12/02/11 (B591) Le Journal de la Flibuste – Le superpétrolier grec capturé au large d’Oman fait route vers la Somalie – L’Inde craint une hausse de la piraterie – Un bateau de pêche sud-coréen libéré après quatre mois de captivité en Somalie – Un pétrolier italien de 105’000 tonnes a été capturé par des pirates somaliens dans l’océan Indien – un navire italien capturé dans l’océan indien – les armateurs menacent de détourner le trafic mondial – Condamnation d’un pirate somalien à cinq ans de prison pour piraterie maritime (7 articles)

________________________ 7 – Romandie News (Ch) avec AFP

Le superpétrolier grec capturé au large d’Oman fait route vers la Somalie

Le superpétrolier grec Irene SL, chargé de brut au moment de sa capture mercredi au large d’Oman, faisait route jeudi vers le littoral de la Somalie, mais aucun contact n’a été établi avec le navire, a annoncé une porte-parole de la force multinationale Combined Maritime Forces.

“(Jeudi) à 04H00 GMT, il était à 150 miles nautiques (227 km) au sud-est des côtes omanaises, faisant route pour le littoral somalien”, a déclaré la porte-parole de la Combined Maritime Forces (CMF), basée à Bahreïn.

“Il n’y a pas eu encore de contact avec le navire”, capturé par des pirates à 370 km à l’est d’Oman, a-t-elle ajouté.

Interrogée sur une possible opération de secours, elle a répondu: “Nous considérons toutes les options. Mais pour le moment, la situation est en train d’être examinée”.

Un responsable de la compagnie grecque Enesel, qui gère l’Irene SL, avait indiqué mercredi que le pétrolier transportait “quelque 270.000 tonnes” de brut koweïtien, ce qui équivaut à plus de 1,9 million de barils.

La force navale de l’Union européenne avait annoncé que l’Irene SL, un pétrolier de 319.247 tonnes, “battant pavillon grec et appartenant à un armateur grec”, avait été capturé alors qu’il se rendait de Foujairah, aux Emirats arabes unis, vers le canal de Suez.

Vingt-cinq membres d’équipage étaient à bord: 7 Grecs, 1 Géorgien et 17 Philippins.

_________________________ 6 – TF1

L’Inde craint une hausse de la piraterie

L’Inde a mis en garde jeudi contre une menace croissante des faits de piraterie au large de ses côtes du sud-ouest, après la récente arrestation de 28 Somaliens dans les eaux indiennes soupçonnés de lancer des attaques contre des navires.

_________________________ 5 – Chine Informations

Un bateau de pêche sud-coréen libéré après quatre mois de captivité en Somalie

Un bateau de pêche sud-coréen, ayant à son bord 43 marins, a été libéré mercredi après avoir été détourné en Somalie il y a quatre mois, a indiqué le ministère sud-coréen des Affaires étrangères dans un communiqué de presse.

Le Keummi 305, un navire de pêche de 241 tonnes, avait à son bord deux Coréens, deux Chinois et 39 autres marins kenyans lorsqu’il a été enlevé par des pirates somaliens le 19 octobre l’année dernière au large de l’île kenyane de Lama.

“Le bateau est de retour actuellement vers la haute mer de la côte somalienne après avoir été libéré aux alentours de 03h00 heure locale (dans l’après-midi, heure coréenne), a indiqué le ministère.

Sur demande du gouvernement sud-coréen, un navire de guerre de l’Union européenne avance vers le Keummi 305 pour assurer la sécurité des marins, a indiqué le ministère.

“A ce que je sache, aucune rançon n’a été versée aux pirates pour la libération du navire, et c’est pourquoi la façon dont il a été libéré doit faire l’objet d’une enquête”, a rapporté l’agence de presse Yonhap en citant une source gouvernementale à Séoul.

_________________________ 4 – TSR Info (Ch)

Un pétrolier italien de 105’000 tonnes a été capturé par des pirates somaliens dans l’océan Indien

Un pétrolier italien de 105’000 tonnes a été capturé mardi à l’aube par des pirates dans l’océan Indien. Le “Savina Caylyn” a été attaqué par 5 hommes dans une petite embarcation à mi-chemin entre la Somalie et l’Inde, a précisé la marine italienne.

Les pirates ont tiré plusieurs rafales de fusils d’assaut.

Les 22 membres d’équipage, 5 Italiens et 17 Indiens, n’ont pas été blessés. Le navire est en route pour la Somalie.


___________________________ 3 – Pipelette.com

Piraterie : un navire italien capturé dans l’océan indien

Un pétrolier battant pavillon italien vient de faire les frais des pirates au large des côtes somaliennes. Le navire de 105.000 tonnes qui comptait à son bord un équipage composé de 5 italiens et 17 indiens a été victime d’un acte de piraterie qui n’a toutefois pas fait de victimes.

Les faits se sont déroulés le mardi 8 février 2011 à 4h30 UTC à environ 900 Km des côtes indiennes et 1600 Km des côtes somaliennes. Le pétrolier Savina Caylyn a été attaqué par un groupe de 5 pirates à bord d’une vedette.

Les pirates avaient ouvert le feu sur le navire à l’aide de lance-roquettes et de fusils d’assaut. Le commandant du navire avait tenté de résister en utilisant des canons à eaux mais a été obligé de se rendre face à la puissance de feu dont disposaient les assaillants.

La compagnie napolitaine, Fratelli D’Amato est l’armateur du pétrolier capturé, joint par l’Agence France Presse, il a affirmé qu’il essayait lui-même de vérifier les faits et n’était pas en mesures d’infirmer ou de confirmer les informations. Le porte parole du contingent européen Atalante, escadrille mise en place par l’Union Européenne dans le but d’endiguer ce fléau dans le Golf d’Aden, a confirmé cette capture en précisant que l’attaque a eu lieu à 600 milles nautiques à l’est d’une île du Yémen portant le nom de Socotra, toujours selon ce porte-parole, le navire se dirigerait vers la Somalie.

La marine italienne soupçonne la présence dans les parages d’un navire mère servant de base arrière aux pirates, elle justifie ses propos par la grande distance qui sépare le lieu de l’attaque des côtes. La frégate italienne Zéfiro a été immédiatement dépêchée sur les lieux, mais il faudra au minimum deux jours à ce navire pour atteindre les lieux de l’attaque.

Encore un navire qui fait les frais de la piraterie dans cette région. Ce navire vient s’ajouter à la longue liste de 30 navires détenus à l’heure actuelle par les pirates ; navires qui comptent à leur bord 700 membres d’équipage. C’est dire que ce phénomène est d’une brulante actualité.

Depuis de nombreuses années, la région du Golf d’Aden puis l’Océan Indien sont devenus le repaire des pirates, les attaques, qui au début se déroulaient près des côtes, ont lieu maintenant bien loin, au large. 2010 a été une période tristement faste pour la piraterie dans cette région du Globe.

Ainsi ont été perpétrés 286 actes de piraterie, détournés 67 navires et 1130 membres d’équipages ont été pris en otage. L’activité des pirates consiste à capturer des navires, s’accaparer de la cargaison, puis exiger des rançons pour le navire et l’équipage. Les armateurs qui bien souvent n’ont pas d’autres choix sont obligés de verser ces lourdes rançons ; faisant de la piraterie, une activité d’une rentabilité exceptionnelle dans cette région du globe où sévit une misère à nulle autre pareille.

Face à ces agissements, des mesures ont été prises, l’Union européenne a constitué une force spéciale nommée « Atalante » dont le but est de sillonner la mer pour traquer ces pirates, l’OTAN s’est impliquée en déployant une force nommée « Ocean Shield », les États Unis ont quant à eux lancé une opération nommée « Task Force 151 » et d’autres nations telles que le Japon, la Russie et la Chine ont déployé des navires de combat dans le but d’éradiquer le fléau.

Mais le problème principal reste l’instabilité de la Somalie d’où proviennent tous ces pirates, aucune solution durable ne pourra être trouvée tant que la misère et l’instabilité subsisteront dans ce pays

__________ 2 – CyberPress (Ca) La Presse affaires avec AFP

Piraterie: les armateurs menacent de détourner le trafic mondial

La lettre des armateurs a été envoyée au lendemain de l’annonce à Londres par les Nations unies d’un plan d’action global pour combattre la piraterie maritime. Sur notre photo, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

Les quatre principales associations de transport maritime, représentant 90% de la flotte marchande mondiale, ont demandé lundi aux autorités de renforcer leur action contre la piraterie «inacceptable» qui sévit au large des côtes somaliennes, en menaçant sinon de détourner le trafic.

Quelque 700 marins sont actuellement détenus en otages par des pirates qui réclament rançon à bord de 30 navires le long des côtes somaliennes, ont indiqué les quatre principales organisations de transport maritimes privées du monde, qualifiant la situation «d’inacceptable» pour le secteur, dans une lettre ouverte datée du 4 février, rendue publique lundi par l’Union des armateurs grecs.

«Si les actions nécessaires ne sont pas prises par la communauté internationale, l’industrie du transport maritime envisagera toutes les options possibles, dont celle d’utiliser des itinéraires différents, ce qui aurait un impact spectaculaire sur le commerce mondial, en particulier sur le transport pétrolier» indique la lettre.

«Au cours des semaines récentes, nous avons appris que la torture de marins par des pirates somaliens était devenue chose courante», (…) des «crimes» qui «ne peuvent être tolérés» ajoute le texte.

Les quatre associations signataires -BIMCO, la Chambre internationale du commerce maritime, Intercargo et Intertanko- estiment le coût annuel de la piraterie entre 7 et 12 milliards de dollars pour l’économie mondiale.

Ce chiffre provient d’une étude réalisée par l’institut londonien Chatham House, rendue publique la semaine dernière.

La lettre des armateurs a été envoyée au lendemain de l’annonce à Londres par les Nations unies d’un plan d’action global pour combattre la piraterie maritime.

Ce jour-là, l’Organisation maritime internationale (OMI), agence spécialisée de l’ONU, avait fait un bilan indiquant que la piraterie maritime a atteint en 2010 des niveaux records avec 1130 marins pris en otage le long des côtes somaliennes. Sur les 12 derniers mois, 286 actes de piraterie se sont déroulés dans la zone, et 67 navires ont été pris en otage.

Le plan d’action entend accroître la pression politique pour faire libérer les otages, renforcer la protection des navires, promouvoir la coordination entre États, prêter main forte aux États riverains pour leur permettre d’arrêter et juger les pirates, et aider la Somalie à mettre en oeuvre une surveillance efficace des côtes.

Mais l’OMI reconnaissait que «résoudre les problèmes politiques de la Somalie et créer les conditions d’une stabilité du pays peut prendre du temps».

____________________ 1 – AuFait (Maroc)

Condamnation d’un pirate somalien à cinq ans de prison pour piraterie maritime

Un pirate somalien a été condamné, lundi, par un tribunal d’Aden (sud du Yémen) à cinq ans de prison pour piraterie maritime tandis que six autres somaliens poursuivis pour le détournement d’un bateau yéménite ont été acquittés, a indiqué une source judiciaire.

Le pirate somalien Mohamed Ali Saleh Issa a été reconnu coupable d’avoir détourné, en novembre 2009, au large du Hadramout, dans le Golfe d’Aden, le bateau “Al-Hodhod”, dont il s’est ensuite servi, avec d’autres pirates, pour attaquer des navires dans le Golfe d’Aden, a précisé la même source.

Le tribunal a cependant acquitté six autres personnes, soupçonnées d’être impliquées dans le détournement d'”Al-Hodhod”, mais qui se sont avérées être de simples réfugiés somaliens.

Les somaliens ont été arrêtés, en avril 2010, par les gardes-côtes yéménites alors qu’ils naviguaient à bord du bateau “Al-Hodhod”. Le procès s’est ouvert le 2 mai dernier.

Lors d’une conférence de presse tenue, récemment à Addis-Abeba, le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-Moon, a plaidé en faveur d’une lutte plus déterminée contre la piraterie au large des côtes de la Somalie, jugeant qu’il faut faire beaucoup plus pour éradiquer la menace.

“Nous travaillerons de concert avec les partenaires des Nations unies et le Conseil de sécurité de l’ONU sur les voies et moyens d’y faire face”, a-t-il déclaré.

Le secrétaire général de l’ONU a précisé qu’il étudiait une série de propositions ayant pour but de renforcer la lutte contre la piraterie au large des côtes de la Somalie.

En 2010, les pirates somaliens ont attaqué plus 49 navires dans l’Océan indien et le golfe d’Aden et pris en otage plus de 1.000 marins. Certains pirates somaliens ont été arrêtés et traduits en justice.