22/01/11 (B588) Radio-Trottoir. Un lecteur nous envoie des nouvelles du front des voleurs et pilleurs d’argent public … Nous le remercions

Suite au vol de 20 millions de FDJ au détriment de l’ONEAD …

Pratiquement chaque année, on identifie au sein de chaque division de l’ONEAD, au minimum une affaire de disparition ou de vol qui n’est pas déclarée par cette administration.

Durant ces 2 dernières années, l’entreprise a subi plusieurs
cambriolages de ses locaux, cambriolages prémédités et souvent réalisés par des employés du service.

Ces vols touche la Direction de l’eau, la Direction des ressources humaines et aussi la Direction commerciale. Le réseau de l’ONEAD a beaucoup de fuite et des zones d’évaportation spécifiques …

Bref cette fois, c’est l’agence comptable qui signale le pillage de fonds
publics.

Fin Octobre 2010, une somme en espèces de vingt millions de nos F Dj, qui
disparait du coffre-fort de la caisse principale de l’agence
comptable.

L’agent comptable et son équipe sont immédiatement suspectés par les enquêteurs de la gendarmerie nationale qui entendent à plusieurs reprises l’agent comptable, responsable de la caisse principale et dépositaire des clefs et des codes d’accès.

Ce personnage souvent décrit comme “transgresseur et manipulateur” est à ce poste depuis
plus de 12 ans et il connait mieux que quiconque, les circuits financiers et le niveau de vulnérabilité de l’entreprise et des procédures quasi inexistantes.

Plusieurs fournisseurs de la place se plaignent de lui et ils l’accusent ouvertement de se livrer à des manoeuvre de
blanchiment et de plus en ayant recours, disons, à des méthodes peu académiques.

Il a l’habitude de marchander non pas les prix d’achat mais ses avantages personnels. Quand il estime n’avoir pas obtenu suffisamment, il bloque les chèques de paiement des forunisseurs jusqu’à l’obtenir …

La plupart du temps, il envoie son émissaire : l’un de ses employés (un certain barbu au look religieux ) auprès de ses fidèles fournisseurs (Wassel, Al houseini,
etc…) afin de récupérer ses commissions.

Depuis plusieurs années, l’entreprise vit au jour le jour car les recettes (4 milliards de FJD) ne sont plus suffisantes pour couvrir les dépenses.

Bien qu’étant virtuellement en cessation de paiement, l’ONEAD survit sur le crédit fournisseur pour conserver un volant de trésorerie. Elle retarde non seulement les paiements des fournisseurs (déjà porté à 60 jours, on passe parfois à 6 mois !), mais aussi celui des autres charges dont les salaires, qui sont débloqués avec un retard moyen de trois semaines (actuellement). Elle génère ainsi une facilité fictive de trésorerie …

Les
Ets Marill en ont eu marre, et ils ont gelé toute livraison à l’ONEAD tant que l’établissement n’aura pas soldé l’intégralité de sa créance (parfois très ancienne)

Quant au vol dernier, l’affaire semble avoir été classée, sans suite;

Les plus fins limiers n’ont découvert aucune trace du suspect … hum !!

Comme d’habitude les choses
se sont déroulées à merveille … et l’argent a disparu sans coupable … Mais
au moins, il faut reconnaitre que, pour la première fois, dans le cadre
des renforcements de sécurité, des cameras vidéos ont été placés un
peu partout dans l’enceinte de l’établissement afin les détournements
ne se reproduisent plus.

Sauf si, par hasard, elles n’étaient pas en état de fonctionner au moment du détournement …. !! Ce que l’on peut prédire …