21/02/11 (B592) Selon un article publié par l’ADI, Hassan Saïd et un petit comité constitué principalement des “bourreaux” de la République a décrété l’état d’urgence, sans le dire, pour pouvoir justifier toutes les bavures et provocations.

___________________________ ARDHD

Il s’agit certainement pour ces “derniers remparts” de Guelleh, de justifier à l’avance de nouvelles formes sanglantes de répression et de justifier les tirs à balles réelles contre la jeunesse et les manifestants, qu’ils ont déjà ordonnés et qu’ils se préparent à recommencer.

Pensent-ils vraiment
pouvoir se dégager de toute responsabilité et recommencer à provoquer les manifestants en les agressant d’abord avec une pluie de gaz lacrymogènes puis avec des balles, alors qu’ils manifestaient pacifiquement pour exprimer leurs revendications légitimes ?

Les Djiboutiens ne sont pas dupes et ces hommes seront recherchés, dès la chute du régime : il s’agit comme le dit le communiqué de l’ADI, d’Hassan Saïd, Djama Souleiman, Maki Omar Abdoulkader, le Colonel Abdillahi Abdi Farah et le Colonel Zakaria Hassan Aden dit le “P’tit Zak”

___________________________ ADI

Sécurité nationale : Des mesures sévères à l’encontre des fauteurs de troubles

Suite à la manifestation de vendredi dernier des partis de l’opposition qui a dégénéré, le Chef de la Sécurité nationale, M.Hassan Said Khaireh a présidé une réunion sur la sécurité qui a regroupé le Procureur général, M.Djama Souleiman, le Procureur de la république M.Maki Omar Abdoulkader ainsi que le Directeur général de la Police, le Colonel Abdillahi Abdi Farah et enfin le Chef d’Etat-major de la Gendarmerie nationale, le Colonel Zakaria Hassan Aden.

Lors de cette réunion, les participants ont unanimement condamné les actes de vandalismes inadmissibles qui ont porté atteinte à la sécurité de l’Etat.

Le Directeur de la sécurité nationale qui a fait une brève déclaration à la presse a indiqué que ‘’les autorités compétentes seront amenés à prendre des mesures sévères pour réprimer les auteurs de ses troubles et des actes de violences gratuits’’.

M.Hassan Said Khaireh a par ailleurs précisé que des consignes claires ont été données aux forces de sécurité en l’occurrence la Police et la Gendarmerie nationale ‘’pour assurer l’ordre public et d’ajouter que les forces de l’ordre veilleront sur la sécurité de tous les djiboutiens quelque soit leurs convictions politiques’’.

Le Directeur de la Sécurité nationale a, sur sa lancée, appelé la population à collaborer avec les services de la sécurité publique en dénonçant les malfaiteurs qui portent atteinte à la sécurité des biens et des personnes et de préserver la paix et la cohésion sociale.

Avant de conclure le responsable a déclaré que la loi sera appliquée à toutes les personnes qui commettront des actes de vandalismes et cela sans exception.