’identité de nos actionnaires….

Pour tout vous avouer, il n’est pas facile de faire de l’équilibre entre les critiques que nous devons diffuser pour asseoir notre crédibilité et les attaques sournoises que nous devons distiller avec intelligence. Une fois ou deux, mais ne le répétez pas, nous nous sommes pris les pieds dans le tapis en commettant des petites erreurs. Si l’on attaque trop fort, les ministres djiboutiens, on se fait rappeler à l’ordre. Si l’on attaque trop fort l’ARDHD, les lecteurs nous quittent. Alors il faut tout faire dans l’habileté et je m’y emploie chaque jour.

R.T. il semble que, ce que vous qualifiez de petites erreurs, aient permis à une grande majorité de comprendre que votre site n’était pas du tout engagé aux côtés de l’opposition alors que vous vouliez le faire croire.

L’inconnu : mais pas du tout ! Vous n’avez pas compris ! Au contraire c’est l’ARDHD qui agace tous les véritables patriotes djiboutiens engagés pour la reconduction de Guelleh. Associée à la LDDH, elle se permet de rendre publique des informations qui ne devraient pas l’être.

RT : lesquelles ?

Ce n’est pas parce celui, qui est souvent désigné comme l’ennemi public N°1 du peuple mais qui est à la fois l’homme politique que je respecte infiniment, fait emprisonner des gamins à Gabode, qu’il faut hurler tout de suite, en disant (même si c’est vrai) qu’ils sont enfermés avec les adultes et qu’ils sont soumis à la torture. C’est cette exagération et ce luxe de détails qui détournent les vrais patriotes, comme moi et mon Chef, du site de l’ARDHD. Me comprenez-vous ?

R.T. : Hum ! Pas tout à fait ! Mais continuons. Vous avez repris récemment les allégations qui sont diffussées par un certain A.D., Président du 10PD (PPPPPPPPPPD – Parti politique des purs patriotes politiquement présentables et prêts au pire pour y parvenir discrètement) et qui calomnie, sans aucun fondement, certains membres de l’équipe de l’ARDHD. Ne pouviez-vous pas le faire seul ?

L’inconnu : il est vrai que ce Monsieur est un grand artiste. Il sait manier la duplicité à la perfection. C’est un orfèvre du vocabulaire. En une dizaine de pages très denses et parsemées de fautes de français, de contradiction et d’allégations imaginées, il réussit à réconcilier l’inconciliable, c’est à dire à ranger dans le même sac des notions aussi diamètralement opposées que le fait d’agir pour l’opposition en dénonçant Guelleh et son régime et en même temps de déstabiliser l’opposition toute entière sans aucune exception, en la vilipendant.

Lui seul, au sein de notre communauté est capable de faire cela. Il n’a pas son pareil. Certains, comme l’avocat Aref ont bien tenté de l’imiter sur ce terrain, mais jamais ils n’ont réussi à atteindre cette perfection.

Voyez-vous ce Monsieur A.D. est un modèle pour moi, un véritable mentor et je voudrais améliorer ma technique avec ses enseignements.

R.T. Comment vous positionnez-vous votre nouveau site ?

L’inconnu : dans l’opposition, aucun doute là-dessus. Nous nous opposons.

R.T. : OK, vous vous opposez ! mais à quoi ?

L’inconnu : d’abord nous nous opposons aux opposants. C’est un premier point. Nous nous opposons à tous ceux qui s’opposent à Guelleh et à ses ambitions présidentielles légitimes et parallèlement nous nous opposons à ceux qui le critiquent ou qui voudraient son fauteuil. Nous devons atteindre la crédibilité de tous les côtés et nous travaillons avec acharnement.

1°) Pour être crédibles dans les rangs des opposants traditionnels et ringards (partis politiques d’opposition, association comme l’ARDHD ou la LDDH), nous devons attaquer les Ministres et les fonctionnaires djiboutiens, mais de façon limitée et prudente : dénoncer des petits détournements, des petites injustices administratives, mais pas au-delà …

2°) Pour être crédibles du côté des partisans de Guelleh, qui sont de plus en plus nombreux, nous devons attaquer l’ARDHD et tous les partis politiques.

C’est notre ligne de conduite et je n’ai pas l’intention d’y déroger. On tape tous azimuths sur tout le monde et on protège l’essentiel !

R.T. : un proverbe français dit que celui qui tente de s’asseoir sur deux chaises, finit toujours par se retrouver les deux fesses par terre. Ne craignez-vous pas que cela vous arrive ?

L’inconnu : (petit rire) aucun risque
! Avant d’être employé par ce site, j’avais déjà les fesses par terre. Alors je vous rappelerai un autre dicton “On en peut pas tomber plus bas que terre”. Je ne peux que remonter la pente ! (Nouveau rire)

Et j’attend avec la plus grande impatience les élections d’avril pour recevoir ma véritable récompense, qui viendra soit du régime s’il est reconduit ou sinon de l’opposition, si elle réussit à passer. Quel qu’il soit, je pourrai prouver au gagnant que je l’ai servi avec conscience et avec engagement.

Ensuite je ferme le site : un investissement total de six mois et un job assuré à la Présidence, pour les cinq prochaines années, ça c’est de la bonne rentabilité !

RT : pour terminer cet entretien, pouvez-nous confier quelques mots à propos de vos méthodes préférées ?

L’inconnu : Vous me flattez !
Comme je vous l’ai dit, je calque ma conduite sur celle de Monsieur A.D.

1°) D’abord “Calomnier, calomnier, il en restera toutjours quelque chose”. Voilà ma devise que j’ai fait imprimer devant mon bureau.

2°) Ensuite inverser les rôles. Accuser mes adversaires de mes propres turpitudes …

RT : auriez-vous un exemple à nous donner ?

L’inconnu : certainement. Quand je prétend que l’ARDHD est financé par Guelleh, voilà un bon exemple. Qu’est ce que j’ai pu rire quand j’ai fait cette trouvaille ! Plus c’est gros, mieux cela passe auprès de nos concitoyens, qui sont naïfs et ignorants pour la plupart. Ils avalent tout ce qu’on leur dit !! Et je l’utilise au mieux des intérêts de ma commanditaire ..

RT : vous venez de dire “Ma”. Ce serait donc un femme qui serait derrière vous ?

L’inconnu : pensez ce que vous voulez, mais je ne vous ai rien dit. Ce que je peux vous dire, c’est qu’il y a une équipe de direction au-dessus de moi et que les orientations de nos articles font l’objet de concertations et de décisions collégiales … avec le concours d’experts en communication et en sécurité publique. Pas besoin de vous faire un dessin ?

R.T. Tout cela n’est pas très clair pour nous, mais comme c’est votre présentation, nous la publierons sans modification. Nos amitiés à Monsieur A.D.