28/01/11 (B588) Le Journal de la Flibuste – Coordination entre l’opération européenne Atalante et la marine japonaise – Lutte contre la piraterie, un amiral américain mise sur le contre-terrorisme – Paris souhaite une nouvelle résolution de l’ONU sur la piraterie – Une douzaine de chefs de clans sont derrière la piraterie somalienne, selon Jack Lang – La Chine soutient la coopération internationale dans la poursuite et l’emprisonnement des pirates somaliens (6 articles)

________________________ 6 – Portail des sous-marins

Coordination entre l’opération européenne Atalante et la marine japonaise

Par Rédacteur en chef.

Samedi 22 janvier, le commandant de la force européenne Atalante, le contre-amiral Juan Rodriguez a rencontré le capitaine Hiroshi Ito, commandant de la 7è force déployée pour la lutte contre la piraterie de la marine japonaise.

La rencontre s’est déroulée à bord de la frégate espagnole Canarias, au cours d’une escale à Djibouti.

Au cours des prochains mois, des destroyers japonais vont rester en océan Indien afin d’escorter des navires de commerce transitant entre la mer Rouge et la Corne de l’Afrique, contribuant ainsi à la sécurité de ces marins qui naviguent dans la région.

Il s’agissait d’une bonne opportunité pour la force européenne d’échanger des informations et d’entretenir la compréhension mutuelle avec l’un des partenaires dans la lutte contre la piraterie.

La coordination entre les différents acteurs présents au large de la Somalie est d’une énorme importance afin d’optimiser leurs actions et de faciliter les partages d’information. C’est particulièrement important, compte-tenu de l’étendue de la zone opérationnelle et de la coordination d’un grand nombre de bâtiments de nombreux pays différents.

___________________ 5 – Angola Press

Lutte contre la piraterie, un amiral américain mise sur le contre-terrorisme

Un vice-amiral de l’US Navy s’est prononcé mercredi pour l’emploi de méthodes inspirées du contre-terrorisme pour lutter contre les pirates somaliens.

Selon le vice-amiral Mark Fox, il est impératif de mettre en oeuvre une stratégie plus dure contre les pirates étant donné qu’ils s’attaquent à des navires de la marine marchande non plus seulement au large de la Corne de l’Afrique, mais désormais aussi à ceux croisant au large des côtes indiennes.

Le nombre de personnes prises en otages par les pirates est passé de 350 en septembre à 750 ce mois-ci, a indiqué le vice-amiral Fox, chef des forces navales au sein du commandement central de l’armée américaine (Centcom). "Un changement d’approche" est justifié, selon lui, car "l’étendue du problème a changé".

Il a suggéré l’emploi de méthodes généralement utilisées par les Etats-Unis dans leur lutte contre le terrorisme, telles que des attaques préventives ou des frappes menées par des drones, des avions sans pilote.

Le haut gradé a toutefois reconnu que ses recommandations ne trouvent pas forcément un écho très favorable auprès du commandement de la force navale européenne Atalante, chargée de lutter contre la piraterie au large de la Somalie. Selon lui, ses homologues européens lui auraient dit ne pas être partisans d’un recours plus fréquent aux méthodes qu’il préconise.

Dans un rapport remis lundi au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, l’ancien ministre français Jack Lang a proposé des mesures nouvelles pour lutter contre la menace des pirates au large de la Somalie, dont la mise en place d’une cour spécialisée somalienne extraterritoriale.

________________ 4 – Mer et Marine

Paris souhaite une nouvelle résolution de l’ONU sur la piraterie

Suite au rapport de Jack Lang sur la piraterie, la France souhaite que le Conseil de sécurité des Nations Unies adopte une nouvelle résolution. L’objectif est, notamment, d’améliorer le cadre légal permettant de traduire les pirates en justice.

Mandaté par Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, Jack Lang a fait 25 propositions pour améliorer la lutte contre la piraterie. L’ancien ministre français propose, notamment, de renforcer les structures juridiques et pénitentiaires dans les régions somaliennes du Puntland et du Somaliland, mais aussi de créer un tribunal spécial extraterritorial.

Cette juridiction, qui pourrait juger les ressortissants somaliens, serait basée dans un autre pays, comme la Tanzanie. « La France soutient les propositions du conseiller spécial et appelle à leur mise en oeuvre rapide. Il appartient maintenant au Conseil de sécurité de se saisir du rapport et d’agir en adoptant une résolution », a indiqué hier le ministère français des Affaires étrangères.

70% des pirates relâchés

Selon le Bureau Maritime International, les pirates somaliens ont détourné l’an dernier 49 navires avec, à leur bord, plus de 1000 membres d’équipage. Rançons, surtaxes, assurances, moyens d’autoprotection, contournement des zones dangereuses, déploiement de moyens aéronavals…

D’après Jack Lang, la piraterie en océan Indien coûte, chaque année, 7 milliards de dollars à la communauté internationale. Malgré le déploiement d’importants moyens militaires pour protéger le trafic maritime au large de la corne d’Afrique, les attaques n’ont jamais été aussi importantes.

Et, si de nombreux groupes de pirates sont interceptés par les forces navales internationales, environ 70% sont relâchés, faute de de structure juridique pour les poursuivre.

La situation s’est récemment dégradée lorsque le Kenya, qui avait accepté d’accueillir les pirates, n’a pas renouvelé l’accord de coopération signé en ce sens. Actuellement, seules les Seychelles acceptent encore de juger les individus interceptés en océan Indien. Des négociations sont en cours avec d’autres pays, comme la Tanzanie ou l’île Maurice.

________________ 3 – L’Express (Maurice) avec Chine nouvelle

Un navire d’Antigua et Barbuda détourné dans l’océan Indien

Des pirates somaliens ont capturé un navire de transport de marchandises battant pavillon d” Antigua et Barbuda, et de propriétaire allemand, qui faisait route vers Port Victoria dans les Seychelles au moment de l’attaque, a déclaré mardi la mission de lutte contre la piraterie de l’UE.

Le porte-parole de la force navale européenne (EUNAVFOR) Paddy O’Kennedy a déclaré qu’après quatre jours sans nouvelles sur la situation de l’équipage, il est présumé que le MV Beluga Nomination était désormais aux mains de pirates.

Le 22 janvier, M. O’Kennedy avait indiqué que ce navire avait été attaqué par un esquif transportant un nombre indéterminé de pirates. Des armes de petit calibre avaient été utilisées au cours de cette attaque.

Les bandes pirates actives le long des 3 100 km de côtes de la Somalie sont devenues de plus en plus audacieuses au cours des deux années écoulées, détournant des dizaines de navires marchands avec leur équipage pour toucher des rançons pouvant atteindre 1 million de dollars par navire.

Jusqu’à présent, le gouvernement fragile n’ose pas s’attaquer aux bastions pirates car les chefs pirates ont plus de pouvoir que le gouvernement somalien assiégé.

______________________ 2 – RTL Info

Une douzaine de chefs de clans sont derrière la piraterie somalienne, selon Jack Lang

Une douzaine de chefs de clans sont derrière les attaques de pirates contre les bateaux commerciaux dans l’océan Indien, et une action plus résolue doit être entreprise contre eux, a estimé mardi Jack Lang, conseiller de l’ONU, devant le Conseil de sécurité.

L’ancien ministre français, chargé d’une mission sur la piraterie par le chef de l’ONU Ban Ki-moon en août dernier, a expliqué qu’il fallait "s’attaquer aux forces derrière les pirates, ceux qui ordonnent aux pirates de mener leurs attaques".

Présentant un rapport qui recommande des mesures nouvelles sur le plan juridictionnel comme sur celui de la sécurité, M. Lang a souligné devant les quinze pays membres du Conseil de sécurité que "tout n’a pas été fait pour aller au sommet et capturer les cerveaux qui sont derrière ces crimes".

"Il y a environ une douzaine de cerveaux. Nous connaissons leurs noms".

Le rapport préconise la mise en oeuvre d’une cour spécialisée somalienne extraterritoriale installée en Tanzanie pour juger les centaines de pirates somaliens actuellement en prison. Les forces navales internationales devraient patrouiller plus près des caches côtières des pirates en Somalie et des incitations économiques être mises en oeuvre pour dissuader les jeunes somaliens de rejoindre les pirates.

Les pirates somaliens ont capturé près de 2.000 otages et ont perçu des rançons allant jusqu’à 9,5 millions de dollars pour des bateaux dont ils ont pris le contrôle depuis 2008. Au 31 décembre dernier, 612 personnes et 26 bateaux étaient entre leurs mains, selon des chiffres de l’ONU. (DGO)

______________________ 1 – Radio Chine

La Chine soutient la coopération internationale dans la poursuite et l’emprisonnement des pirates somaliens

La Chine soutient la communauté internationale afin de renforcer la coopération dans la poursuite et l’emprisonnement des pirates somaliens, et appelle à une meilleure prise en charge des besoins humanitaires de ce pays d’Afrique orientale, a annoncé mardi un diplomate chinois.

Dans un discours prononcé devant le Conseil de sécurité des Nations Unies, le représentant permanent adjoint de la Chine auprès de l’ONU, Wang Min, a indiqué que la lutte contre les actes de piraterie et l’emprisonnement de leurs auteurs sont très importants pour combattre la piraterie en Somalie.

"En se basant sur la législation internationale et sur les résolutions du Conseil de sécurité pertinentes, la Chine soutient la communauté internationale pour renforcer la coopération dans la poursuite et l’emprisonnement des pirates somaliens", a-t-il délaré.

Pour lutter contre la piraterie en Somalie, il faut s’attaquer aux symptômes et aux causes profondes du problème, a-t-il noté.

La communauté internationale doit répondre positivement à l’appel de la Somalie et accroître son aide envers ce pays, a-t-il souligné.

En crise depuis une vingtaine d’années, la Somalie est actuellement menacée par une grave sécheresse. Ce pays d’Afrique orientale connaît des conditions humanitaires parmi les pires au monde et abritent la plus grande population de déplacés.