05/02/11 (B590) Radio-Trottoir : L’escadron de la mort (Lecteur)

Zakaria, chef d’état major des Armées, à la tête d’une milice constituée au sein de son Armée, multiplie les exactions à l’encontre de l’ethnie Issa. Cette milice est composée majoritairement d’hommes issus de la tribu des Mamassan, qui est celle d’IOG.

Cette milice a l’autorisation d’utiliser des tirs à balles réelles contre tous les véhicules à partir du moment où ils sont simplement suspectés de transporter du khat de contrebande.

Plusieurs jeunes d’origine du district d’Ali Sabieh ont trouvé la mort, ces derniers temps, sous le simple prétexte qu’il auraient pu être des contrebandiers.

Les familles des victimes de cet escadron de la mort, qui est dirigé personnellement par Zakaria avec la complicité d’IOG et d’Hassan Said, le chef de sécurité, sont confrontées à des difficultés insurmontables, dès lors qu’elles recherchent les auteurs de ce qu’il faut bien appeler “des assassinats”.

Quand elles découvrent l’origine des tirs, il leur est impossible d’en poursuivre les auteurs, tant devant la justice que devant la loi coutumière.

Dès lors que cet escadron très particulier est mis en cause, aucune enquête policière ou judiciaire ne peut-être diligentée.

Zakaria se retranche derrière un principe : “aucune pitié pour les contrebandiers”. Peut-être, mais la vérité est différente et il devrait plutôt dire : “Aucune pitié pour des opposants potentiels, on les considére comme contrebandiers.” .

Il s’agit bien là d’une stratégie pour éliminer toute personne potentielle susceptible de gêner IOG dans sa campagne bidon pour assurer sa réélection à un troisième mandat en avril 2011.

Nous allons vous communiquer prochainement une liste de vingt personnes qui ont été tué de façon délibérée depuis novembre 2010, date à laquelle l’escadron de la mort est entré en service.